FEBRUARY

Bientôt disponible
Pour la vision thailandaise d'un New York entièrement filmé sur place
Drame - 2003 - Thaïlande - 108 MIN - Tous publics
Atteinte d'une maladie incurable, Kaewta est condamnée à mourir dans l'année. Elle s'envole une dernière fois pour New York afin de voir une amie d'enfance. A peine arrivée, une voiture la renverse. A son réveil, elle a tout oublié : son nom, son origine et sa maladie. Jin, responsable de l'accident, l'accueille et essaie de l'aider à retrouver la mémoire...

Réalisé par

5.7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Mathilde Lorit
Mathilde Lorit
CHRONIQUEUR

Séduisant mélodrame, February tranche avec les productions thaïlandaises que le public français a l’habitude de découvrir. En dehors des festivals, la cinématographie thaï est en effet plutôt connue à travers le cinéma de genre : films d’horreur pour The Eye des frères Pang et Le Pensionnat de Songyos Sugmakanan ou pure action avec Ong Bak qui a fait connaître Tony Jaa en Occident.

Autre curiosité de ce film : il a été tourné essentiellement à New York, une ville où le réalisateur Yuthlert Sippapak a séjourné pendant ses études, et dont il donne une vision presque exotique. Il faut dire que February est un film beaucoup plus personnel que son premier long métrage, Killer Tatoo, un gangster movie totalement délirant qui lui avait valu un gros succès public dans son pays.

Yuthlert Sippapak prend donc un risque en réalisant February, qui se révèle particulièrement audacieux dans son travail de la bande son. Visuellement très travaillé, le film se concentre sur ses deux personnages : une femme, Kaewta, qui a subitement perdu la mémoire, ignorant du même coup qu’elle est atteinte d’une maladie incurable, et un jeune voyou, Jee, qui cherche à se tirer de la mauvaise passe où il s’est fourré. February est logiquement l’occasion de découvrir deux interprètes inconnus jusqu’ici du public occidental, dont on appréciera la finesse d’interprétation. 

Tags

Contexte

Shahkrit Yamnarm

Un autre regard asiatique sur la ville de New-York, chinois cette fois !

Yuthlert Sippapak

La perte de mémoire est aussi au coeur de ce mélodrame signé Nick Cassavetes...

BANGKOK DANGEROUS

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité