Bande Annonce de HOTEL TERMINUSDécouvrez la bande Annonce de HOTEL TERMINUS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/8217/fond/8217_w_500.jpg
Marcel Ophuls
Claude BourdetHannes Schneider-MerckJeanne MoreauKlaus BarbieMarcel OphulsBertrand TavernierDaniel CordierGünter GrassKarl-Heinz MüllerLucie AubracClaude Lanzmann (lui-Même)Daniel Cohn-Bendit (idem)Jacques Vergès (lui-Même)

HOTEL TERMINUS

256 mn

Note de SensCritique :

7.9 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Marcel Ophuls.

Casting : Claude Bourdet, Hannes Schneider-Merck, Jeanne Moreau, Klaus Barbie, Marcel Ophuls, Bertrand Tavernier, Daniel Cordier, Günter Grass, Karl-Heinz Müller, Lucie Aubrac, Claude Lanzmann (lui-Même), Daniel Cohn-Bendit (idem). Jacques Vergès (lui-Même)

Synopsis : Une enquête sur la vie de Klaus Barbie, officier S.S., membre de la Gestapo lyonnaise qui fit torturer Jean Moulin avant de travailler après guerre pour les Etats-Unis et les dictatures d'Amérique latine.

Scénario : Marcel Ophuls.
Pays : Allemagne | France | Etats-Unis d'Amérique
Tags : Documentaire, Drame.

Film pas encore disponible

L’Hôtel Terminus, ce fut à Lyon à partir de la fin de l’année 1942 le siège de la Gestapo. L’Hôtel Terminus, c’est là que sévit le criminel de guerre nazi Klaus Barbie. Et « Hôtel Terminus », c’est le titre choisi par Marcel Ophüls, quarante-six ans plus tard, pour nommer le documentaire dans lequel il relate la vie de Klaus Barbie, depuis sa jeunesse jusqu’à son procès en France, en passant par ses quarante années de fuite à l’étranger pour tenter d’échapper à la Justice. Sous-titré « Klaus Barbie, sa vie et son temps », le film de Marcel Ophüls, dont le commentaire est dit par Jeanne Moreau, obtint l’Oscar du Meilleur film documentaire en 1989.

 

C’est un journal américain qui fut indirectement à l’origine du film. Dans un premier temps en effet, un quotidien américain avait proposé à Ophüls de couvrir le procès de Klaus Barbie en France, puis la proposition s’était transformée en un contrat d’écriture pour un livre autour de ce même procès. C’est alors qu’un jeune producteur américain proposa au cinéaste de faire un film sur Barbie. Réticent d’abord à faire un nouveau film sur l’Occupation, après « Le Chagrin et la Pitié », Ophüls se laisse finalement convaincre et « Hôtel Terminus » voit progressivement le jour.

 

Durant le tournage du film, Marcel Ophüls résuma ainsi son intention : « A propos de Klaus Barbie, les gens se posent un certain nombre de questions, les uns aux autres, mais surtout – et c’est là l’essentiel- à eux-mêmes. Ces questions, je suis persuadé qu’on se les pose en ce moment même, entre amis, dans la presse, au cours et autour du procès, mais aussi dans des nuits sans sommeil. Toute personne qui assume la lourde tâche de présenter un document de long métrage sur cet homme, sa vie et ses crimes, se doit d’avoir formulé ces questions et de proposer des réponses possibles. » Et ces réponses les voici…

 

L’un des grands mérites du film de Marcel d’Ophüls est assurément de donner la parole à celles et ceux qui à un moment ou un autre de leur vie ont côtoyé Barbie. Notamment le Barbie d’avant la guerre avec cet ami d’enfance et d’école devenu fermier dans leur village natal ou bien encore cet ancien condisciple à l’Université. Mais ce sont évidemment les témoignages des résistants français, Raymond et Lucie Aubrac ainsi que Claude Bourdet qui retiennent l’attention tout comme celui de Simone Lagrange, victime de Barbie et survivante d’Auschwitz. Autant de paroles qui firent également le prix du procès intenté à Barbie après sa capture en Bolivie et qui se déroula à Lyon en 1987.

 

L’autre grand mérite du documentaire d’Ophüls, c’est sans nul doute l’intérêt qu’il porte au parcours de Barbie après la chute du régime nazi. Comment par exemple, il fut, comme d’autres criminels de guerre nazis, protégé et utilisé par les services secrets américains. Ou bien comment il mena durant trente ans une existence paisible d’homme d’affaires comme un autre en Bolivie, sous le nom de Klaus Altmann. Autant d ‘épisodes incroyables qu’Ophüls détaille et reconstitue avec minutie. Rétrospectivement, on imagine mal cette impunité et cette vie sans nuage pour le bourreau de Jean Moulin et de tant d’autres. En ce sens, et comme le dit Ophüls lui-même, le film est un formidable combat contre l’oubli et pour que la mémoire des faits ne se perde pas.

 

Fils du grand cinéaste de fiction Max Ophüls, Marcel Ophüls s’est fait essentiellement connaître à travers ses documentaires qui du Nazisme jusqu’au Mur de Berlin, en passant par le Vietnam et la Bosnie racontent le siècle passé. Et à propos de ce genre cinématographique particulier le cinéaste a déclaré : « Dans le documentaire, il faut transformer le vice en vertu, se débrouiller avec ce qu’on a. La seule qualité du documentaire, c’est la spontanéité, il faut l’utiliser, pas la brider. Mes documentaires s’élaborent au gré des circonstances. Si on s’encombrait d’un scénario, le documentaire ne respirerait plus, ce serait comme un train sur rail et en plus dans un tunnel. »

 

 

 

Après Le Chagrin et la Pitié, superbe fresque documentaire sur la France au temps de la collaboration, Marcel Ophüls réalisa Hôtel Terminus, autre documentaire monumental de plus de 4 heures, consacré par un Academy Award. Cette fois, il s’intéresse à Klaus Barbie, dit ...

Lire la suite
9
Ninesisters
le contexte
A voir également
Affiche du film NIKITA

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE MIRACULÉ

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés