JOUISENS

Bientôt disponible
Un jeune homme se retrouve au coeur d'une expérience inédite qui met en scène ses cinq sens.
Adulte - Etats-Unis d'Amérique - 122 MIN - interdit aux moins de 18 ans
Vinnie n'est pas très loin de la dépression. Un ami lui conseille de retrouver le goût de la vie en essayant une expérience proposée par Sensory Depravation International, étrange société qui utilise une méthode révolutionnaire pour "réveiller les parties du cerveau en veille". Accessoirement, dit la manager, cela rend les gens heureux. Vinnie n'est guère convaincu. Il sera drogué...
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Christophe Bier
Christophe Bier
CHRONIQUEUR

Les dix-huit premières minutes de Jouisens sont le point de départ cafardeux d’une histoire paranoïaque qui pourrait virer à l’épouvante. Les rues grises de Budapest et la circulation, un jeune marginal, Vinnie Kajicy sombrant dans la dépression. C’est la proie idéale pour la Sensory Depravation, étrange entreprise qui dit vouloir réveiller les parties du cerveau en veille par une méthode révolutionnaire. Drogué dans un pub, Vinnie tombe dans le piège d’une expérience inédite pour se retrouver dans une pièce blanche et hermétique, avec un collier au cou.
S’il ne se prête pas aux épreuves, des décharges électriques lui sont envoyées par son collier, pouvant même lui faire perdre connaissance. Dès lors, le film bascule dans la pure pornographie, divisé en longues séquences qui sont autant de tests sensoriels imposés au prisonnier. On aurait pu craindre une vision plus cauchemardesque, façon Hostel. Mais ici, la torture naît de la frustration, plaçant la victime en position de voyeur, obligé d’observer des actes sexuels inaccessibles.
La vue, l’odorat, l’ouïe, le goût et le toucher sont les moteurs de cinq vignettes pornos. Une sixième donnera la clé de l’énigme. Le hard y est souvent intense, servie par des comédiennes sublimes et une caméra imaginative. Elle privilégie à plusieurs reprises le gaping, cette pratique visuelle qui consiste à s’appesantir sur la béance des orifices dilatés.

Réalisé par

Pas encore disponible

Tags

Le contexte

Keana Moiré

Louis Moiré

THE JOY VIRUS

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS