Bande Annonce de FURIA À BAHIA POUR OSS 117Découvrez la bande Annonce de FURIA À BAHIA POUR OSS 117 sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/5109/fond/5109_w_500.jpg
André Hunebelle
Annie AndersonFrederick StaffordMylène DemongeotPerrette PradierRaymonf PellegrinDominique ZardiFrançois MaistreGuy DelormeJacques RiberollesYves FuretClaude CarliezHenri AttalYvan Chiffre

FURIA À BAHIA POUR OSS 117

99 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : André Hunebelle.

Casting : Annie Anderson, Frederick Stafford, Mylène Demongeot, Perrette Pradier, Raymonf Pellegrin, Dominique Zardi, François Maistre, Guy Delorme, Jacques Riberolles, Yves Furet, Claude Carliez, Henri Attal. Yvan Chiffre

Synopsis : OSS 117 est envoyé en mission en Amérique latine, pour tirer au clair une sombre histoire de crimes politiques. Ayant atterri à Rio, il échappe à plusieurs traquenards, ce qui voudrait dire qu’il est sur la bonne piste. Il devient l’ami d’une jolie Brésilienne et part avec elle dans la forêt amazonienne où les Indiens cultivent une plante mystérieuse qui permet d’annihiler toute volonté chez ceux qui en avalent une décoction. Ceux qui en contrôlent le trafic sont partisans d’une société totalitaire. Ce sont les responsables des assassinats des politiciens du cru. L’agent secret les affronte et triomphe.

Scénario : André Hunebelle, Jean Halain, Pierre Foucaud.
Musique : Michel Magne.
Pays : France | Italie
Tags : Aventure / Action, Policier / Suspense, Comédies d'espionnage, Dans les iles, Agents très secrets, Les héros d'antan, OSS 117.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Hubert Bonisseur de La Bath, alias OSS 117, a bien failli ne pas survivre aux années 60, à l’instar du yé-yé, du houla-hoop et des scoubidous. Mais il a été ressuscité par Michel Hazavanicius qui en l’espace de deux films, avec Jean Dujardin dans le rôle-titre, avant que le tandem ne triomphe en se livrant à un autre exercice de style, The Artist, lui a donné une nouvelle jeunesse. Un bon prétexte, un excellent prétexte même pour se pencher sur ce frère mal-aimé de James Bond - ils sont frères en littérature, pas dans la vie -, ce frère mal-aimé donc qui est en fait un grand frère.

Car le petit OSS est né en 1949, soit quatre ans avant que ne sorte le petit 007 de l’imagination de Ian Fleming. C’est Jean Bruce qui a créé le personnage, après avoir rencontré le véritable agent de l’OSS, the Office of Strategic Services, l’ancêtre de la CIA, un certain William Langer lors de la libération de Lyon. Malgré son patronyme à consonance anglo-saxonne, Jean Bruce était français, en fait il s’appelait Jean Brochet. Mais malgré son nom à rallonge, notre Hubert Bonisseur de la Bath est américain, ses ancêtres ayant fui la France pendant la Révolution, pour garder la tête sur les épaules. Ayant un peu d’avance sur son collègue James Bond sur le plan littéraire, OSS 117 a conservé son avantage en se tournant vers le cinéma. OSS 117 n’est pas mort, de Jean Sacha date de 1957, alors qu’il faudra attendre 1962 pour voir 007 s’en prendre au docteur No.

Furia à Bahia pour OSS 117 est adapté d’un roman au titre plus sobre, Dernier quart d’heure. Il date de 1965, soit deux ans après que L’Homme de Rio ne consacre le Brésil comme terre d’aventures. Nous ne dirons rien ici des multiples rebondissements qui émaillent ce film d’action décontracté, mais qu’on nous permette de louer la beauté des paysages brésiliens. Philippe de Broca avait fait voir du pays à Jean-Paul Belmondo et Françoise Dorléac deux ans plus tôt. André Hunebelle n’a pas à être jaloux. Les scènes de Frederick Stafford et Mylène Demongeot devant les chutes d’Iguazu, à la frontière argentine, sont impressionnantes. Mylène Demongeot avait d’ailleurs été impressionnée quand un vieil autochtone l’avait conduite en barque à travers un dédale de rochers à deux pas des chutes. Qui a dit que le cinéma était un métier de tout repos ?

C’est André Hunebelle le réalisateur de ce film. Le premier d’une série de quatre adaptations des livres de Jean Bruce, avec trois comédiens successifs dans le rôle-titre. On ne peut pas dire que Hunebelle figure au panthéon des anthologies du 7e Art. Il a pourtant réussi 31 fois à dépasser les deux millions d’entrées dans les salles de France et de Navarre. 31 fois. Personne n’a jamais fait mieux. Son cinéma est éminemment populaire. Des films de cape et d’épée, comme Le Capitan, Le Bossu, Le Miracle des loups ou Les Trois Mousquetaires. Des comédies. C’est lui qui a permis à Louis de Funès de trouver des rôles à la mesure de son talent. Des comédies policières : on lui doit la réjouissante trilogie des Fantômas. Et Quatre OSS 117 : OSS 117 se déchaîne, Banco à Bangkok pour OSS 117, Pas de roses pour OSS 117. Et bien sûr Furia à Bahia pour OSS 117, chronologiquement le troisième de la série, inséré dans sa filmo entre deux Fantômas. Hunebelle n’a certes pas signé que des chefs d’œuvre, mais ceux qui disent n’avoir jamais pris de plaisir à voir ses fantaisies endiablées sont des menteurs. Pour la, petite histoire, notre homme n’a pas toujours été cinéaste. Polytechnicien, il s’est tourné vers la décoration, le design, avant de devenir maître-verrier. C’est probablement le seul maître-verrier du 7e Art…

Au départ, OSS 117 n’avait rien pour titiller les zygomatiques. L’approche de Jean Bruce était sans doute romanesque, elle n’en demeurait pas moins réaliste à la base. Bruce avait d’ailleurs pour principe de partir d’une situation réelle avant de broder de rocambolesques rebondissements. Un principe d’ailleurs que ne confirmera pas sa femme Josette, quand elle prendra la suite de son défunt mari. Le passage du papier à la pellicule a sans doute renforcé la tendance naturelle de notre héros à une certaine désinvolture. Encore une fois Bahia n’est pas loin de Rio et le film de De Broca reste dans les esprits comme une espèce de mètre-étalon du film d’aventure sympa. Le plaisir est manifestement au rendez-vous, et nous sommes loin des films d’espionnage réalistes réalisés à la même époque, comme la Lettre du Kremlin ou L’Espion qui venait du froid, moins spectaculaires, autrement plus angoissants.

Terminons en saluant l’extraordinaire talent d’OSS 117 à transcender les genres et les formats. Outre les 250 volumes de l’œuvre écrite, la douzaine de films adaptés, signalons que notre héros a également arpenté les planches de quelques théâtres, qu’il a fait vivre quelques moments de bonheur à Europe 1 quand Jean Bruce était derrière le micro et qu’il a également pris vie en bande dessinée. A quand une application sur votre smartphone ?

le contexte
A voir également
Affiche du film 36 QUAI DES ORFEVRES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CAMPING 3

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BANCO À BANGKOK POUR OSS 117

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film ATOUT COEUR À TOKYO POUR OSS 117

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés