FOLLE À TUER (VERSION RESTAURÉE)

1975
97 mn
Il y a du road movie à la française dans cette adaptation faussement sage et vraiment éclairée du polar de Manchette dans laquelle Marlène Jobert est traquée avec un enfant par un tueur à gages. Entre autres !
Disponible à la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Après avoir défenestré une jeune femme à Nice, un tueur est informé par son mystérieux patron de sa prochaine victime : le jeune Thomas, neveu du milliardaire Mostri. Celui-ci vient d'engager Julie à sa sortie de l'hôpital psychiatrique, sur recommandation du directeur, pour veiller sur l'enfant...
Disponible à la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Policier / Suspense
France|Italie
Tous publics
VF - HD
1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo
Yves Boisset est l’un des rares cinéastes français dont toute l’œuvre ou presque reste marquée par des préoccupations sociales ou politiques. Ne déclarait-il pas : « Le scandale du cinéma français est qu’il fait très peu de films sur la société contemporaine et ne sort pratiquement pas des alcôves bourgeoises. Lorsque l’on fait un film qui est le reflet percutant de la société qui nous entoure, on passe aussitôt pour un provocateur. On n’a pas le droit en France de mettre en cause des gens et des organisations qui existent » ? Est-ce à dire que notre homme a réalisé des films qui étaient autant de cocktails molotov dans un paysage cinématographique assoupi ? Certainement pas. Assimiler le travail de Boisset à un engagement politique serait singulièrement réducteur.
Plus injuste encore, ce serait faire fi de ses qualités de cinéaste. Parce qu’un film comme Allons z’enfants est à la fois le portrait déchirant d’un enfant de troupe et la dénonciation d’un gâchis intolérable, que Le Juge Fayard dit le shérif est autant un superbe polar qu’un réquisitoire contre certaines polices parallèles, etc. Il est vrai que Folle à tuer ne fait pas partie des films de Boisset les plus connus, ni les plus engagés, même si l’appartenance sociale des protagonistes de l’histoire a son importance, même si la folie de l’argent est dénoncée avec vigueur.
De plus le film pâtit d’être coincé dans la filmo du cinéaste entre deux de ses oeuvres les plus célèbres, RAS, un film sans concession sur la guerre d’Algérie et Dupont Lajoie, le portrait d’un raciste ordinaire qui se mue en franc salopard quand les circonstances s'y prêtent. Folle à tuer appartient plutôt au courant policier du cinéaste, aux côté de Canicule ou du Saut de l’ange. Il est vrai que, cinéphile hors pair devant l’éternel, Boisset est un grand amateur de polars…

 
Dans le même genre vous pouvez trouver SEULE DANS LA NUIT ou encore ROSEMARY'S BABY .

FilmoTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné