GOOD TIME

À partir de 7.99 €
La carrière de l'ex-star de la saga "Twilight" prend décidément un tournant de plus en plus indépendant et passionnant...
Drame - 2017 - Etats-Unis d'Amérique - 97 MIN - VM - HD - Tous publics
Connie est un petit voyou qui navigue entre les combines minables, Corey, la femme qui l'entretient plus ou moins, et Nick, un frère déficient mental. Quand ce dernier est arrêté à l'issue d'un braquage mal préparé, Connie décide de tout faire pour lui permettre d'échapper à la prison...
7.1 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Stéphane Boudsocq
Stéphane Boudsocq
CHRONIQUEUR

C’est ce qu’il y a de bien avec le festival de Cannes. Parfois, au bout d’une bonne semaine de projections intensives, d’interviewes compliquées et de fêtes carabinées, (notamment la soirée radiateur organisée tous les ans par Tatie Clara dans la chaufferie du Palais), on en vient à trouver le temps long… Jusqu’à la claque, celle qui réveille les yeux et le cerveau du festivalier !

En 2017, Good time de Benny et Joshua Safdie a parfaitement joué ce rôle-là. Le thriller violent et désespéré des deux frangins new-yorkais a sorti la Croisette de sa torpeur. L’histoire de deux frères (est-ce vraiment un hasard ?) unis à la vie à la mort, l’un dépendant de l’autre, embringués dans un braquage qui tourne mal. Quand Nick est arrêté, Connie voit deux choix s’offrir à lui : réunir l’argent de la caution ou faire évader son cadet…

Puisqu’il s’agit d’un thriller, on se doute que l’option choisie ne sera pas forcément la bonne. Robert Pattinson dans l’une de ses meilleures prestations et Ben Safdie lui-même campent ce duo tragique dont la force et l’émotion vont longtemps vous poursuivre…

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Robert Pattinson

Les rues du Queens, quartier défavorisé de la banlieue new-yorkaise fournissent un remarquable décor à ces deux thrillers désespérés...

Joshua Safdie

La relation entre frères peut les pousser à tous les sacrifices et tous les excès. Entre dévotion, aveuglement et violence, ces deux films démontrent que le coeur est parfois mauvais conseiller...

THE LOST CITY OF Z