Bande Annonce de GALLOWSDécouvrez la bande Annonce de GALLOWS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/7006/fond/7006_w_500.jpg
Chris Lofing
Cassidy GiffordJesse CrossPfeifer BrownReese MishlerRyan ShoosDavid HerreraEmily JonesMelissa BrattonTheo BurkhardtTravis CluffGannon Del FierroMackie BurtPrice T. Morgan

GALLOWS

78 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Chris Lofing, Travis Cluff.

Casting : Cassidy Gifford, Jesse Cross, Pfeifer Brown, Reese Mishler, Ryan Shoos, David Herrera, Emily Jones, Melissa Bratton, Theo Burkhardt, Travis Cluff, Gannon Del Fierro, Mackie Burt. Price T. Morgan

Synopsis : En 1993, dans une petite ville, au sein d'un collège, une représentation d'une pièce de théatre qui se nomme "Gallows" tourne au drame lorsque le jeune homme qui joue le rôle principal meurt pendu dans la scène finale. Il s'appelait Charlie. En 2013, soit 20 ans plus tard, un groupe d'élèves de ce même établissement décide de rejouer la pièce en hommage à Charlie. Et si l'intention est bonne, l'escapade ne va pas prendre la tournure escomptée. Car ils vont, par la même occasion, réveiller les fantômes du passé

Scénario : Chris Lofing, Travis Cluff.
Musique : Zach Lemmon.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Fantastique / Horreur, Spectres et revenants, Found Footage, de moins de 90 minutes.

à partir de

7.99
voir ce film

Un lycée. Des ados. Des meurtres. Non, Gallows n’est pas une énième relecture du mythe du high-school américain façon Scream ou Carrie. Mais il en empreinte les codes de départ dans cette version plus flippante d’un épisode de Chair de poule qui mêlerait Fantôme de l’opéra et Le projet Blair Witch.

Dans une petite ville des Etats-Unis, un accident s’est produit lors de la représentation de fin d’année du lycée menant à la mort d’un jeune acteur sur scène par pendaison. Vingt ans plus tard, quatre lycéens décident de rejouer la pièce en hommage à Charlie, le garçon décédé. Mais ils vont surtout parvenir à réveiller les morts.

Gallows, littéralement la potence en anglais, contient bien son sujet dans son titre. D’ailleurs un peu comme la majorité des productions de Jason Blum, via sa société Blumhouse, à savoir des films d’horreur à petit budget mais à gros coefficient de frousse comme les sagas Paranormal Activity, Sinister ou encore Insidious. Le tout ici, en caméra subjective.

Qu’on l'apprécie ou pas, il faut tout de même reconnaître à Jason Blum un certain talent. Celui d’avoir eu du flair tout d’abord. Du flair pour repérer des histoires accrocheuses qui vont attirer le spectateur fan de frissons en salle. Mais aussi une habileté de financier. En effet, un peu à la façon d’un grand trader ou d’un génie de l’économie, Jason Blum bâtit son empire sur une méthode qui fait recette. Sauf qu’ici, pas de compilation compliquée de chiffres et de nombres. Au contraire tout l’inverse : c’est avec de tout petits budgets que l’homme gagne gros. Par exemple, en 2009, Paranormal Activity avait surpris tout le monde puisqu’avec un budget de 15 000 dollars, le film d’Oren Peli, produit par Blumhouse donc, avait rapporté plus de 193 millions de dollars. Oui, wow.

Et Jason Blum a bien compris qu’il n’y avait pas que le montage financier qui pouvait être construit de la même façon. Les scénarios le sont également. A raison de quelques légères exceptions comme The Bay, Sinister ou encore American Nightmare, le système est plutôt similaire : la première moitié du film est consacrée à de « faux » sursauts, à savoir les personnages qui se font des blagues et rigolent même si quelques bruits ou effets restent suspects, et l’autre moitié met elle en avant les « vrais » sursauts, à savoir la mise à mort des personnages. Le tout dans une ambiance qui semble illustrer le propos de Stephen King dans son livre Anatomie de l’horreur : « Ce qui est tapi derrière la porte ou en haut de l’escalier n’est jamais aussi terrifiant que la porte ou l’escalier ». Ainsi, les productions de Jason Blum suggèrent plus qu’elles ne montrent, laissant au spectateur tout la place pour faire travailler son imagination, ici macabre.

Mais un peu à la manière d’une redistribution française de l’argent du cinéma, ces œuvres très rentables permettent à Jason Blum de financer d’autres projets, très différents et plus auteurisants comme Whiplash de Damien Chazelle, Stretch de Joe Carnahan ou encore  le film musical Jems et les Holograms de Jon Chu. Et si Blumhouse encourage les sagas, elle est aussi, dans les années 2010 et quelque, l’une des plus prolifiques sociétés de production en termes de films originaux non appuyés, par exemple, sur des longs métrages préexistants, ni sur des comics. C’est aussi, un lieu d’expérimentations visuelles comme ici sur Gallows où le réalisateur, grâce au found-footage, s’amuse à nous faire percevoir un événement de deux points de vue différents.

le contexte
A voir également
Affiche du film GRAVE ENCOUNTERS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES ANGES GARDIENS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DEAD END

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE FANTÔME DU CHÂTEAU
Inclus danspassillimite
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film LIVE BY NIGHT

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film HARMONIUM

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IL A DÉJÀ TES YEUX

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film NO WAY OUT

à partir de

6.99
 
Affiche du film LA COMMUNAUTÉ

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film VENDETTA POUR LE SAINT
Inclus danspassillimite