JE SUIS LE PEUPLE

Bientôt disponible
Parce que le titre du film est emprunté à celui d'une chanson (nationaliste)d'Oum Kaltoum.
Documentaire - 2016 - France - 111 MIN - Tous publics
En 2011, la population égyptienne se soulève contre le régime du président Moubarak. Dans un village loin du Caire, Farraj, un paysan, suit les évènements à la télévision. Il espère que son pays va enfin connaitre la démocratie.

Réalisé par

6.8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Sylvain Angiboust
Sylvain Angiboust
CHRONIQUEUR

 

Chacun se souvient des premières manifestations qui éclatèrent en Egypte le 25 janvier 2011 et notamment au Caire sur la place Tahir devenue depuis mondialement connue. Vingt jours plus tard à peine, le président égyptien Moubarak, lâchée par l’armée, démissionne sur la pression de la rue. S’ensuivent alors une série d’événements dramatiques entre élections démocratiques, référendum, procès politiques et montée irrésistible des Frères musulmans et des Salafistes.  C’est ce contexte si particulier qui constitue la toile de fond du documentaire d’Anna Roussillon, Je suis le peuple.

 

Née à Beyrouth en 1980, Anna Roussillon a grandi au Caire et s’est ensuite installée à Paris. Agrégée d’arabe, elle n’a jamais rompu les liens qui l’attachent à l’Egypte notamment. C’est ainsi qu’en août 2009, alors qu’elle travaille à Louxor sur le projet d’un film autour du tourisme de masse, elle fait la connaissance d’un paysan local nommé Ferraj. Débute alors une amitié qui conduit la réalisatrice à repenser son projet documentaire. Désormais, Ferraj en sera le personnage principal et son village avec.

 

L’Histoire avec un grand H se charge ensuite d’amplifier notablement le propos initial. Quand la place Tahir se révolte, la réalisatrice est à Paris et Feraj à Louxor. Tous deux regardent la télévision, tous deux sont loin du centre des événements révolutionnaires. Tel est le point de départ d’une passionnante plongée dans une réalité égyptienne à la fois très proche et très lointaine de ce qui se passe alors dans le pays. En route donc pour la ville de Louxor, non pas celle des Pharaons mais celle de citoyens dont la conscience s’éveille : ils sont le peuple !

Le contexte

Une autre vision de la révolution égyptienne, montrée depuis l'intérieur d'un véhicule de police, où sont enfermés des manifestants aux idéaux opposés.

Anna Roussillon

Le documentariste Christophe de Ponfilly a accompagné le commandant Massoud dans son combat contre les Talibans et pour la démocratie.

-

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS