J'AI LE DROIT DE VIVRE

Bientôt disponible
Parce que le film s'inspire - un peu - du parcours de Bonnie and Clyde
Drame - 1937 - Etats-Unis - 86 MIN - Tous publics
Récemment libéré de prison, Eddie Taylor épouse Joan, la femme qu'il aime. Mais il est rapidement accusé d'un nouveau crime, qu'il n'a pas commis, et est condamné à mort. Il s'évade avec l'aide de Joan. 
1 min avant1 min avant
Les avis surSens Critique
Sylvain Angiboust
Sylvain Angiboust
CHRONIQUEUR

À sa sortie de prison Eddie Taylor épouse Joan, la femme qu’il aime. Bien décidé à rentrer dans le droit chemin, Eddie trouve du travail et loue une maison, mais son employeur et son propriétaire le mettent dehors à cause de sa réputation d’ancien criminel.

Un hold-up est commis dans une banque de la région. Le chapeau d’Eddie est retrouvé sur les lieux du crime. Le jeune homme clame son innocence mais il est condamné à mort.

En prison, Eddie fait croire qu’il est malade et est envoyé à l’infirmerie. Prenant en otage un médecin, il parvient à s’évader et prend la fuite avec Joan.

Réalisé par

7.5 / 10
Le contexte

35 ans après leur mort, le couple de bandits le plus célèbre d'Amérique avait enfin droit à son film, dont la violence et l'audace allaient révolutionner Hollywood.

Fritz Lang

Taulard un jour, taulard toujours. Comme Fritz Lang, José Giovanni montre la quasi-impossibilité pour un criminel repenti de se réinsérer dans la société. Un grand rôle pour Delon.

LES RAISINS DE LA COLÈRE