GRAND HUIT

Parce que le premier film de Cyril Collard se plongeait dans le nocturne de la fête foraine
Drame - 1983 - France - 36 MIN - VF - HD - Tous publics

Un soir de printemps, Laurent se rend à la foire du Trône. Il cherche à oublier son quotidien, à échapper à l’emprise de Serge, son éducateur, et au souvenir tragique de la mort de son ami Djamel, tué par un vigile. Dans le grand huit, Laurent est assis à côté de Sylvia. Elle vient de quitter son petit ami et, lorsqu’ils descendent du manège, elle drague Laurent. 

6 / 10
6 / 10
1 min avant1 min avant
Stéphane Kahn
Stéphane Kahn
CHRONIQUEUR

Auteur dʼun seul long métrage au succès public et critique considérable (Les nuits fauves, adapté de son propre roman, en 1992, et récompensé par plusieurs César), Cyril Collard est de ces cinéastes dont lʼaura et la destinée tragique dépassent lʼœuvre, finalement assez méconnue dans sa globalité. On lui doit en effet trois courts métrages annonçant très clairement son style fiévreux, sa manière de diriger les acteurs, héritée de Maurice Pialat dont il fut lʼassistant sur LoulouÀ nos amours et Police.

Grand huit, son premier film, est à resituer dans cette ascendance, et évoque aussi le romantisme écorché vif de certains films de Gérard Blain, tout en dessinant les contours, avec quelques autres (Assayas, Thévenet, Carax d’abord, puis Rochant ou Ferreira-Barbosa ensuite), d’un « jeune cinéma français » apparaissant, côté court et côté longs, dans les années 80.

Durant sa courte carrière, Cyril Collard demeura fidèle à certains de ses collaborateurs et Grand huit peut aussi être envisagé à l'aune de ce compagnonnage. Daniel Barrau, à qui lʼon doit la lumineuse restitution de lʼambiance nocturne de la fête foraine, sera ainsi son chef opérateur sur ses deux autres courts. Et lʼon retrouvera René-Marc Bini, compositeur de la musique de Grand huit, au générique des Nuits fauves, fameux long qui lui valut une nomination aux César.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver STRANGULATION BLUES (Parce que ce premier court de Leos Carax témoigne, comme les films de Cyril Collard, de l'énergie du jeune cinéma français des années 1980.) ou encore FÉLIX ET LOLA (Cinéaste romanesque, Patrice Leconte situe lui aussi son histoire d'amour sous les néons d'un fête foraine, au milieu du flux de la foule et des manèges.).

Réalisé par

Même réal

Même casting

Pas si éloigné