Bande Annonce de KADDISH POUR UN AMIDécouvrez la bande Annonce de KADDISH POUR UN AMI sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/7694/fond/7694_w_500.jpg
Leo Khasin
Li MessalamRyszard RonczewskiAnna BöttcherCema SubasiKida Khodr RamadanNeil Malik AbdullahSanam AfrashtehFritz RothMichelle FisherViktoria Slavina

KADDISH POUR UN AMI

94 mn

Note de SensCritique :

6.7 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Leo Khasin.

Casting : Li Messalam, Ryszard Ronczewski, Anna Böttcher, Cema Subasi, Kida Khodr Ramadan, Neil Malik Abdullah, Sanam Afrashteh, Fritz Roth, Michelle Fisher. Viktoria Slavina

Synopsis : Juif russe et vétéran de la Seconde Guerre mondiale, Alexander Zamskoy, 84 ans, vit retranché dans son appartement berlinois. Son voisin, un jeune Palestinien de 14 ans veut à tout prix s'intégrer dans la bande de jeunes de la cité. A la suite d'un défi qui lui est lancé, il saccage l'appartement d'Alexander. Mais la police s'en mêle... Le viel homme en colère et l'ado révolté vont devoir aller plus loin qu'une simple cohabitation mais pour trouver quoi ?...

Scénario : Leo Khasin.
Musique : Dieter Schleip, Fabian Römer.
Pays : Allemagne
Tags : Drame, Nouveautés, En duo, Troisième âge, Des rencontres, Autour du monde, Une ville : Berlin.

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

A quoi sert un film, s’il n’est pas utile ? C’est peut-être la réflexion première qui a conduit Léo Khasin à écrire puis réaliser son premier film « Kaddish pour un ami ». Etre utile ou du moins participer aux débats en cours et apporter sa contribution sous la forme d’une fable humaniste et volontairement optimiste. Le cinéaste imagine ainsi la rencontre mouvementée à Berlin de deux immigrants, l’un Palestinien musulman et l’autre Russe juif, le premier adolescent, le second au crépuscule de sa vie. Tout, mais vraiment tout les sépare et le pari de la fiction, c’est de mener à bien une telle confrontation. 

Que peuvent bien en effet se dire Ali Messalam, 14 ans, qui veut à tout prix s’intégrer dans la bande des jeunes de sa cité, et Alexander Zamskoy , 84 ans, vétéran de la Seconde Guerre mondiale qui vit retranché avec ses souvenirs dans son appartement berlinois de cette même cité populaire ? Certes, ils sont voisins, mais cette cohabitation est rien moins que naturelle. C’est un pari stupide entre jeunes qui va décider de leur rencontre et de son évolution aussi chaotiques qu’explosives. 

À l’origine du film, il y a, comme bien souvent, des souvenirs personnels. Et c’est bien le cas ici, puisque Léo Khasin a émigré, depuis la Russie, en 1980 avec toute sa famille en Allemagne, alors qu’il était âgé de huit ans. Il a donc vécu peu ou prou le destin de ses personnages qui sont eux aussi des déracinés. Comme il le dit lui-même « qu’ils soient Juifs, Chrétiens ou Musulmans, les gens emportent leurs conflits avec eux, ils conservent leur haine, mais aussi leur humanité. » Il est temps d’aller à Berlin, dans cette cité de toutes les différences…

C’est la prière juive pour les morts, le kaddish, qui donne son nom au film. Elle est ici particulièrement signifiante, dans la mesure même où, comme on l’a vu, ce sont les vieux amis d’Alexander qui désignent Ali pour lire cette prière au moment des obsèques du vieil homme. De l’aveu même du cinéaste, c’est quelque chose qui ne serait pas autorisé dans le judaïsme, mais il s’agit bel et bien d’une provocation de sa part. Léo Khasin, en inventant de toutes pièces, une telle scène a priori impossible dans la réalité montre bien sa volonté de dépasser les antagonismes et les tabous. 

Ce n’est évidemment pas la première fois que l’improbable rencontre entre un adolescent et un homme âgé sert de trame à l’évocation d’autres conflits plus dramatiques encore. On peut sans aucun doute songer au film réalisé en 1966 par Claude Berri « Le Vieil homme et l’enfant » dans un duo à front renversé par rapport au film de Léo Kashin : ici, en effet, c’est le petit garçon qui est Juif face à un vieil adulte avec qui le dialogue n’est pas évident de prime abord. Mais, comme dans « Kaddish pour un ami », la confrontation vire à la complicité, voire à l’amitié et la découverte de l’autre est au bout du chemin. 

Mais on peut également songer à un autre duo, littéraire cette fois, celui inventé par Romain Gary, alias Emile Ajar pour la circonstance, avec le roman « La Vie devant soi » paru en 1975. Les deux protagonistes du livre, Rosa et le petit Momo, font inévitablement penser à Alexander et Ali. Comme Gary-Ajar, Léo Kashin en imaginant ce duo cherche à dépasser les antagonismes persuadé, comme il le dit, que « l’humanité peut surmonter sa haine ». On se souvient sans doute que Simone Signoret en 1978 prêta ses traits à Madame Rosa pour le film que Moshé Mizrahi adapta du roman. Plus de trente ans plus tard, cette fraternisation conserve hélas sa dimension utopique…

Un film réaliste qui ne masque pas les différends existant entre les peuples juif et palestinien, tout en montrant que la réconciliation est possible. Une œuvre pleine d'espoir et émouvante. Anne-Charlotte, Médiathèque de Villeneuve d'Ascq http://mediatheque.villeneuvedascq.fr/ ...

Lire la suite
9
Médiathèque-VdAscq
le contexte
A voir également
Affiche du film LAST NIGHT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film EVASION

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA FABRIQUE DES SENTIMENTS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MISS DAISY ET SON CHAUFFEUR

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés