IL Y A DES JOURS... ET DES LUNES

Bientôt disponible
Pour illustrer les changements de ton de Lelouch, avec ce film pour preuve absolue
Comédie - 1990 - France - 115 MIN - Tous publics

Tout va bien. Caroline épouse un marin normand. Gérard, le routier, file le parfait amour avec sa jeune épouse, tout comme le restaurateur et sa femme, le médecin de l'aéroport et la sienne, l'hôtesse de l'air avec son mari. Mais, la pleine lune et le passage à l'heure d'été font monter la tension. L'hôtesse, enceinte, quitte son mari, le restaurateur perd sa femme, le curé quitte son amant, Caroline est chassée par son marin de mari, Gérard, à présent cocu, se fait licencier...

Réalisé par

5.8 / 10
1MNavant
2MNaprès
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Le 11 avril 1990, deux ans après l’énorme succès de Itinéraire d’un enfant gâté, sort sur les écrans français Il y a des jours... et des lunes, le 31e long métrage de Claude Lelouch – et 31 c’est l’inverse de 13 ! –, produit par sa société, les Films 13, et citant, sur son affiche, ses 13 comédiens principaux, parmi lesquels des habitués du cinéaste et quelques petits nouveaux. Parmi ceux-ci Gérard Lanvin en camionneur pressé, Patrick Chesnais en chirurgien cynique, Vincent Lindon en restaurateur joueur et Jacques Gamblin en étonnant jeune marié. Si ces quatre-là apparaissent pour la première fois dans un long métrage de Claude Lelouch, ils se retrouveront tous dans le suivant, la Belle histoire, aux côtés de Béatrice Dalle.

Parmi les habitués du réalisateur, vous allez retrouver, pour la 2e fois, Gérard Darmon, en motard lunatique ; pour la 3e fois, Philippe Léotard, en chanteur abandonné, Paul Préboist, en monsieur je-sais-tout, et Serge Reggiani, en vieillard nostalgique ; pour la 4e fois, Annie Girardot, en femme solitaire, et Nicole Croisille, en chanteuse, et, enfin, pour la 5e fois, Marie-Sophie L – à l’époque toujours Madame Lelouch –, en hôtesse un peu nunuche et Francis Huster, en prêtre doublement tenté.

 A leurs côtés, ne ratez pas les apparitions de José Artur, Florence Pernel, Claire Nadeau, Jean-Claude Dreyfus, Didier Sauvegrain, Christine Boisson, Michel Creton, Patrick Bruel et, fidèle parmi les fidèles, Charles Gérard qui, en chef cuisinier, faisait, ici, sa 13e apparition dans un film de Claude Lelouch. Ils ont du fêter ça !

Contexte

Gérard Lanvin

Point de convergence chez Lelouch, l’embouteillage est le point de départ chez Comencin

Claude Lelouch

Film choral où les destins parallèles de multiples personnages se rejoindront, non dans un embouteillage mais, dans un tremblement de terre.

LE FILS PRÉFÉRÉ (1994)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité