Bande Annonce de JALOUSEDécouvrez la bande Annonce de JALOUSE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/12453/fond/12453_w_500.jpg
Stéphane Foenkinos
Anaïs DemoustierAnne DorvalBruno TodeschiniCorentin FilaDara TombroffKarin ViardMarie-Julie BaupThibault de MontalembertEva LallierSusanna DimitriXavier de Guillebon

JALOUSE

103 mn

Note de SensCritique :

6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Stéphane Foenkinos, David Foenkinos.

Casting : Anaïs Demoustier, Anne Dorval, Bruno Todeschini, Corentin Fila, Dara Tombroff, Karin Viard, Marie-Julie Baup, Thibault de Montalembert, Eva Lallier, Susanna Dimitri. Xavier de Guillebon

Synopsis : Nathalie Pêcheux est une femme divorcée, mère d'une fille de 18 ans dont elle a la garde. Elle est enseignante et vit confortablement. Mais elle est mal dans sa peau et d'une jalousie maladive vis à vis de tous ceux qui l'entourent et dont la réussite l'oppresse. Qu'il s'agisse de ses collègues, de ses voisins, de ses amis... et même de sa fille. Il lui arrive de se montrer odieuse. Par exemple avec une nouvelle collègue dont le charme et la jeunesse l'agressent. Mais c'est sa fille qui prend tous les coups. Celle-ci rêve de devenir danseuse. Sa mère fera donc tout ce qu'elle peut pour contrecarrer son projet...

Scénario : David Foenkinos, Stéphane Foenkinos.
Musique : Julien Grunberg, Paul-Marie Barbier.
Pays : France
Tags : Comédie, Summer VOD - Juillet 2018, Dépressions comiques, Hallucination, amok, berlue, cauchemar, délire, fo, Folie, Drame.

à partir de

11.99
voir ce film

L’héroïne de ce film se nomme Nathalie Pêcheux, tout le monde ne peut pas s’appeler Scarlett O’Hara. Elle est professeur de lettres, divorcée, la cinquantaine apparemment heureuse. Elle vit avec sa fille, majeure depuis peu et à qui la vie tend les bras. C’est là que le bât blesse, car notre Nathalie a le sentiment qu’à l’inverse la vie ne lui fait plus de cadeau, qu’elle ressemble à une peau de chagrin. Elle nourrit dès lors une jalousie de plus en plus maladive à l’égard de ceux qui vivent sans amertume, autant dire à peu près tout le monde. Et elle entreprend de leur faire payer cher.

Jalouse est un film courageux, car il n’est pas facile de placer un personnage aussi négatif, aussi désagréable au centre d’un récit et d’inviter les spectateurs à s’y identifier. Il arrive de temps à autre que les dents grincent, mais les signataires du film nous mettent tout de même dans leur poche. D’une part parce que c’est Karin Viard qui incarne l’odieuse et que nous percevons sans difficulté une fragilité derrière son agressivité bête et méchante. Et d’autre part parce que Jalouse est une comédie.

Mais c’est tout le prix de ce film plus subtil qu’il n’y paraît au premier regard que de susciter de concert rire et malaise. Les situations sont sans doute caricaturales, mais cela ne nous empêche pas de percevoir l’énergie vacharde de notre héroïne comme une émanation de pulsions autodestructrices, voire suicidaires, du moins socialement. Il faut d’ailleurs tout le talent, toute la délicatesse, pour reprendre un terme cher aux frères Foenkinos, de Karin Viard pour que nous fassions nôtre l’ambiguïté du personnage, capable de passer en une fraction de seconde du sourire chaleureux au trouble le plus contagieux.

Des jaloux, des jalouses, le cinéma en est plein, certains portant des pathologies autrement plus sévères que celle dont est atteinte notre Nathalie Pêcheux. Le personnage interprété par Serge Reggiani dans L’Enfer de Clouzot, qui doute de la loyauté de sa femme jusqu’à avoir des visions récurrentes de son infidélité et qui le rendent fou. La comédienne débutante de Eve, le chef d’œuvre de Joseph Mankiewicz, dont l’idée fixe est d’occuper la place de celle qu’elle fait mine de vénérer. Le musicien frustré d’Amadeus qui ne supporte pas d’être supplanté par Mozart, dont le génie éclabousse la cour.  Et ce Monsieur Ripley qui dans Plein Soleil assassine son riche ami pour hériter de sa fortune et de ses conquêtes. Sans oublier la Reine de Blanche-Neige à qui son miroir dit et redit qu’elle serait la plus belle du royaume si sa bru n’était pas cent fois plus jolie qu’elle. D’où l’idée de la faire tuer par son grand veneur.

Nathalie Pêcheux n’en est pas réduite à ces extrémités meurtrières, mais le poids de sa jalousie est suffisamment lourd pour que l’on se passionne pour son cas. Cette femme au bord de la crise de nerfs qui a le sentiment d’être une naufragée de la vie dans un monde où tout le monde semble atteindre le nirvana, cette quinqua qui enrage des flétrissures du temps et s’en prend à ceux qui n’en peuvent mais était un personnage en or pour une comédienne comme Karin Viard, qui sous ses airs bravaches et son ton cru cache souvent des fêlures intimes. Personne ne serait sans doute parvenu à zigzaguer comme elle le fait entre l’odieux et le pitoyable, entre la fantaisie et la noirceur. Les réalisateurs avaient peur que la comédienne se retienne. C’est l’inverse qui s’est produit, puisque celle-ci a insisté pour pousser le personnage jusqu’à ses limites extrêmes.

Les auteurs de cette comédie inquiète, ou de ce drame joyeux, sont frères. Comme les Coen, les Taviani, les Larrieu ou les Dardenne. David et Stéphane Foenkinos signent avec Jalouse leur deuxième long métrage, après La Délicatesse, en 2009. Si huit ans séparent les deux films, c’est parce que les deux frères ne sont pas cinéastes à plein temps… Stéphane, l’aîné, est en effet l’un des directeurs de casting les plus courus de l’Hexagone. Il a travaillé sur plus de 70 longs métrages, pour Jacques Doillon, André Téchiné, Benoît Jacquot, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, François Ozon, Danièle Thompson, mais aussi Woody Allen, Terrence Malick ou Robert Zemeckis. Son nom est au générique de plusieurs James Bond et même d’un Harry Potter. Et David est l’un des romanciers les plus côtés du moment, lauréat de plusieurs prix prestigieux. La Délicatesse est pour certains son chef d’œuvre. Mais il est également le signataire des Souvenirs, que Jean-Paul Rouve a porté à l’écran. Les amis des frères affirment qu’ils ne partagent pas les mêmes goûts en matière de cinéma… Franchement, cela n’empêche pas leurs films de pouvoir se targuer d’une belle unité.

Le cul entre deux chaises

Bon avouons le tout de suite : j'ai sans doute sur noté ce film. Un film somme toute assez inégal où les cinéastes semblent hésiter entre le drame pur et dur (les 20 premières minutes qui sont très très réussies et criantes de vérités) et la comédie (la scène bien ...

Lire la suite
7
Kowalski

Nathalie forme avec François un jeune couple qui s'adore et vit confortablement. Il s'avère que la vie n'épargne pas forcément les gens qui s'aiment puisque l'infortuné François est victime d'un grave accident de la circulation. A la suite de ce drame, Nathalie n'a plus que ...

Lire la suite
8
Gérard Rocher

Du délicat emploi de la voix off.

En préambule, s'il me fallait être tout à fait honnête, il faudrait que je mette 6 à ce film. Mais Emilie Simon apparait une seconde à l'écran et à ce moment précis le film valait 11 (toujours sur 10 oui). Du coup, pour acter ma fanitude outrancière cette fois parfaitement ...

Lire la suite
7
Hypérion
 
le contexte
A voir également
Affiche du film AU POSTE!

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Les derniers jours du monde

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TRÉSOR

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SHINING

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film SKYSCRAPER

à partir de

4.99
 
Affiche du film L ÉCOLE EST FINIE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film EVERYBODY KNOWS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DOGMAN

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AU POSTE!

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TULLY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés