GOUPI MAINS ROUGES (VERSION RESTAURÉE)

À partir de 2.99 €
Pour la scène finale et son "je vois le soleil, je suis le soleil!"
Policier / Suspense - 1943 - France - 100 MIN - VF - HD - Tous publics
La famille Goupi vit de façon clanique dans une ferme de Charente. Chacun porte un surnom adossé à son nom. Goupi Mes sous tient une auberge. Goupi Mains Rouges braconne. Goupi Monsieur, vendeur, prétend qu'il dirige un grand magasin parisien. Goupi Tisane régente le groupe... Cette dernière est assassinée, de même que l’on croit mort le patriarche Goupi L’Empereur qui est le seul à savoir ou est dissimulé un magot qui suscite la convoitise générale.

Réalisé par

7.5 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Nous sommes le 14 avril 1943 dans une France occupée par les Allemands. Le film Goupi Mains Rouges sort précisément sur les écrans parisiens. Il s’agit d’un film policier, mais un policier inhabituel puisqu’il se déroule à la campagne, en Charente très précisément. On y voit  une famille vivant dans une ferme, chacun ayant son surnom accolé à son nom, Goupi Tonkin, Goupi Muguet, Goupi Monsieur. On y découvre l’aïeule de la famille, Goupi Tisane, morte assassinée. On y apprend la disparition d’un magot qui entraîne le déchirement du clan.

Si le réalisateur de Goupi Mains Rouges Jacques Becker fait alors figure de révélation, il est loin d’être un inconnu. Il a 37 ans. Avant la guerre, il a assisté Jean Renoir à neuf reprises. Il a réalisé quelques courts métrages ainsi qu’un long, L'Or du Cristobal qu’un autre que lui terminera et qu’il reniera. La guerre arrive. Fait prisonnier, Becker simule des crises d’épilepsie pour échapper à son stalag. Il retourne en France pour y réaliser son premier vrai film en 1942, Dernier atout, un polar avec Mireille Balin et George Rollin. C’est ce même Rollin qui vient un jour rendre visite à Becker. Il  lui indique qu’il doit interpréter prochainement l’adaptation d’un roman policier que Pierre Véry a écrit en 1937, Goupi Mains Rouges. Becker a lu le livre. Il demande qui réalise. Personne pour le moment ! 

Alors Becker se met au travail et propose à Pierre Véry une adaptation de son roman. « J’ai fini par arrive à un vague résultat » reconnaît il. Doux euphémisme pour un film qui lancera sa carrière de réalisateur, une carrière marquée par des titres aussi notoire que Touchez pas au grisbiCasque d’or et Le Trou

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Jacques Becker

LA BANDERA

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Pas si éloigné