Bande Annonce de HANA-BIDécouvrez la bande Annonce de HANA-BI sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/13069/fond/13069_w_500.jpg
Takeshi Kitano
Kayoko KishimotoRen ÔsugiSusumu TerajimaTakeshi KitanoTetsu WatanabeHakuryuKenichi YajimaTaro IstumiYasuei YakushijiYuuko Daike

HANA-BI

96 mn

Note de SensCritique :

7.8 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Takeshi Kitano.

Casting : Kayoko Kishimoto, Ren Ôsugi, Susumu Terajima, Takeshi Kitano, Tetsu Watanabe, Hakuryu, Kenichi Yajima, Taro Istumi, Yasuei Yakushiji. Yuuko Daike

Synopsis : Yoshitaka Nishi, un policier, va de souffrance en souffrance. Sa fille meurt en bas âge et sa femme est atteinte d'un cancer incurable. Alors qu'il lui rend visite à l'hôpital, deux de ses collègues sont abattus. L'un d'eux meurt. L'autre finit en fauteuil roulant. Nishi décide de lui venir en aide...

Scénario : Takeshi Kitano.
Musique : Joe Hisaishi.
Pays : Japon
Tags : Policier / Suspense, Carte Postale du Japon, Drame, Fête vous plaisir, SensCritique - Best of films au Japon, SensCritique - Best of des plus belles fins, SensCritique - Best of films asiatiques, Polars japonais, Drame japonais, Cancer, Deuil.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Ceux qui avaient découvert Takeshi Kitano dans Violent Cop ou Sonatine ne peuvent au premier abord que se sentir en terrain familier quand s’ouvre Hana-bi, où le comédien-réalisateur campe un flic dont les accès de violence tranchent d’avec un calme qui semble imperturbable. Mais de fait notre homme bouillonne : sa fille est morte, sa femme est atteinte d’un cancer incurable et ses deux collègues se sont laissés piégés par un yakuza. Le premier est mort, le second est resté paraplégique. Ce n’est donc pas la fête…

Mais le film est plus chatoyant que cette introduction le laisserait penser. En japonais Hana-bi signifie Fleur de feu. Le nom poétique du feu d’artifices. Et c’est effectivement à un feu d’artifices que nous sommes invités, tant le mélange des genres parvient à une sorte de perfection. Si le drame et le thriller se donnent la main, le film n’en est pas moins habité par un sens du burlesque qui n’est jamais forcé, et une poésie portée par la dimension picturale du film.

Hana-bi n’en est pas moins constamment guetté par la mort et porteur d’une mélancolie de tous les instants. Les personnages sont manifestement au bout du rouleau, et pas seulement celui qu’incarne le cinéaste. Mais la souffrance reste digne, elle est en outre ponctuée d’éclats de rire. Comme si Kitano se servait de l’enveloppe habituelle de ses films, polars violents autant que surprenants pour nous offrir un essai personnel sur le sens de la vie, qui tend à l’épure et cherche à renouer avec les plaisirs simples de l’enfance.

Hana-bi est le septième film de Kitano. Il saura toucher le cœur du public français, attirant 273 000 spectateurs lors de sa sortie, en 1997. Un score qui ne sera dépassé qu’une seule fois, par son film suivant, l’élégiaque Eté de Kikujiro. Mais le regard que nous portons sur le comédien est on ne peut plus différent de celui des Japonais. Au Pays du Soleil levant, Kitano est en effet d’abord connu comme un comique qui n’a pas peur de pulvériser les limites habituelles du bon goût. Nous voyons en lui un cousin nippon d’Alain Delon. Il est davantage celui de Coluche. Mais c’est le Coluche de Tchao pantin que le cinéma fait vivre. Son jeu est en effet d’une intériorité impressionnante. Souvent taiseux au-delà du raisonnable, notre homme est de fait l’exact inverse de celui que le grand public admire et qui n’aime rien tant que rire, notamment de lui-même. Cela étant dit, et même au Japon, Hana-bi marque un tournant dans sa carrière, qui met en lumière son talent de metteur en scène, à l’égal des plus grands, de Kurosawa à Oshima, en passant par Mizoguchi et Imamura. Pas moins.

La reconnaissance internationale a touché le cinéaste avec d’autant plus de force que le film recèle plus d’éléments personnels, voire intimes, que ses films précédents. Dans la scène finale, par exemple, c’est la propre fille du cinéaste, Shoko, qui joue au cerf-volant. Et ce sont ses propres tableaux que Kitano nous expose tout au long du film, ajoutant une part d’enfance et de couleurs à l’ensemble. Mais la noirceur du film est également directement issue de la psyché du cinéaste, qui n’est pas satisfait de la vie qui est la sienne, qui se sent piégé. « Quelque chose est cassé » avait-il l’habitude de confier à ses interlocuteurs. Et le grave accident de scooter, survenu trois ans plus tôt et qui allait le laisser partiellement défiguré, n’arrangeait évidemment rien.

Mais aussi personnel soit-il, Hana-bi est aussi un film sur le Japon. Un film subtil, mais en colère. La politesse compassée et évidemment hypocrite de ses compatriotes, cette façon de tout garder pour soi afin de ne gêner personne l’irritent. C’est ce monde trop bien organisé, d’où rien ne dépasse, qu’il se fait un malin plaisir de dynamiter. Sous le masque d’un Buster Keaton oriental, qui jamais ne sourit et rarement prend la parole, se cache un homme qui peut facilement rivaliser avec la furie destructrice des Marx. La dernière partie du film est d’autant plus spectaculaire, où les personnages, définitivement affranchis de toute contingence sociale semblent en état d’apesanteur…

Feu d'artifice

Hana-Bi c'est... Un poème. Une poésie tragique. C'est une ballade désenchantée vers le gouffre. C'est cette violence sans fard qui éclabousse de rouge les visages et les toiles. C'est cette mélancolie morbide que l'on voit se dessiner sur le visage de Nishi et dans les peintures ...

Lire la suite
9
Ze Big Nowhere

Suicide in the sky with diamonds.

C’est sur un monde dépourvu de langage que s’ouvre Hana-Bi. Mutique et angélique, Kitano contemple avec la résignation d’un mort vivant ceux qui s’échinent à encore ruer dans les brancards : petites frappes, yakusas, créanciers, médecins, collègues. Le monde est ...

Lire la suite
9
Sergent Pepper

Dirty arigato

Une musique composée de cordes enjouées, planante et tournée vers les nuages. Puis deux visages ahuris et du bitume face au portrait craché d'un homme en deuil. Un coup de serpillère imbibée violent et sec. La musique s'arrête et laisse place au son du labeur. Une chute. ...

Lire la suite
10
real_folk_blues
 
le contexte
A voir également
Affiche du film Cold Fish

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film KIDS RETURN

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L ÉTÉ DE KIKUJIRO

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Tel père, tel fils

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film OCEAN S 8

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film UN CONTE PEUT EN CACHER UN AUTRE (PARTIE 1 & 2)

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film JURASSIC WORLD: FALLEN KINGDOM

à partir de

4.99
 
Affiche du film COMMENT TUER SA MÈRE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE CERCLE LITTÉRAIRE DE GUERNESEY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DEMI SOEURS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés