Bande Annonce de L'ALPAGUEURDécouvrez la bande Annonce de L'ALPAGUEUR sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2620/fond/2620_w_500.jpg
Philippe Labro
Bruno CremerJean-Paul BelmondoClaude BrossetJean NegroniJean-Pierre JorrisPatrick FierryVictor GarrivierJean-Luc Boutté

L'ALPAGUEUR

96 mn

Note de SensCritique :

5.9 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Philippe Labro.

Casting : Bruno Cremer, Jean-Paul Belmondo, Claude Brosset, Jean Negroni, Jean-Pierre Jorris, Patrick Fierry, Victor Garrivier. Jean-Luc Boutté

Synopsis : L’Alpagueur est un chasseur de primes chargé de faire des sales boulots dont la police ne saurait se charger. D’autant moins qu’à l’intérieur même de ses rangs la corruption règne. Et en plus de faire le ménage chez les poulets, l’Alpagueur doit aussi coincer l’Epervier...

Scénario : Philippe Labro.
Musique : Michel Colombier.
Pays : France
Tags : Policier / Suspense, super-flics, Cadavres en masse, Un chasseur sachant chasser, Crimes made in France, Bebel forever, Aventure / Action.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film
L’Alpagueur est un chasseur de primes qui travaille incognito et en solo pour redresser les méfaits de méchants tordus en utilisant des méthodes aussi peu conventionnelles que recommandables. Il y a donc du Harry Callahan dans ce Roger Pilard. Au programme de l’Alpagueur, il s’agit de faire le ménage chez les poulets et de coincer l’Epervier. Et pour cela, il ne va pas hésiter à faire un petit tour en taule.
C’est d’abord un intérêt historique et documentaire qu’il faut venir chercher ici. Nous avons affaire à un certain genre de film français d’action, des années 70, avec Jean-Paul Belmondo. Le film avec Bebel étant un genre à part entière, une sorte de James Bond gouailleur, à qui rien ni personne ne résiste jamais. Et L’Alpagueur fait partie de ces films ’show-case’, où Belmondo, avec ou sans moustache, rattrape des camions-citerne à la course à pied et règle leur compte aux méchants dans des avions privés, en défouraillant à tout va dans des cabines à pressurisation variable.
Avec, dans le rôle du méchant, ce cher Bruno Cremer, devenu commissaire Maigret sur le tard, mais qui commença par être un copain de Conservatoire de Jean-Paul, aux côtés de Jean-Pierre (Marielle) et Jean (Rocherfort). Le tout sur une musique de Michel Colombier, qui fut compositeur et arrangeur pour Gainsbourg, Aznavour, Herbie Hancock, Prince ou Madonna. Colombier à qui on doit également les génériques de Dim Dam Dom ou la musique d’Un Flic pour Melville et Delon et Une chambre en ville pour Demy.
L’Alpagueur s’inscrit dans la filmographie policière d’action ‘à l’américaine’ de Philippe Labro qui, de 71 à 84 comprend quelques films à succès comme L’Héritier, La Crime, ou Rive Droite, Rive Gauche, et dont le meilleur reste sans doute Sans Mobile apparent avec Jean-Louis Trintignant, qui poursuit un tueur et son fusil à lunette dans les hauteurs de Nice.
Nous sommes là dans la deuxième (et la plus longue) partie de carrière de Bébel, celle où il enchaîne un nombre de succès considérable, qui lui vaudront une réputation exécrable du côté artistique de la profession. Il fut ainsi considéré comme un traître par Jean-Luc Godard qui, d’A Bout de souffle et Une femme est une femme au tournant des années 60 à Pierrot le fou en 65, l’avait lui-même établi en porte-étendard de la Nouvelle Vague.
Trois ans après L’Héritier, en 73, L’Alpagueur est son deuxième film avec Labro. Un Labro qui a fondé sa carrière de journaliste-scénariste-écrivain-réalisateur sur sa fascination pour les USA. Alors bien sûr, on peut reconnaître ici un peu de l’Inspecteur Harry popularisé par Clint Eastwood et Don Siegel. Et dans l’intrigue secondaire, en prison, on peut aussi reconnaître un peu du Piège de John Huston, en 73 avec Paul Newman.
Mais c’est surtout à cette autre voix de l’Amérique en France qu’on pense, celle d’Henri Verneuil, dont la carrière avec Belmondo est aussi remarquable que mémorable, à commencer par le meilleur d’entre tous, ce Singe en hiver, adapté de Blondin en 62 et dont les vapeurs d’alcool ont été immortalisées par les dialogues d’Audiard et le duo Gabin-Belmondo.
Dans un registre beaucoup plus proche de cet Alpagueur, Belmondo et Verneuil nous ont laissé deux polars très efficaces, Le Casse, en 71, avec Omar Sharif qui finissait dans le sable et Peur sur la ville, en 75, où Belmondo traquait un tueur borgne à dos de métro ou d’hélicoptère. Sans oublier, en cette même année 76, Le Corps de mon ennemi, avec Bernard Blier et Marie-France Pisier.

A ta sante coco

3 ans apres l'heritier, Labro retrouve Belmondo pour ce polar. Belmondo y campe un chasseur de primes qui travaille non-officiellement pour la police et qui va partir en chasse de Bruno Cremer, alias l'epervier, l'ennemi public numero 1. Belmondo, dans son role, n en fait pas ...

Lire la suite
7
Valonqar
le contexte
A voir également
Affiche du film ITINÉRAIRE D UN ENFANT GÂTÉ

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film UNE HISTOIRE SIMPLE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SANS MOBILE APPARENT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES INSOUMIS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés