J'ai toujours rêvé d'être un gangster

À partir de 2.99 €
Parce que Bouli fut un des premiers comédiens pressentis pour un film qui n'en manque pas
Policier / Suspense - 2008 - France - 112 MIN - VF - Tous publics
Une cafétéria dans une zone commerciale de la banlieue parisienne. Un braqueur tente maladroitement de braquer la serveuse avec qui il ne tarde pas à sympathiser. Sur le parking, Léon et Paul attendent des nouvelles de l’adolescente suicidaire qu’ils ont kidnappée. Le même soir, les chanteurs Arno et Alain Bashung se retrouvent par hasard autour d’un café. Arno prétend que Bashung lui aurait volé une chanson. Dans la salle de la cafétéria, cinq anciens malfrats nostalgiques envisagent de repartir sur un ultime coup.

Réalisé par

6.9 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

Le titre de ce film est inspiré de la première réplique des Affranchis de Martin Scorsese : "Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu être un gangster". C’est Les Affranchis qui a donné envie à Samuel Benchetrit de faire du cinéma et le cinéaste a voulu rendre hommage à ce polar dans son film par ailleurs gorgé des références cinéphiliques les plus diverses.

J’ai toujours rêvé d’être un gangster (2007) est le second film de Benchetrit, quatre ans après sa comédie Janis et John. Le succès de ce coup d’essai aurait pu lui permettre d’enchaîner plus vite. Mais Benchetrit a préféré prendre du recul par rapport à la création cinématographique en revenant à ses premières amours, le théâtre avec sa pièce Moins deux et la littérature avec la publication des deux tomes de ses Chroniques de l’asphalte.

Il a écrit le sketch des kidnappeurs en pensant aux Belges Serge Larivière et Bouli Lanners (l’acteur et réalisateur d’Eldorado) qu’il connaissait depuis dix ans et qui ont accepté d’emblée. En revanche, il avait prévu Sergi Lopez pour incarner le braqueur du début et a dû y renoncer quand l’acteur s’est cassé une jambe. Il faut dire que le tournage ne pouvait être repoussé car sa partenaire à l’écran Anna Mouglalis était enceinte. Cette dernière, croisée dans plusieurs polars, de Merci pour le chocolat de Chabrol à Romanzo Criminale, fait ici des débuts très remarqués dans la comédie.

Mais le clou du casting est bien sûr la brochette de vedettes retenus pour jouer le gang des vieux braqueurs. Seul étranger de cette fine équipe emmenée par Jean Rochefort, l’Italien Venantino Venantini a joué dans huit films de Georges Lautner dont les mythiques Tontons flingeurs.

FILMOTV vous recommande

Pas si éloigné

Même casting

Contexte

Samuel Benchetrit

MERCI POUR LE CHOCOLAT

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Même casting