Bande Annonce de GOUPI MAINS ROUGESDécouvrez la bande Annonce de GOUPI MAINS ROUGES sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/805/fond/805_w_500.jpg
Jacques Becker
Blanchette BrunoyFernand LedouxGeorges RollinGermaine KerjeanRobert Le ViganAlbert RémyArthur DevèreGuy FavièresMarcelle HainiaMaurice SchutzRené GéninLine NoroLouis SeignerMarcel PérèsPierre Labri

GOUPI MAINS ROUGES

100 mn

Note de SensCritique :

7.7 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jacques Becker.

Casting : Blanchette Brunoy, Fernand Ledoux, Georges Rollin, Germaine Kerjean, Robert Le Vigan, Albert Rémy, Arthur Devère, Guy Favières, Marcelle Hainia, Maurice Schutz, René Génin, Line Noro, Louis Seigner, Marcel Pérès. Pierre Labri

Synopsis : La famille Goupi vit de façon clanique dans une ferme de Charente. Chacun porte un surnom adossé à son nom. Goupi Mes sous tient une auberge. Goupi Mains Rouges braconne. Goupi Monsieur, vendeur, prétend qu'il dirige un grand magasin parisien. Goupi Tisane régente le groupe... Cette dernière est assassinée, de même que l’on croit mort le patriarche Goupi L’Empereur qui est le seul à savoir ou est dissimulé un magot qui suscite la convoitise générale.

Scénario : Pierre Véry.
Musique : Jean Alfaro.
Pays : France
Tags : Policier / Suspense, Drame.

Film pas encore disponible

Nous sommes le 14 avril 1943 dans une France occupée par les Allemands. Le film Goupi Mains Rouges sort précisément sur les écrans parisiens. Il s’agit d’un film policier, mais un policier inhabituel puisqu’il se déroule à la campagne, en Charente très précisément. On y voit  une famille vivant dans une ferme, chacun ayant son surnom accolé à son nom, Goupi Tonkin, Goupi Muguet, Goupi Monsieur. On y découvre l’aïeule de la famille, Goupi Tisane, morte assassinée. On y apprend la disparition d’un magot qui entraîne le déchirement du clan.

Si le réalisateur de Goupi Mains Rouges Jacques Becker fait alors figure de révélation, il est loin d’être un inconnu. Il a 37 ans. Avant la guerre, il a assisté Jean Renoir à neuf reprises. Il a réalisé quelques courts métrages ainsi qu’un long, L'Or du Cristobal qu’un autre que lui terminera et qu’il reniera. La guerre arrive. Fait prisonnier, Becker simule des crises d’épilepsie pour échapper à son stalag. Il retourne en France pour y réaliser son premier vrai film en 1942, Dernier atout, un polar avec Mireille Balin et George Rollin. C’est ce même Rollin qui vient un jour rendre visite à Becker. Il  lui indique qu’il doit interpréter prochainement l’adaptation d’un roman policier que Pierre Véry a écrit en 1937, Goupi Mains Rouges. Becker a lu le livre. Il demande qui réalise. Personne pour le moment !

Alors Becker se met au travail et propose à Pierre Véry une adaptation de son roman. « J’ai fini par arrive à un vague résultat » reconnaît il. Doux euphémisme pour un film qui lancera sa carrière de réalisateur, une carrière marquée par des titres aussi notoire que Touchez pas au grisbi, Casque d’or et Le Trou

Cette dernière scène ou presque – « Je vois le soleil, je suis le soleil » – véhicule son histoire et son anecdote. D’abord elle ne figurait pas dans le roman initial de Pierre Véry, et pour cause. Dans le livre, l’intrigue se déroulait au bord d’un champ de manœuvres militaires. Or quand le film est tourné, pendant l’hiver 42-43, le militaire en France est avant tout allemand. Il faut donc aménager l’intrigue, modifier le décor, édulcorer le scénario, et modifier l’assassin.

Ensuite cette même scène est interprétée par l’immense Robert Le Vigan, comédien halluciné, totalement fou et qui trouve avec Goupi Tonkin son plus bel emploi probablement. Le Vigan dormait dit on avec une hache et une bicyclette prés de son lit afin de pouvoir en cas d’agression se défendre et puis s’enfuir. Cette scène de l’arbre est tournée dans les studios d’Epinay par un froid glacial. Le Vigan est sur sa branche. Toute l’équipe du film est présente, et le Vigan annonce qu’il ne veut pas redescendre. Personne sait comment ceci va s’achever, et chacun tétanisé de peur. Puis Le Vigan décide de tomber. Il tombe, et malgré les précautions, l’assistance croit vraiment à l’accident. Le Vigan se relève. « Vous avez bien cru que ça y était, hein ? Quelle exclusivité ! » Car pendant tout le tournage de Goupi Mains Rouges, Le Vigan a été sur la sellette. Il s’enfonce alors de plus en plus dans la collaboration, avec des émissions de radio et des spectacles douteux pour ne pas dire honteux. Tout le plateau, Becker en tête qui est communiste, essaie de lui expliquer qu’il est en train de faire le pire choix. Rien n’y fait. A la libération, Le Vigan partira en exil avec, on le sait, Céline, d’un château à l’autre. Il sera arrêté, jugé, condamné en dépit de multiples témoignages de sympathie de gens tels que Jean Louis Barrault, Fernand Ledoux (le Goupi Mains Rouges de Becker), Becker lui-même. C’est celui-ci qui s’occupera avec Pierre Véry, du passage de Le Vigan en Espagne lorsque il sera finalement libéré. Le Vigan finira ses jours en Argentine sans remettre les pieds sur le sol français.

Précisons pour en revenir à Goupi Mains Rouges, que Becker a beaucoup insisté pour que film soit tourné extérieurs, en Charente, à Villebas Lavalette, ce qui n’était évident en pleine occupation. Ce choix entraîne une double conséquence. D’une part d’obtenir une plus grande authenticité, les costumes par exemple étant achetés sur place. D’autre part de rendre l’équipe plus heureuse, de pouvoir se nourrir ainsi d’omelette aux champignons alors que les restrictions alimentaires s’accentuent dans les villes. Tout le monde se sent proche au bout de deux jours, un paradoxe pour un film dans lequel les dissensions jouent un grand rôle.

Opération mains propres

Tourné pendant l’Occupation, ce film trop méconnu est un régal à chaque vision. L’action se passe dans un trou perdu quelque part en France (un bouquet dont chaque province serait une fleur). Un homme débarque du train de Paris (distance : 619 km) appelé par sa famille, ...

Lire la suite
9
Electron

Affreux, sales et aimants.

Rien de plus facile ou éculé que d’opposer deux groupes pour en faire naitre un récit : le parisien et les paysans, ici, en l’occurrence. La dichotomie est fertile et l’on peut tisser sur ce canevas bien des péripéties. Si Becker parvient à faire un film d’une grande ...

Lire la suite
8
Sergent Pepper

Fable paysanne

Si la période de l'Occupation et du régime de Vichy fut l'une des plus sombres de notre Histoire, elle fut également très riche sur le plan artistique, le cinéma français empilant les œuvres de qualité et certains, plus que d'autres, utilisèrent la caméra avec panache ...

Lire la suite
8
Kalopani
A voir également
Affiche du film L ASSASSINAT DU PÈRE NOEL (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA BETE HUMAINE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GOUPI MAINS ROUGES (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film DRIVE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés