JABBERWOCKY

Premier long métrage du Monty Python Terry Gilliam qui renvoie à une nouvelle de Lewis Caroll
Comédie - 1977 - Royaume-Uni - 102 MIN - VO - Tous publics
Le Jabberwocky, une bête monstrueuse constamment affamée, ravage le pays et dévore les paysans les uns après les autres. Le roi Bruno le Contestable ne voit pas d'un mauvais oeil la disparition de ces râleurs impénitents que sont ses sujets. Mais le grand chambellan essaie de le convaincre du contraire...

Réalisé par

6.2 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Christophe Lemaire
Christophe Lemaire
CHRONIQUEUR

Originellement, Jabberwocky est un poème que Lewis Caroll a inclus dans le premier chapitre  de son roman  De l’autre côté du miroir que la petite Alice, celle du pays des merveilles, lit en utilisant une glace, celui ci étant écrit à l’envers. Et qui d’autre que Terry Gilliam pour s’accaparer ce mot étrange digne de sa folie poétique.  Déjà très populaire à  l’époque (1977) comme étant un des trublions des excentriques Monty Python pour qui il avait réalisé deux ans auparavant le désopilant Sacré Graal, Gilliam se lance donc en solo pour tourner son deuxième long métrage

Sur une trame à priori simpliste (les habitants d’un village du moyen âge se barricadent dans une cité fortifiée pour échapper au « Jabberwocky », créature terrifiante se  nourrissant de chair humaine), Terry Gilliam fait s’entrecroiser ses multiples idées anarchistes sous forme de séquences  burlesques et ironiques toisant, entre autres, la corruption de la police et les méfaits de l église. Une critique drôle et  sociétal mais qui fait également  la part belle à une étrange forme de poésie et de romantisme propre à son univers rêveur.

Terry Gilliam est donc un touche à tout de génie, capable aussi bien de jouer devant la caméra que de réaliser un film ou de dessiner les storyboards. Interviewé longuement dans un livre que le journaliste Jean Marc Bouineau lui a consacré, le Python zinzin préfère se définir ainsi : Si l’on devait me créditer au générique pour mon vrai travail, ce serait “prestidigitateur”.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Michael Palin

Excellent film épique de "chasse aux dragons" à la fureur madmaxienne

Terry Gilliam

Signée Mario Monicelli, un aventure picaresque porté par le cabotinage déchaîné de Vittorio Gassman

UN POISSON NOMMÉ WANDA

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS