GUET-APENS

Bientôt disponible
Parce qu'Alec Baldwin et Kim Basinger y succèdent à Steve McQueen et Ali Mc Graw
Policier / Suspense - 1994 - Etats-Unis d'Amérique - 110 MIN - Tous publics
Doc et Carol McCoy s'aiment. Et c'est heureux car, dans leur univers professionnel - le cambriolage de haut vol -, la confiance est une chose rare. Mais voici que Doc est enfermé dans une prison mexicaine et que seul Jack Benyon, un malfrat, peut le faire libérer. Il propose à Carol un marché odieux...

Réalisé par

4.5 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR

Guet-apens est l’histoire d’un cambriolage qui tourne mal, ou d’un couple qui trouve son salut dans la fuite après avoir délesté un gang de truands des fruits de sa rapine, ou d’un chantage indigne imposé à un homme qui n’est pas en position de pouvoir négocier… Bref le film est un polar de la meilleure eau, qui ne rechigne à aucune scène d’action tout en mettant en place des personnages taillés dans le roc de nos plaisirs cinéphiles les mieux ancrés.

Ce film de Roger Donaldson de 1994 porte le même titre qu’une œuvre de Sam Peckinpah qui lui est antérieure de 22 ans. Ce n’est pas un hasard, les deux films étant des adaptations du même livre de Jim Thompson. Mieux, ils sont l’un et l’autre bâtis sur un scénario de Walter Hill, par ailleurs cinéaste de talent, à qui l’on doit Les Guerriers de la nuit, Sans retour ou 48 heures. Le mimétisme entre les deux adaptations va même plus loin, puisque les deux films trouvent leur épilogue dans le même hôtel, en Arizona. Et que les comédiens qui donnent vie aux braqueurs en cavale sont également en couple à la ville. C’était le cas de Steve McQueen et Ali McGraw chez Peckinpah, ça l’est également pour Alec Baldwin et Kim Basinger dans la version de Roger Donaldson.

A noter que ce cinéaste d’origine australienne dont la plus grande partie de la carrière est américaine est un habitué des remakes. On lui doit également une version des Révoltés du Bounty où après Clark Gable et Marlon Brando c’est Mel Gibson qui incarne le mutin Fletcher Christian. Roger Donaldson n’est sans doute pas un créateur de formes nouvelles, mais il possède un sens certain du travail bien fait. Parmi ses réussites citons Sables mortels, un film noir à la lumière du désert du Nouveau Mexique, La Mutante, un film fantastique plutôt astucieux ou Treize jours, qui raconte, vu depuis la Maison Blanche, le bras de fer entre l’Amérique de John Kennedy et l’URSS de Nikita Khrouchtchev à propos de Cuba. Un profil éclectique on en conviendra.

Le contexte

Kim Basinger

C'est le remake d'un film noir célèbre

Roger Donaldson

C'est le mètre-étalon du film de couples criminels

8 MILE

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS