J'AI LE DROIT DE VIVRE

Bientôt disponible
Parce que le film s'inspire - un peu - du parcours de Bonnie and Clyde
Drame - 1937 - Etats-Unis - 86 MIN - Tous publics
Récemment libéré de prison, Eddie Taylor épouse Joan, la femme qu'il aime. Mais il est rapidement accusé d'un nouveau crime, qu'il n'a pas commis, et est condamné à mort. Il s'évade avec l'aide de Joan. 
7.5 / 10
7.5 / 10
1 min avant1 min avant
Les avis surSens Critique
Sylvain Angiboust

À sa sortie de prison Eddie Taylor épouse Joan, la femme qu’il aime. Bien décidé à rentrer dans le droit chemin, Eddie trouve du travail et loue une maison, mais son employeur et son propriétaire le mettent dehors à cause de sa réputation d’ancien criminel.

Un hold-up est commis dans une banque de la région. Le chapeau d’Eddie est retrouvé sur les lieux du crime. Le jeune homme clame son innocence mais il est condamné à mort.

En prison, Eddie fait croire qu’il est malade et est envoyé à l’infirmerie. Prenant en otage un médecin, il parvient à s’évader et prend la fuite avec Joan.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver DEUX HOMMES DANS LA VILLE (Taulard un jour, taulard toujours. Comme Fritz Lang, José Giovanni montre la quasi-impossibilité pour un criminel repenti de se réinsérer dans la société. Un grand rôle pour Delon.) ou encore BONNIE AND CLYDE (35 ans après leur mort, le couple de bandits le plus célèbre d'Amérique avait enfin droit à son film, dont la violence et l'audace allaient révolutionner Hollywood.).

Réalisé par