IMOGèNE MCCARTHERY

Bientôt disponible
0
Comédie - 2010 - France - 80 MIN - Tous publics

Farouche écossaise « exilée » à Londres, Imogène McCarthery est employée comme simple secrétaire au ministère de la Marine britannique. Un jour, Sir Woolish, son grand patron, lui confie la périlleuse et secrète mission de convoyer les plans d'un nouvel avion de guerre jusqu'à un contact en Ecosse, à Callander... son village natal ! Ravie de rentrer au pays, l’innocente Imogène ne sait pas encore ce qui l’y attend...

5 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Après avoir, à deux reprises, incarné l’intrépide Prudence Beresford, l’héroïne d’Agatha Christie, dans Mon petit doigt m’a dit... et dans le Crime est notre affaire, deux comédies policières de Pascal Thomas dans lesquelles André Dussollier, en placide époux prénommé Bélisaire, lui donnait la réplique, Catherine Frot a repris du service dans Imogène McCarthery, une autre comédie policière menée par deux réalisateurs débutants : Alexandre Charlot et Franck Magnier.

 

S’il s’agit, effectivement, de leur première mise en scène, le duo était déjà bien connu pour avoir sévi à la télévision, dès la fin des années 1980, en écrivant les textes des Guignols de l’info puis, à partir de 2002, en devenant scénariste, pour le cinéma. C’est ainsi que leurs deux noms apparaissent aux génériques de Fantastique, un film fantastique – justement – avec Clovis Cornillac en prisonnier transsexuel, et de Astérix aux jeux olympiques, avec Clovis Cornillac en irréductible gaulois résistant encore et toujours à l’envahisseur. Et puis il y eut, avec Dany Boon, l’écriture de Bienvenue chez les Ch’tis. C’est après ce phénoménal succès que les deux amis décidèrent de passer à la réalisation et uniquement à la réalisation,  abandonnant, pour cette fois, leur métier de scénariste, préférant adapter un roman de Charles Exbrayat, paru 50 ans plus tôt.

 

Pour donner la réplique à Catherine Frot, ils feront appel à Lambert Wilson, Danièle Lebrun, Lionel Abelanski et Michel Duchaussoy. Vous reconnaîtrez, également, dans le rôle de Sir Woolish, le grand patron de l'Intelligence Service de sa Gracieuse Majesté, Michel Aumont, le seul a avoir déjà croisé Catherine Frot au cinéma. Juste avant cette comédie, ils avaient été père et fille dans le drame de Safy Nebbou, l’Empreinte de l’ange ; en 1991, ils avaient participé, l’un et l’autre, à Sushi Sushi, la comédie de Laurent Perrin, elle en banquière pas prêteuse, lui en nippophile convaincu prêt à se faire hara-kiri, et, enfin, 25 ans avant Imogène McCarthery, ils habitaient le même immeuble parisien, plus exactement le même escalier, l’escalier C du film homonyme de Jean-Charles Tacchella. C’était en 1985, souvenez-vous, le typographe alcoolique, c’était lui, la jeune femme toujours en train de se chamailler avec son petit ami, c’était elle.

Le contexte

Franck Magnier

L’EMPREINTE DE L’ANGE (2009)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS