INKORREKT(E)S

À partir de 6.99 €
Adulte - 2004 - France - 80 MIN - VF - interdit aux moins de 18 ans
Sous le soleil corse, 7 garçons et 5 filles se laissent aller aux joies du sexe. Pilar est étudiante en cinéma et veut multiplier les expériences sexuelles. Mahé préfère vivre un nouvel amour fort. Cynthia rêve de devenir une porn-star. Elle sont sur la route avec Sebastian, un moniteur narcissique porté sur le sexe. Ils embarquent en chemin Manon, une jeune gothique en révolte. Une panne d'essence. Loin de tout, les cinq trouvent refuge dans un hôtel fermé. Ils font la connaissance du directeur, Bibi, homo quarantenaire, de Junior, son gigolo brésilien, de Babu, travailleur dans le bâtiment, d'Adrianna, une escort girl lassée par son métier, cherchant une relation sentimentale, de Giovanni, fils de bonne famille italien qui loue les services d'Adrianna, de Pénélope, qui aime danser et une soubrette dévergondée. La ronde du sexe peut donc commencer, tandis que des avions de chasse militiares trouent le ciel par intermittence.

Réalisé par

Pas encore disponible
1MNavant
2MNaprès
Christophe Bier
Christophe Bier
CHRONIQUEUR

Tournée en 5 jours de mai 2004 sous le soleil corse, en pleine nature, Inkorrekt(e)s est une comédie de vacances, printanière et libre à l’image des protagonistes : 7 filles et 5 garçons bien dans leurs corps, se laissant aller aux joies multiples du sexe. Sur ce simple postulat, John B. Root signe une fois encore un film porno et drôle, attachant par la description de ses personnages féminins. Adrianna est une call-girl fatiguée par son métier, cherchant une relation sentimentale. Pilar, étudiante en cinéma, multiplie les expériences. Mahé veut vivre un nouvel amour fort. Cynthia, persuadée qu’elle mourra avant 25 ans, rêve d’être une porn-star. Manon est une gothique en révolte qui vient de quitter la maison familiale.
« C’est un film de filles, pour les filles, par les filles… Dans cette histoire, les garçons, je m’en fichais un peu. », confesse John B. Root qui a réuni un casting idéal, remarquablement dirigé. A son propos, on a parfois évoqué Eric Rohmer, autre cinéaste proche de ses comédiennes, de leurs histoires sentimentales. Comme lui, Root sait capter des bribes de malaise existentiel, apporte une touche de critique sociale. Il glisse aussi vers la charge comique avec Francesco Malcom, homme tourmenté qui retrouve sa virilité grâce au décès d’une belle-mère trop conservatrice. La fin bascule dans l’onirisme.
Ce mélange des genres va de pair avec une sexualité débridée qui s’épanouit au grand air des plateaux ou près des rivières : triolisme à la confiture, fist-fucking et même homosexualité masculine, font exploser les frontières d’une pornographie trop souvent sectorisée. Le réalisateur a cru bon de faire précéder son film d’un avis aux homophobes, précisant qu’il ne s’agissait pas d’une charge « antipédés ». Précision inutile tant son travail déborde d’humanisme.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

John B Root

LA CAMBRIOLEUSE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité