Bande Annonce de JOURNAL D'UNE FEMME DE CHAMBREDécouvrez la bande Annonce de JOURNAL D'UNE FEMME DE CHAMBRE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/7424/fond/7424_w_500.jpg
Benoît Jacquot
Adriana AstiDominique ReymondLéa SeydouxVincent LacosteVincent LindonAurélia PetitClotilde MolletHervé PierreJoséphine DerenneMélodie ValembergPatrick D'AssumçaoRosetteSimon Arnaud

JOURNAL D'UNE FEMME DE CHAMBRE

96 mn

Note de SensCritique :

5 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Benoît Jacquot.

Casting : Adriana Asti, Dominique Reymond, Léa Seydoux, Vincent Lacoste, Vincent Lindon, Aurélia Petit, Clotilde Mollet, Hervé Pierre, Joséphine Derenne, Mélodie Valemberg, Patrick D'Assumçao, Rosette. Simon Arnaud

Synopsis : Aube du vingtième siècle. Une jeune femme quitte Paris pour s'installer dans une famille en province chez qui elle a trouvé une position de femme de chambre. Ambitieuse et intelligente, Célestine, c'est son prénom, n'aura de cesse de se défaire de l'emprise de la société sur sa vie et sa condition. Elle choisira la voie qui lui semblera être une délivrance. Mais la réalité est tout autre.

Scénario : Benoît Jacquot, Helene Zimmer.
Musique : Bruno Coulais.
Pays : Belgique | France
Tags : Drame, Spécial Fêtes, Nouveautés en promo, Sofilm Summercamp Festival 2016, Les domestiques, Français en costume, Sélection noël, De la littérature au cinéma, César.

à partir de

7.99
voir ce film

Célestine débarque en province pour y exercer le travail de femme de chambre dans une famille aisée et austère. Nous sommes au début du vingtième siècle et le tempérament émancipé de la jeune femme n'est pas du goût de tout le monde, encore moins de sa patronne autoritaire et guindée. Célestine affronte également les avances répétées du maître de céans, et voue par ailleurs une admiration sans bornes à un certain Joseph, jardinier de son état, un homme secret et taciturne.

Adapté du roman d'Octave Mirbeau, écrit en 1900, ce Journal d'une femme de chambre réalisé par Benoît Jacquot, auteur de Sade, de l'Ecole de la chair ou encore de La Désenchantée, entre autres, se démarque des précédentes versions cinématographiques de l'œuvre en question, à savoir aussi bien la russe et muette datant de 1916, que l'américaine tournée par un certain Jean Renoir et sortie en 1946 sous le titre anglais de The Diary of a Chambermaid, que celle de 1964 enfin, réalisée elle, par Luis Bunuel et titrée Le Journal d'une femme de chambre avec Jeanne Moreau dans le rôle de Célestine. Le film de Benoît Jacquot se voulant plus fidèle au texte d'origine ainsi qu'aux intentions sociales d'Octave Mirbeau.

C'est à Léa Seydoux déjà présente dans Les Adieux à la reine du même Benoît Jacquot, que revient ici le personnage de Célestine. Elle s'en acquitte avec conviction, solidement entourée par un Vincent Lindon, bourru dans son incarnation du jardinier Joseph, puis également par Clotilde Mollet, Rosette, Dominique Reymond, Vincent Lacoste, Aurélia Petit, Hervé Pierre et la grande Adriana Asti aussi lumineuse avec plus d'un demi siècle d'écart, qu'elle le fut dans Rocco et ses frères de Visconti en 1960.

 

Benoît Jacquot, le réalisateur du Journal d'une femme de chambre que vous venez de regarder, raconte avoir ressenti un besoin inexplicable de traiter cette histoire pourtant écrite en 1900 par Octave Mirbeau. Il y aurait trouvé des similitudes frappantes avec la réalité socio politique de notre vingt et unième siècle, notamment pour ce qui est de l'esclavage salarié, de l'antisémitisme et de la discrimination sexuelle. Car même si ces faits sont enrobés de manière différente de nos jours, ils existent bel et bien selon le cinéaste. Il est à ce propos intéressant de noter comment la séquence d'ouverture du Journal d'une femme de chambre qui se déroule dans le cadre d'un entretien d'embauche, renvoie à une autre scène, d'ouverture également, dont l'action se passe un siècle plus tard à pôle emploi, et ce dans La Loi du marché de Stéphane Brizé. Autre détail, Vincent Lindon joue dans les deux films.

Et puis il y a le fait que le personnage principal de cette histoire soit féminin, ce qui a toujours intéressé Benoît Jacquot. Suivre le parcours d'une femme du premier jusqu'au dernier plan me passionne avoue le metteur en scène. Célestine va du pire au pire, et à partir du moment où elle décide de ne plus avoir de maître, son choix se restreint à la prostitution ou à suivre Joseph. Ce qu'elle fait bien que cet homme représente ce qu'il peut y avoir de pire pour elle.

Benoît Jacquot a confié les seconds rôles de son Journal d'une femme de chambre à des comédiens moins connus du public mais issus du théâtre. Il me fallait dit-il, des acteurs qui puissent doser les situations dramatiques et s'arrêter avant de sombrer dans l'excès sans pour autant en faire trop peu. C'est ainsi que le rôle de monsieur Lanlaire échoua à Hervé Pierre de la Comédie Française, et que celui de madame Lanlaire, la patronne de Célestine, se vit attribué à Clotilde Mollet issue elle aussi de la scène et épouse dudit Hervé Pierre dans la vie réelle. Quant à Léa Seydoux, alias Célestine donc, elle résume la motivation qui l'aurait poussée à dire oui à Benoît Jacquot en ces termes:"Journal d'une femme de chambre est un film qui sort du rang. Je ne pouvais que l'accepter."

Journal d'une femme de chambre est un très bon drame français réalisé par Benoît Jacquot qui est une nouvelle adaptation du roman éponyme d'Octave Mirbeau, déjà adapté trois fois au cinéma (l'une par Jean Renoir (pas vu) et l'autre par Luis Buñuel)... qui met en scéne ...

Lire la suite
7
Eric31

Un mâle, un vrai !

J'aime bien le cinéma de Jacquot, certes c'est pas top, mais une fois par an, ça surprend, ça fait un peu de bien... et c'est encore le cas cette année avec Journal d'une femme de chambre qui a très peu à voir avec Bunuel, ce qui lui permet de ne pas souffrir de la comparaison. ...

Lire la suite
7
Moizi

(...) Célestine, d’emblée, pose son style. Elle est une domestique, donc par définition sert, mais jamais complètement. Elle juge et manipule ses pairs, subtilement. Ses regards en disent tout de suite long sur son caractère indéfinissable, son charisme induisant la méfiance, ...

Lire la suite
7
LeBlogDuCinéma
le contexte
  • Egalement interprété par
    Léa Seydoux
  • Pas si éloigné
    Dans ce film de Stéphane Brizé, bien que se situant à un siècle d'intervalle dans l'action, la scène d'ouverture prend également place dans le cadre d'un entretien d'embauche.
  • Egalement realisé par
    Benoît Jacquot
  • Dans le même genre
    Ce drame réalisé par Tate Taylor est également adapté d'un roman qui traite de la condition sociale des domestiques.
A voir également
Affiche du film CHASSEURS DE DRAGONS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TOUT ÇA... POUR ÇA ! (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film ROBIN DES BOIS, LA VÉRITABLE HISTOIRE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MADEMOISELLE JULIE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés