EXIGENCES TRÈS SPÉCIALES

Bientôt disponible
Parce que Marylin Jess y joue sa petite tarzane le temps d'une scène
Adulte - 1986 - France - 68 MIN - interdit aux moins de 18 ans
Marcel, un journaliste, apprend qu'une maison de repos a été ferrmé par la police et que son directeur est en fuite. Il s'y rend en compagnie de sa photographe et interroge une infirmière qui lui raconte quelques anecdotes croustillantes concernant les traitements "spéciaux" délivrés sur les patients.
Pas encore disponible
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Christophe Lemaire
Christophe Lemaire
CHRONIQUEUR

Au milieu des années 80, le cinéma porno français entame la fin de son premier âge d’or : celui des films X tourné en 35 mm. Histoire de rentabiliser au plus vite certains de ceux-ci, Michel Caputo, sous l’égide du producteur/réalisateur Jean François Davy, se met à aligner des dizaines de pelloches olé-olé constituées en partie par des stocks shots provenant d’autres films de cul. Ce qui est le cas d’Exigences très spéciales sortit sur la capitale le 27 aout 1986 au Ciné Nord. Salle ou, 19 ans auparavant, un public plus familial pouvait découvrir Les héros de Télémark, l’avant dernier film d’Anthony Mann.  

Aidé par son collègue Pierre B Reinhard, autre stakhanoviste du genre, Michel Caputo part d’une intrigue simpliste ou un journaliste enquête sur les dessous cochons d’une maison de repos très spéciale où les saillies perverses semblent prendre plus d’importance que la guérison des malades. Ce qui donne lieu à une série de séquences hards, montées à la va comme je te pousse, mais qui permet au pornophile nostalgique de reconnaître une poignée de starlettes de l’époque comme Helen Shirley, Marianne Aubert, Olinka et surtout, la délicieuse Marilyn Jess présente dans deux séquences.

Dans la première, elle partage avec Marianne Aubert le sexe bien tendu de Jean Pierre Armand, celui-là même qui honorait Brigitte Lahaie sous un cheval dans le mythique - voire mystique - Je suis à prendre de Francis Leroi. Et la deuxième ou elle fait l’amour en pleine nature avec un certain Christophe Clark, alors hardeur débutant et qui, dans les années 90, se spécialisera dans les gonzos destinés aux marchés internationaux. N’empêche que si Exigences très spéciales a aujourd’hui pris une certaine patine, c’est grâce à la présence de Patinette, surnom fétiche donné à Marilyn Jess.

Tags

Le contexte

Marilyn Jess

Sympathique porno franco/allemant des années 80 ou les saillies salées se déroulent dans une immense demeure

Pierre B. Reinhard

Porno contemporain signé Pierre B Reinhard qui met en avant les charmes laiteux de la star du genre du moment Anna Polina

SENS INTERDIT

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS