EL GUSTO

À partir de 2.99 €
Parce que l'esprit Buena Vista Social Club s'exporte en Algérie
Documentaire - 2012 - Irlande - 88 MIN - VF - Tous publics

Alors qu’ils n’avaient plus l’occasion de se croiser, la plupart ayant quitté le quartier, voire le pays, d’anciens musiciens de la Casbah d’Alger, spécialistes de la musique chaabi, se retrouvent par l’entremise d’une réalisatrice de documentaire. Le plaisir de jouer est intact, comme si le temps avait suspendu son vol.

Réalisé par

7 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR

El Gusto, en espagnol, veut dire le gout. Il est devenu l’autre nom de la musique chaabi, une musique populaire née au milieu des années 20 dans la Casbah d’Alger, au croisement du flamenco et de la musique berbère. Le film est un documentaire sur cette musique un peu oubliée, dont il retrace les riches heures, brossant au passage le portrait de ceux qui ont su la faire vivre. Si le film se conjugue au présent, les images d’archives étant minoritaires, il est quand même, du moins dans sa première partie, très nostalgique. Car la Casbah bon enfant des années 50, où tous se mélangeaient sans arrière pensée, qu’ils soient juifs ou arabes, pieds-noirs ou Algériens de souche, n’est plus. Le film ne fait pas l’impasse sur la déchirure de la guerre ni sur l’intransigeance des tenants de l’indépendance, qui ne toléraient pas qu’alors que d’aucuns versaient leur sang pour la patrie, d’autres puissent s’amuser.
Mais le documentaire n’est pas figé, il est même interactif. Dans le sens où sa réalisation a pu déboucher sur une renaissance de la musique qu’il donne à entendre. La réalisatrice est tombée par hasard sur un vieux musicien de chaabi, elle a voulu en savoir plus. Poussant son enquête toujours plus loin, elle a fini par se rendre à l’évidence: nombre de musiciens qui avaient animé la scène chaabi étaient encore de ce monde, mais éparpillés aux quatre coins du Maghreb ou vivant désormais en France. Le désir de les réunir est monté progressivement, ce qui fut fait. Et personne ne résista à la tentation de ressortir les instruments des greniers et de remonter sur scène.
Et ce fut comme si ces hommes ne s’étaient jamais quittés. Le plaisir de jouer reste immense, et il se communique à des salles acquises d’avance, qui communient dans cette musique joyeuse et entraînante. Il aurait été dommage de se priver. Une tournée est d’ailleurs organisée qui poursuit le film, passant par  l'Opéra d'Alger, le Théâtre du Gymnase de Marseille, le Palais omnisport de Paris-Bercy, le Barbican de Londres, leFestival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira ou les Beaux Arts de Bruxelles… Et ce n’est pas fini… Le mot n’est pas trop fort : une renaissance…

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Robert Castel

Un homme élevé en Algérie renoue avec ses racines.

Safinez Bousbia

Il raconte également, mais à Cuba, les retrouvailles de vétérans fous de musique.

DUPONT LAJOIE

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS