Bande Annonce de GREMLINS 2 : LA NOUVELLE GÉNÉRATIONDécouvrez la bande Annonce de GREMLINS 2 : LA NOUVELLE GÉNÉRATION sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/3325/fond/3325_w_500.jpg
Joe Dante
Phoebe CatesZach GalliganChristopher LeeJoan GloverRobert PicardoRobert ProskyDean NorrisHulk Hogan

GREMLINS 2 : LA NOUVELLE GÉNÉRATION

102 mn

Note de SensCritique :

6.4 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Joe Dante.

Casting : Phoebe Cates, Zach Galligan, Christopher Lee, Joan Glover, Robert Picardo, Robert Prosky, Dean Norris. Hulk Hogan

Synopsis : Cinq ans après la catastrophe de Kingston Falls, Billy et Kate sont partis vivre à New York et travaillent tous deux dans la tour Clamp, building de verre et de haute technologie à l'effigie de ce magnat de la presse et de l'immobilier. Par un hasard malheureux, Gizmo le Mogwai se retrouve prisonnier dans le laboratoire génétique de la tour et, malencontreusement mouillé, il donne naissance à des tas d'autres Mogwai qui ne tarderont pas à se transformer en Gremlins. Désormais, New York est menacé.

Scénario : Charles Haas, Chris Colombus.
Musique : Jerry Goldsmith.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Fantastique / Horreur, Délires à l'américaine, Des monstres, Des suites, Les films à voir avant de mourir par Mad Movies.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Il est de coutume de considérer les suites comme moins bonnes que les premiers épisodes d'une saga, et certains se souviennent peut-être, dans Scream 3, d'un débat théorique tout à fait passionnant sur le sujet.
Or Gremlins 2 est une des plus belles exceptions à cette règle – tout à fait discutable par ailleurs. Pourquoi ? Nous reviendrons plus longuement sur les raisons de ce succès artistique, mais en voilà une, immédiatement : la présence de Joe Dante, le réalisateur du premier, au générique. Alors qu'il est si fréquent pour les studios de confier la suite à un deuxième réalisateur, souvent moins talentueux mais aussi plus sage et facile à contrôler, la Warner eût la bonne idée et surtout le courage (ou la folie diront certains), de faire à nouveau confiance au génie ayant enfanté le premier Gremlins, cinq ans auparavant, en 1984. Ce ne fut pas gagné d'avance, puisque Dante lui-même refusa dans un premier temps l'offre de la Warner, estimant qu'il avait déjà fait le tour du sujet. Ce n'est qu'une fois obtenu, grâce à son ami Steven Spielberg à la production, le contrôle artistique total et un triplement du budget par rapport au premier, qu'il signa pour ce second opus. Et ainsi commença la production d'un des plus films les plus violemment bordéliques de l'histoire d'Hollywood.

Gremlins 2 se passe à New-York, où Kate et Billy sont venus refaire leur vie après le désastre survenu dans leur petite ville de Kingston Falls. Travaillant tous les deux, l'un comme architecte junior, l'autre comme guide touristique, dans une tour de verre ultramoderne à l'effigie d'un magnat des médias et de l'immobilier (Daniel Clamp, calqué sur le milliardaire Donald Trump), notre petit couple est loin d'imaginer que le cauchemar s'apprête à recommencer. C'est que Gizmo, le gentil Mogwai du premier épisode, est sorti de sa retraite et a été amené dans la tour Clamp pour y subir des expériences. Là-bas, un accident ne pas va pas tarder à survenir et les Mogwai à se multiplier, pour bientôt se transformer en voraces Gremlins.

On le sait bien, pourtant : règle n°1, ne jamais mouiller un Mogwai ; règle n°2, ne jamais lui donner à manger après minuit...

L'originalité (et le génie) de ce second opus réside dans son approche résolument baroque. Joe Dante, son scénariste Charlie Haas et son producteur Steven Spielberg (qui, on le sait, projetait sur Dante toutes les pulsions anarchistes qu'il n'osait afficher dans ses propres films) ont en effet mis à profit leur liberté artistique pour imaginer Gremlins2 comme un gigantesque capharnaüm pop, un écheveau de références cinéphiles délié des contraintes habituelles de la narration, un laboratoire critique du cinéma par le cinéma, et, enfin, un vaste défouloir anticapitaliste. Et tout ça en 1h46 menées tambour battant, au rythme frénétique des gags imposés par ces sales gosses, qui se doutaient bien, au fond d'eux, qu'ils n’auraient plus de sitôt les clés de la maison. Alors autant en profiter !

Comme on peut s'en douter, malgré sa réussite artistique et un accueil critique plutôt favorable (en France, les Cahiers du cinéma en firent même un de leurs meilleurs films de l'année 1990), Gremlins 2 fut un échec public, ne récoltant que 40 millions de dollars au box-office, soit 10 de moins que son budget. Le public fut sans doute déconcerté par la radicalité de la forme, sa folie incontrôlable, et aujourd'hui encore, il faut un certain recul pour apprécier le film.

Par ailleurs, dans une sombre manoeuvre pour empêcher Dick Tracy de battre Batman au box-office, la Warner sortit Gremlins 2 le même jour, sacrifiant donc ce dernier pour préserver un record...

Nous disions en préambule que le film constituaient, pour diverses raisons, l'un des plus beaux exemples de suite réussie. On peut aller plus loin : il est, en même temps qu'une suite, la critique du concept de suite. Autrement dit, le poison et son antidote. Reprenons à la source. Qu'est-ce qu'un Gremlin ? Le clone maléfique d'un petit être mignon. Le Gremlin comporte donc, intrinsèquement, l'idée de maléfice du double, l'idée qu'à trop multiplier les choses, on s'expose à leur perversion, à leur monstruosité. Dante ne dit rien d'autre lorsqu'il montre les Gremlins torturant le pauvre Gizmo en le faisant passer dans une photocopieuse. Mais à la limite, tout cela était déjà vrai dans le premier.

Allons donc plus loin. La différence fondamentale entre les deux opus, c'est, outre de situer le film dans une métropole, de faire muter les sales bestioles. En avalant les potions du Dr Catheter (joué par le mythique Christopher Lee, éternel Dracula des films de la Hammer), les Gremlins deviennent ce qu'on appelait pas encore à l'époque des OGM. Mais pas n'importe lesquels : Dante a fait de chacun une référence à un objet culturel pré-existant. Citons pêle-mêle The Thing, Batman, Groucho Marx, la Gargouille de Notre-Dame de Paris, Liza Minelli dans New York New York, Michael Douglas dans Wall Street, le Fantôme de l'Opéra, Le magicien d'Oz ou encore Rambo 2. Et où se passe le jeu de massacre auquel Dante invite tout ce beau monde ? Dans un centre multimédia, une tour de Babel que les Dieux ont décidé de punir pour son orgueil. Les Gremlins deviennent ainsi de purs véhicules pop, un amoncellement de signes qui clignotent dans tous les sens et ne cessent de détruire ce qui les a enfantés : le cinéma. C'est d'ailleurs ce qu'ils font, très littéralement, lorsqu'ils s'attaquent à la pellicule même, mise en abîme ultime d'un film qui en compte trop pour qu'il soit possible de toutes les énumérer ici. Gremlins 2 est à ce titre le film où Joe Dante a poussé le plus loin le principe autodestructeur qui l'anime depuis toujours, cette espèce de jubilation enfantine à bousiller ses propres jouets.

Pourtant, il est une référence, un totem, auquel Joe Dante a laissé une place toute particulière : Chuck Jones et ses Looney Tunes. Ce sont ainsi Daffy Duck et Bugs Bunny qui ouvrent et ferment le film par deux parenthèses loufoques afin, selon les propres mots du réalisateur, de « poser d'emblée le ton anarchiste ». Dante, qui a lui-même réalisé un film figurant les Looney Tunes en 2003, n'a jamais fait mystère de son admiration pour ce maître du cartoon américain, l'égal de Tex Avery et Walt Disney. Jones était alors à la retraite, mais il accepté d'en sortir pour offrir ces deux bijoux à son disciple. Après ce chant du cygne, Jones reprendra à nouveau ses crayons pour les séquences animées de Stay Tuned en 1992 et Mrs Doubfire en 1994, avant de prendre sa retraite pour de bon, et de s'éteindre en 2002, à l'âge de 89 ans.

N'importe quoi...

J'aimerais vous dire quelques mots au sujet de ce qui se passe dans ce film parce-que... je pense que tout cela peut avoir des conséquences plus que fascinantes pour notre avenir à tous. Quand vous inoculez des substances génétiques de recherches scientifiques dans des formes ...

Lire la suite
9
zombiraptor

Nudie! Nudie! Nudie!

They're back !! Billy, Kate et maintenant New York sont loin d'en avoir fini avec les Gremlins ! Plus nombreux, plus longtemps, plus variés, Joe Dante ne fait pas dans la demi-mesure, on les connaît grâce au premier film de la saga, il n'attend pas le désert pour nous les servir, ...

Lire la suite
7
Docteur_Jivago

"Le building n'était pas fait pour les hommes"

[SanFelice révise ses classiques, volume 6 : http://www.senscritique.com/liste/San_Felice_revise_ses_classiques/504379] N'avez-vous jamais pensé que votre dentiste était un monstre hideux qui ne vous voulait que du mal ? Si c'est le cas, Joe Dante a la réponse à vos interrogations ...

Lire la suite
7
SanFelice
le contexte
A voir également
Affiche du film GREMLINS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film PACK GREMLINS

à partir de

4.99
 
Affiche du film LA QUATRIÈME DIMENSION

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film THE THING

à partir de

2.99
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés