J'AI TRES ENVIE

Bientôt disponible
Adulte - 1977 - France - 82 MIN - interdit aux moins de 18 ans
Georges et Mona vivent dans une belle villa et partagent leurs ébats sexuels avec leur soubrette, Chichi. En quête de nouveaux partenaires, ils ont l'idée de mettre en vente la villa afin de s'occuper des visiteurs. C'est ainsi que Herbert et Hélène les rencontrent et découvrent les plaisirs de l'échangisme. Ils sont peu après rejoints par le voisin, un écrivain libertin, et sa dévouée secrétaire Gina.

Réalisé par

Pas encore disponible
1MNavant
2MNaprès
Christophe Bier
Christophe Bier
CHRONIQUEUR
Malgré une première comédie avec Michel Galabru et Bernadette Lafont, Qu'il est joli garçon l'assassin de papa, d'après Le Cid de Corneille, Michel Caputo abandonne le cinéma dit « traditionnel » pour devenir le réalisateur attitré des films pornos produits par Jean-François Davy jusqu'en 1989. Signé Michel Baudricourt, son pseudonyme le plus usité, J'ai très envie est le premier des cinq pornos qu'il tourne en 1977, avec Doubles Pénétrations, La Grande Débauche, Pénétrations humides et Faites-moi jouir. Stakhanoviste de plus en plus aguerri à l'exercice, il en commettra 9 en 1978, 12 en 1979 et 1980 pour atteindre le chiffre astronomique de 28 en 1981.
Contrairement aux pornos de luxe distribués par Alpha France, Caputo réalise des séries B classées X, aux microbudgets. A l'instar des méthodes de tournage d'un Roger Corman dans le cinéma d'épouvante, il s'entoure de quelques techniciens chevronnés, d'une petite équipe de comédiens fidèles, d'un décor quasi unique, de préférence un intérieur, appartenant parfois à Davy lui-même, et boucle le tout en moins d'une semaine. Exemple typique de cette économie artistique, réunissant seulement 7 comédiens dans une grande villa de banlieue, J'ai très envie est une comédie de mœurs bon enfant, dont l'objectif principal est d'amener les 8 séquences pornos, agencées dans un crescendo qui aboutit à la partouze finale de tous les comédiens. Elle ressortira en 1980 sous le titre racoleur de Prends-moi comme une chienne.

Tags

Contexte

Richard Allan

Michel Caputo

FAITES-MOI JOUIR

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité