L'AMI AMéRICAIN

Bientôt disponible
Parce que Patricia Highsmith ne fut satisfaite de l'adaptation qu'aprés avoir vu le film
Policier / Suspense - 1977 - Allemagne | France - 127 MIN - interdit aux moins de 12 ans
Jonathan Zimmermann, propriétaire d'un atelier d'encadrements à Hambourg, se sait condamné par une leucémie. Tom Ripley, un américain trafiquant de faux tableaux, lui présente un ami peu recommandable à la recherche d'un tueur à gage. Jonathan accepte son offre : tuer un inconnu contre de l'argent, dans le but de mettre sa femme et son fils à l'abri du besoin. C'est le début d'un cauchemar...

Réalisé par

7.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Patrick Fabre
Patrick Fabre
CHRONIQUEUR

Quand, en 1977, L’Ami américain débarque sur les écrans, son réalisateur, Wim Wenders est déjà connu des cinéphiles qui ont vu L’angoisse du gardien de but au moment du penalty, tiré d’un roman de Peter Handke, Alice dans les villes ou Au fil du temps, sélectionné au Festival de Cannes un an plus tôt.

Avec L’Ami américain, son sixième long métrage, adapté d’un thriller de la série des Monsieur Ripley signée de la romancière Patricia Highsmith, les spectateurs découvrent le penchant du réalisateur pour le cinéma américain. Et ce notamment au travers de l’acteur réalisateur Dennis Hopper, auquel le metteur en scène confie le rôle du diabolique Tom Ripley. L’Ami américain marque aussi la première collaboration du cinéaste allemand avec l’acteur suisse, Bruno Ganz, révélé en 1976 par Eric Rohmer dans La marquise d’O.

Comme il avait été fidèle à Rudiger Vogler, le comédien de ses premiers, Wenders tournera par la suite trois autres longs métrages avec Bruno Ganz, dont Les ailes du désir dix ans plus tard, en 1987.

Contexte

Wim Wenders

LES AILES DU DÉSIR

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité