Bande Annonce de L'AFFAIRE JOSEY AIMESDécouvrez la bande Annonce de L'AFFAIRE JOSEY AIMES sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2162/fond/2162_w_500.jpg
Niki Caro
Charlize TheronFrances Mc DormandJeremy RennerSissy SpacekWoody HarrelsonElle PetersonMichelle MonaghanRichard JenkinsSean BeanThomas CurtisBrad William HenkeLinda EmondRusty Schwimmer

L'AFFAIRE JOSEY AIMES

122 mn

Note de SensCritique :

6.8 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Niki Caro.

Casting : Charlize Theron, Frances Mc Dormand, Jeremy Renner, Sissy Spacek, Woody Harrelson, Elle Peterson, Michelle Monaghan, Richard Jenkins, Sean Bean, Thomas Curtis, Brad William Henke, Linda Emond. Rusty Schwimmer

Synopsis : Après avoir quitté un mari violent, Josey Aimes rentre dans son Minnesota natal avec ses deux enfants. Elle trouve du travail à la mine, mais se rend rapidement compte qu’elle n’y est pas bienvenue. En butte aux remarques salaces et aux gestes déplacés de ses collègues hommes, Josey ne trouve que peu de réconfort auprès des femmes de la compagnie. L’ambiance se fait de plus en plus lourde, et Josey va se plaindre au patron, qui s’en lave les mains. Elle est agressée par certains de ses collègues et décide de porter plainte, aidée par un avocat ami. Peu à peu son combat prend des résonances universelles et nombre de femmes viennent la rejoindre pour faire valoir leurs droits et briser la loi du silence.

Scénario : Michael Seitzman.
Musique : Gustavo Santaolalla.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Drame, Politique / Histoire.

à partir de

7.99
voir ce film

L’Affaire Josey Aimes a pour titre américain North Country. Au Québec, c’est Le Vent du Nord. Autant dire qu’il faut se préparer à affronter sinon les frimas les plus extrêmes, du moins une météo peu clémente. Je ne parle pas de la température, encore que le Minnesota, au cœur du Middle West américain, ne soit pas à proprement parler une terre tempérée, mais de météo sociale. Car nous sommes bien dans cette Amérique profonde frappée de plein fouet par la nouvelle donne économique alors que les esprits peinent à faire leur nécessaire révolution. Un peu comme si il s’était agi d’une chronique pleine de bruit et de fureur chez les Chtis. Des Chtis chez qui nous ne serions pas les bienvenus.

L’Affaire Josey Aimes sent son vécu, et il est clair que les auteurs du film n’ont pas eu besoin de forcer le trait pour exprimer toute l’âpreté d’une société en mal d’avenir dont les réflexes machistes tiennent lieu d’ultime protection. Car il est question ici de viol, comme dans Les Accusés, de Jonathan Kaplan, qui avait vu Jodie Foster se battre contre ses agresseurs bien sûr, mais aussi contre la lâcheté ambiante de ceux qui voudraient que rien ne bougeât. C’est donc bien de la place de la femme dans la société dont il est question. Cela peut paraître ronflant mais ça ne l’est pas. Le film nous titille en permanence, qui se met à hauteur d’homme, ou de femme si l’on préfère. Sans jamais se laisser aller à des effets de manche ou à de lourdes démonstrations. S’il avait été réalisé il y a vingt ou trente ans, le film n’aurait pas déparé dans l’œuvre d’un Martin Ritt, dont la fibre sociale n’est plus à louer. C’est un compliment.

Bienvenue donc à Chisholm, Minnesota,dans cette Amérique profonde et ouvrière qu’un Bruce Springsteen chante sans relâche. Même si c’est naturellement Girl Of The North Country, de Bob Dylan, mais interprété par Leo Kottke qui sert de bande-son.

Josey Aimes, c’est Charlize Theron. Charlize dont le drôle de prénom lui venait de son père, Charles, d’origine française. Charlize, dont le physique avantageux nous enchante à chaque fois qu’elle se déhanche vêtue de quelques gouttes de parfum. « Dior, j’adore » nous confie-t-elle régulièrement. Nous ne pouvons qu’approuver. Même si cette chronique se veut vierge de tout engagement publicitaire. On pourrait en conclure que cette jeune femme de 35 ans, 1,77 mètre sous la toise, qui fut mannequin est de celles à qui la vie a toujours souri. Il n’en est rien. Car Charlize est née à Benoni, en Afrique du Sud, dans la banlieue de Johannesbourg au temps où l’Apartheid régnait en maître. Bien sûr elle se situait du bon côté de la couleur de peau, mais l’ambiance n’était pas idéale. D’autant que ses parents ne s’entendaient pas pour le mieux. A tel point que sa mère a abattu son père un soir où il se montrait particulièrement agressif. Elle a été relaxée, mais c’est quand même un peu traumatisant, vous l’accorderez… Charlize a commencé à être mannequin à l’âge de 16 ans. Elle a très vite fait le tour du monde avant de percer en Amérique. Mais le rôle de potiche ne la séduit guère et c’est le jeu qui l’attire. La légende prétend que c’est en s’énervant contre un employé de banque qui ne voulait pas encaisser son chèque qu’elle a été remarquée par un agent. Précisons que la demoiselle était vraiment furieuse et qu’elle balançait ce jour-là tous les gros mots appris en regardant des séries télé sur le petit écran. Car l’anglais n’était pas sa langue maternelle. Charlize ayant appris l’afrikaaner.

On ne va pas retracer ici toute sa carrière, fort brillante au demeurant. Mais il n’est pas inutile de faire remarquer la justesse de la plupart de ses choix. Comme si Charlize, à l’instar Marilyn avant elle, faisait tout pour qu’on oublie qu’elle est craquante et que l’on s’intéresse à ses qualités de comédienne. Quitte à choisir les rôles les plus difficiles, les plus déglingués, quitte à s’enlaidir. C’est ainsi que l’on se régale de la voir dans cette Affaire Josey Aimes, où elle est aux antipodes de la sophistication hollywoodienne. Ou encore en paumée au bord du gouffre, s’offrant par dégoût à tous les mecs de passage dans le magnifique Loin de la terre brûlée de Guillermo Arriaga.  Mais c’est définitivement dans Monster qu’elle nous subjugue. Car pour interpréter le personnage d’Aileen Wuornos, cette femme meurtrière condamnée à la peine de mort (et exécutée à l’âge de 46 ans), Charlize s’est enlaidie comme peu de comédiennes l’ont fait, et elle a pris quinze kilos. Jusqu’à en être disgracieuse. Avouez que ce n’était pas gagné d’avance! En conséquence de quoi elle a reçu l’Oscar de la meilleure actrice. Ce qui lui a valu, suprême récompense, d’être félicitée par Nelson Mandela. Et n’a-t-elle pas justifié son rôle dans L’Affaire Josey Aimes en expliquant qu’elle voulait vraiment pénétrer dans l’intimité des femmes qu’elle devait interpréter ? « Je tenais vraiment à comprendre d’où venaient les hommes. Mais ce que les femmes enduraient était épouvantable. Simplement épouvantable. La femme  dont mon personnage est inspiré est encore en thérapie, elle doit prendre des médicaments. Quand vous la rencontrez vous comprenez comment elle a été secouée par cette histoire ». N’hésitons pas à la dire : Charlize est également belle à l’intérieur.

Le film est définitivement une affaire de femmes. Car c’est une femme qui l’a mis en scène, Niki Caro. Une néo-zélandaise. Comme quoi le travail en commun d’une cinéaste des antipodes et d’une native d’Afrique du Sud est impeccable pour rendre compte de la réalité de l’Amérique. Car en l’occurrence c’est le cœur qui parle. Mais ce n’est sans doute pas un hasard si c’est une femme éloignée d’Hollywood qui est aux commandes. Tellement éloignée que le film qu’elle a tourné depuis, The Vintner’s luck parle de la France rurale du XIXè siècle. Il réunit Jérémie Rénier et Gaspard Ulliel. Le tournage a eu lieu en Nouvelle- Zélande. C’est ça la magie du cinéma…

Jenson v. Eveleth Taconite Company

North Country est un film terrible, sur l'enfer qu'a vécu une femme dans son travail. Ce film est inspiré d'une histoire vraie, et fut la première action collective d'harcèlement sexuel de l'histoire de la justice Américaine. Josey est cette femme qui décide d'aller travailler ...

Lire la suite
9
J. D.

Un film qui prend aux tripes

Une très bonne surprise que cette "Affaire Josey Aimes", un film porté à bout de bras par Charlize Théron qui prouve encore une fois qu'on peut très bien être une ancienne mannequin et devenir une bête de cinéma. Monster l'avait prouvé, l'affaire Josey Aimes le confirme. ...

Lire la suite
9
tibo2257

Seule contre tous.

Le film s'ouvre sur Josey Aimes, visage en sang, enfants sous le bras et valise à la main, fuyant un mari qui la bat. Elle se réfugie chez ses parents, pas aussi ravis l'un que l'autre de l'accueillir. Sa mère semble au mieux indifférente mais tout de même prête à lui offrir ...

Lire la suite
8
Jambalaya
A voir également
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film ASTRO BOY

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés