HEAT

1996
164 mn
La virtuosité de la mise en scène de Mann est devenue depuis ce film un cas d'école et un modèle !
Ce film n’est plus disponible
Los Angeles. Des braqueurs. Un fourgon blindé. Un policer... Equation pour un crime "banal" qui va virer à l'addition d'erreurs, de violence et de règlement de compte. Une double chasse à l'homme s'engage alors dans les rues de la ville entre la bande McCauley, le mouton noir Waingro et l'inspecteur Hanna...
Ce film n’est plus disponible
Policier / Suspense
Etats-Unis
Tous publics

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Alors vous me direz : "Oui, les films de gangster, les fusillades, les braquages et les règlements de compte on connaît, on en a vu plein". Et je vous répondrai comme je l'ai dit une fois à tatie Clara : "Derrick ou Julie Lescaut c'est bien, mais quand un vrai polar passe à proximité, mieux vaut ne pas le louper" ! Et c'est exactement le cas avec "Heat" de Michael Mann que vous allez maintenant découvrir.

D'ailleurs, je suis encore en dessous de la vérité car ce film sorti en 1995 a carrément réinventé un style, qu'à l'image des westerns, on pensait dépassé voire condamné. "Heat", c'est l'histoire du cambriolage raté d'un fourgon blindé, de la vengeance d'une partie des malfaiteurs envers un bras cassé de l'équipe mais aussi de la traque de tout le gang par un policier bien décidé à les jeter sous les verrous.

 Si j'ajoute Robert de Niro, Al Pacino, Val Kilmer et Jon Voight à l'ensemble, ne me dites pas que vous préférez toujours les mésaventures de Véronique Genest ou Horst Tappert ?

 
Dans le même genre vous pouvez trouver LES INCORRUPTIBLES (Des malfrats sans foi mais pas sans loi, des règlements de compte sanguinaires, des policiers aux abois et en chasse : deux époques, deux styles mais un même portrait violent du crime...) ou encore RESERVOIR DOGS (Etre criminel c'est dangereux souvent, rentable parfois mais ça demande toujours de l'ordre et des règles. Alors quand un des membres d'une bande commet un impair, la vengeance des autres est impitoyable...).