FISTON

À partir de 2.99 €
Le film est d'abord la rencontre au sommet entre deux bêtes de scène de deux générations
Comédie - 2014 - France - 85 MIN - VF - HD - Tous publics
Depuis qu'il a sept ans, Alex n'a qu'une obsession : séduire Sandra Valenti, la plus jolie fille d'Aix-en-Provence et, à ses yeux, la plus jolie fille du monde. Aujourd'hui, il lui faut un plan infaillible pour pouvoir enfin l'aborder. Il décide de s'adjoindre les services d'Antoine Chamaine qui presque vingt ans auparavant a séduit Monica, la mère de Sandra.

Réalisé par

4.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

A la base de Fiston, la comédie écrite par Daive Cohen et réalisée par Pascal Bourdiaux, il y a assurément la volonté d’évoquer l’idée de filiation et de transmission. Entre le jeune homme qu’incarne Kev Adams et le personnage joué par Franck Dubosc s’instaure une relation qui, sans être celle d’un père à son fils, se fonde toutefois sur des liens affectifs. Entre ces deux-là s’opère une véritable complicité grâce à laquelle l’aîné va tenter de transmettre à son cadet son savoir-faire en matière de séduction. Tel est bien le sens du titre du film de Bourdiaux : ici, le mot "fiston" est plus employé sur un ton protecteur que paternel.

Le scénariste et dialoguiste du film, Daive Cohen, a écrit le rôle principal pour Kev Adams au côté de qui il travaille depuis quelques années. Et l’acteur d’expliquer ainsi son choix : "Je retrouvais dans ce rôle ce que j’avais envie de faire au cinéma : incarner quelqu’un de mal dans sa peau qui est à la recherche de son identité et qui va finir par la trouver." Par ailleurs, et selon son propre aveu, le jeune acteur avait envie de se confronter avec un comédien bien installé dans le paysage du cinéma français et de créer un vrai choc de générations, en référence également au duo Pierre Richard et Gérard Depardieu de son enfance.

Quant à Franck Dubosc, il a ainsi raconté sa première approche du personnage d’Antoine : "J’étais au départ un peu bloqué à l’idée d’incarner ce mec très mature, dominant. Je craignais qu’avec ma gueule de Patrick Chirac, ce ne soit pas évident. Je ne suis pas Jean Reno ou Gérard Lanvin. J’ai donc laissé pousser ma barbe et cela m’a aidé à entrer dans la peau du personnage. Je me suis mis naturellement à parler de façon plus grave, plus posée." Une fois cette métamorphose opérée, l’acteur a pu jouer avec cette figure de looser sympathique et lui donner sa part d’humanité au delà de la drôlerie.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Le héros du film de Patrick Bossard est lui aussi un séducteur en herbe.

Pascal Bourdiaux

Le film de Francis Veber repose, comme celui de Pascal Bourdiaux, sur un duo comique aussi opposé que complémentaire.

CINEMAN

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité