ELLE

2016
130 mn
À la carte à partir de 7.99 €

2016
130 mn

Femme d'affaires et chef d'entreprise respecté d'une société de jeux vidéo, Michèle voit sa vie basculer quand un homme masqué s'introduit chez elle et la viole. Alors qu'elle croyait tout contrôler, elle va sombrer dans une sorte de paranoïa. 

À la carte à partir de 7.99 €
Drame
Allemagne | Belgique
- 12 ans
VF - HD

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Elle est le premier film français réalisé par le Hollandais Paul Verhoeven, dix ans après Black Book : il n’a trouvé aucune actrice outre-Atlantique prête à jouer le rôle de Michèle, cette femme victime d’un viol et qui réagit d’une façon étrange, sans affect, jusqu’à découvrir l’identité de son agresseur et installer avec lui un jeu du chat et de la souris très dérangeant.

Adapté du remarquable roman de Philippe Djian, «Oh…», prix Interallié 2012, le scénario signé David Birke prend quelques libertés, notamment en faisant de Michèle, lectrice de scénarios dans le livre, une directrice de société créant des jeux vidéos extrêmement violents. C’est certes beaucoup plus visuel, mais cet ajout est presque redondant dans l’univers, déjà très marqué par la barbarie, de cette femme singulière. En effet, le père de Michèle est en prison pour avoir assassiné plusieurs familles dans la banlieue où ils habitaient alors qu’elle était enfant, elle est « la fille du monstre ». Et ce statut, et l’infamie qu’elle a portée depuis l’adolescence comme une marque indélébile sur son front, se faisant agresser verbalement par des inconnus dans la rue, sans tout expliquer de sa personnalité, donne des clés sur son rapport à la violence, son refus de s’adresser à la police et sa fascination du mal.

Il y a dans Elle des fulgurances de mise en scène reconnaissables de la part du réalisateur du Quatrième Homme et de Basic Instinct, on retrouve son goût pour les rapports de force et de pouvoir, la cruauté et la manipulation. Une certaine tendance au grand guignol qui rend la deuxième partie du film plus ludique mais nous éloigne un peu de l’étude psychologique. Surtout, le film est dominé par une Isabelle Huppert souveraine, dont l’interprétation nuancée donne les mille et unes petites touches qui font de Michèle un personnage fascinant et passionnant.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver L’AMOUR VIOLÉ DE YANNICK BELLON (1978) (Une jeune femme violée tente de se reconstruire en choisissant, elle, de porter plainte et de poursuivre ses agresseurs.) ou encore HER DE SPIKE JONZE (2014) (Même titre, en anglais, que le film de Verhoeven, pour une histoire très différente, une sorte de comédie romantique de science-fiction.).

FilmoTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Autour du film