Bande Annonce de FAR WEST STORYDécouvrez la bande Annonce de FAR WEST STORY sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1099/fond/1099_w_500.jpg
Sergio Corbucci
Eduardo FajardoLaura BettiSusan GeorgeTelly SavalasTomás MilianFranco GiacobiniHerbert FuxRosanna YanniÁlvaro de LunaDan Van HusenFrancesco ArcuriGene CollinsLuis AllerMario TalleriPilar ClimentRuggero FedozziWerner Pochath

FAR WEST STORY

94 mn

Note de SensCritique :

5.9 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Sergio Corbucci.

Casting : Eduardo Fajardo, Laura Betti, Susan George, Telly Savalas, Tomás Milian, Franco Giacobini, Herbert Fux, Rosanna Yanni, Álvaro de Luna, Dan Van Husen, Francesco Arcuri, Gene Collins, Luis Aller, Mario Talleri, Pilar Climent, Ruggero Fedozzi. Werner Pochath

Synopsis : Jed est un petit braqueur solitaire, libertaire et libertin. Il trouve sur sa route un dangereux shérif, Franciscus, qui lui voue une haine farouche. Jed est épaulé par un jeune néophyte qui s’avère être une pucelle téméraire et pleine d’audace. Ils font équipe et montent des tours pendables accumulant les braquages fantaisistes et culottés. Franciscus les poursuit à travers tout le pays et la prime qui est offerte pour leur capture ne cesse d’augmenter. Bien que Jed soit méprisant et horriblement macho, Sonny lui est toute dévouée.

Scénario : Mario Amendola, Sabatino Ciuffini, Sergio Corbucci.
Musique : Ennio Moricone.
Pays : Allemagne | Espagne | Italie
Tags : Guerre / Western, Aventure / Action.

Film pas encore disponible

Sergio Corbucci est l’un des plus importants maîtres du cinéma de genre italien des années 60-70, tournant 60 films en quarante ans, signant jusqu’à 3 succès dans une même année ! Par exemple, en 1972, lorsque sortait ce film, il tournait également Mais qu’est-ce que je viens foutre au milieu de cette révolution ? (avec Vittorio Gassman). L’ancien assistant de Rosselini a fait tourner tous les acteurs italiens. Les comiques : Totò, bien sûr, Nino Manfredi, Gino Cervi, Ugo Tognazzi, Alberto Sordi, mais aussi Vittorio de Sica, Monica Vitti et même Marcello Mastroianni.
Mais à l’époque le cinéma italien brillait bien au-delà de ses frontières et attirait à lui des acteurs de tous pays. Il a ainsi dirigé des artistes français comme Michel Piccoli, Annie Girardot, Michel Constantin ou Johnny Hallyday. Et puis, bien sûr, des acteurs américains sur le déclin ou en devenir, comme en raffolaient les auteurs de westerns spaghettis. Il a notamment dirigé Burt Reynolds, Joseph Cotten, Jack Palance ou Anthony Quinn.
Sans oublier les interprètes de ses films phares, Franco Nero dans Django, Jean-Louis Trintignant s’opposant à Klaus Kinski dans Le Grand silence. Ou Tomas Milian, qu’il a dirigé à quatre reprises, et qui campe à merveille le parfait anti-héros de ce film.

 

Tous les clichés du western-spaghetti se donnent rendez-vous autour de Jed et Sonny : des décors stéréotypés, des mouvements de caméra appuyés osant les zooms insistants, une musique démonstrative et délicieusement vieillotte, une post-synchro aléatoire, et bien sûr des silhouettes de cow-boys solitaires déambulant devant de superbes soleils couchants ou organisant des attaques de diligence.
Comme de coutume, les personnages sont mufles, grossiers, sales et profondément anars. Le héros pouilleux est symboliquement opposé à un shérif qui joue les richards, fumant le cigare en manteau de fourrure. A l’inverse, on peut voir dans le look du Cubain Tomas Milian des références à celui de Che Guevara (cheveux longs, barbe irrégulière, béret). Jed et Sonny ne font d’ailleurs pas de braquages, mais « répartissent les richesses » et incitent les communautés écrasées à se défendre : « la prochaine fois, achevez-les ! » leur conseillent-ils !
Toutes les couleurs traditionnelles du western spaghetti sont donc réunies. Mais nous sommes en 1972, et le triomphe international, un an auparavant, de On l’appelle Trinita avec le duo Bud Spencer et Terence Hill (que Corbucci dirigera plus tard dans Pair et impair et surtout Salut l’ami, adieu le trésor) a marqué les esprits. Dorénavant rares seront les westerns qui ne joueront pas la carte de l’humour au moins tout autant que celle de l’âpreté des combats. L’humour provient ici du couple central disparate, façon « buddy movie », si ce n’est qu’il réunit un homme (odieusement macho) et une femme faussement candide.
Et comme le dit Jed, n’étant pas du genre « gros lolos », elle serait donc forcément de celui des « casse-couilles ». Entre eux, le contact est immédiatement explosif. A leur première rencontre, elle l’assomme, puis c’est lui qui la gifle et lui fait dévaler une colline. Une façon de désamorcer, par l’humour, une violence crue et sanglante. Enfin, Telly Savalas débutait, depuis quelques mois, une carrière en Italie qu’il allait interrompre moins d’un an plus tard pour entamer le tournage de la série des Kojak qui allait assurer sa gloire.

Bonny the Kid

C'est le sourire aux lèvres que j'écris cette critique après une séance décomplexée qui fait plaisir. Far west story où quand la comédie à l'italienne s'empare des codes arides du western pour nous offrir un pur moment de cinéma. On est en présence d'un défouloir massif ...

Lire la suite
8
oso
A voir également
Affiche du film ROGOPAG

à partir de

9.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film O CANGACEIRO

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DJANGO

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BLOOD DIAMOND

à partir de

1.99
Inclus danspassillimite
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés