Bande Annonce de L'ARMÉE DU CRIMEDécouvrez la bande Annonce de L'ARMÉE DU CRIME sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1582/fond/1582_w_500.jpg
Robert Guédiguian
Grégoire Leprince-RinguetOlga BancicRobinson StéveninSimon AbkarianVirginie LedoyenAdrien JolivetAriane AscarideJean-Pierre DarroussinLola NaymarkYann TregouetBoris BergmanGérard MeylanIvan Franek

L'ARMÉE DU CRIME

133 mn

Note de SensCritique :

6.3 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Robert Guédiguian.

Casting : Grégoire Leprince-Ringuet, Olga Bancic, Robinson Stévenin, Simon Abkarian, Virginie Ledoyen, Adrien Jolivet, Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Lola Naymark, Yann Tregouet, Boris Bergman, Gérard Meylan. Ivan Franek

Synopsis : Ce sont des hommes ordinaires, jeunes, pleins de vie, épris de liberté. Alors que Paris est occupée par les Allemands, tous refusent cet état de fait à leur façon, en lançant des tracts, en tuant des soldats, posant des bombes ou commettant des actes isolés de sabotage…

Scénario : Gilles Taurand, Robert Guédiguian, Serge Le Péron.
Musique : Alexandre Desplat.
Pays : France
Tags : Politique / Histoire, Drame, Sous l’Occup', Héros de la résistance, A plusieurs.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

C’est l’histoire d’un groupe de vingt-deux hommes et une femme, pour la plupart juifs, communistes et issus de la Main d’œuvre immigrée (MOI), ils ont combattu l’occupant allemand, ont été arrêtés et fusillés en 1944. L’affiche de propagande qui devait les stigmatiser comme «terroristes» n’a pas rempli son office, elle est au contraire devenue le symbole de leur martyre et de leur juste combat de Résistants. Tous ensemble, avec leur "chef de bande", Missak Manouchian, ils sont restés des héros. Célébrée par Louis Aragon dans son poème éponyme, L’Affiche rouge est aussi le titre du film de Frank Cassenti, sorti en 1976, où des acteurs montaient un spectacle autour du groupe Manouchian.

Arménien par son père, Allemand par sa mère, Robert Guédiguian, par ailleurs membre du Parti communiste jusqu’au début des années 1980, a toujours affirmé être très à l’aise avec ses deux origines, et ne pas se sentir plus du côté des «génocidés» que de celui des "génocideurs". Il semblait l’homme idéal pour s’attaquer à ce sujet. Au départ il n’avait pourtant l’intention que de produire L’Armée du crime avec la société Agat Films & Cie, collectif de producteurs dont il est l’un des fondateurs et membres actifs depuis la fin des années 1980. Il a aussi participé à l’écriture du scénario avec Gilles Taurand et Serge Le Péron, ce dernier étant l’initiateur et le réalisateur du projet. Mais un film de cette ampleur, avec costumes et reconstitution d’époque, nécessitait un budget important et donc une coproduction (avec Studio Canal). Par ailleurs, le fait que Guédiguian réalise lui-même est devenu une condition.

Il a réuni un casting inhabituel pour lui, qui travaille depuis ses débuts avec la même troupe d’acteurs, Ariane Ascaride, Gérard Meylan, Jean-Pierre Darroussin, Frédérique Bonnal… Ces derniers sont bel et bien là, mais dans de petits rôles. Au premier plan il a mis de nouvelles têtes. Simon Abkarian avait déjà joué dans Le Voyage en Arménie (2006), mais tous les autres –Virginie Ledoyen, Robinson Stévenin, Grégoire Leprince Ringuet, Adrien Jolivet, Lola Naymark, Olga Legrand– ont fait ici leurs premiers pas devant sa caméra et dans son univers. Car L’Armée du crime est du 100% Guédiguian : comme dans toute sa filmographie, il est question d’engagement politique et de famille choisie, de liberté et de croyance en des jours meilleurs. Au delà de toute conviction humaine et politique, ses personnages sont, comme le dit l’un d’eux : "du parti de la vie".

Présenté hors compétition au Festival de Cannes en mai 2009, L’Armée du crime, seizième film de Robert Guédiguian est à rapprocher du treizième, Le Promeneur du Champ de Mars (2005). Non parce que dans la filmographie du réalisateur marseillais ils sont les seuls qu’il ait tourné à Paris, mais bien parce que tous deux s’intéressent à l’Histoire avec un grand H. "J’ai grandi avec la certitude que le communisme allait advenir dans un futur tout proche, explique Guédiguian. Plus je vieillis, plus cette certitude se transforme en hypothèse et plus elle s’éloigne."

Faire L’Armée du crime en 2009, c’est pour lui retourner aux sources des croyances qui traversent son cinéma. Croyance en l’homme, croyance en un juste combat, croyance en la force du groupe, croyance en un avenir radieux… Robert Guédiguian, de son premier film, Dernier été (1980) à Lady Jane (2008) en passant par Dieu vomit les tièdes (1989) ou Marius et Jeannette (1996) a toujours été fasciné par les liens qui se tissent entre les êtres, par la façon dont les groupes se forment par les raisons pour lesquelles, parfois, ils se séparent. à son niveau, il a toujours été un «chef de bande», il réunit ici encore autour de comédiens nouveaux, sa troupe habituelle d’acteurs et de techniciens – dont le chef décorateur Michel Vandestien, l’ingénieur du son Laurent Lafran, le chef opérateur Pierre Milon.

Au delà du travail de mémoire et d’une volonté pédagogique affirmés, il y a, au cœur de L’Armée du crime un regard porté sur ce que l’être humain est capable d’endurer avant de se rebeller contre la barbarie et l’injustice.  En questionnant la «faculté d’indignation» d’hier, Guédiguian signe une œuvre totalement actuelle. Et le fait que ses personnages soient des immigrés, des Arméniens, des Hongrois, des Roumains, des Polonais, des Italiens, des Espagnols qui combattent tous ensemble pour la liberté et pour la France résonne particulièrement fort dans notre époque troublée par le racisme et les extrémisme, les replis communautaires et la notion d’identité nationale.

L'affiche qui semblait une tache de sang

Ils etaient 23 quand les fusils fleurirent 23 qui donnaient leurs coeurs avant le temps 23 etrangers et nos freres pourtants 23 amoureux de vivre a en mourir 23 qui criaient la France en s'abattant C'est une vision assez romantique de notre histoire, de celle de l'affiche rouge ...

Lire la suite
8
Valonqar

C'est très sobre, le ton est juste, il n'y a aucun effet superflu qui pourrait desservir le film. Le plus gros reproche que l'on pourrait lui faire est d'être un peu scolaire. Le film a le mérite d'exister et de sortir cette histoire de l'oubli. Robert Guédiguian ne s'est ...

Lire la suite
7
titiro

Bien quoiqu'un peu long. Aurait gagné à plus de suspense et de tension. Les acteurs sont bons, les dialogues passables mais l'histoire prend aux tripes, c'est le sujet qui veut ça. Quelques scènes vraiment dures voire insoutenables. ...

Lire la suite
8
Gwen21
A voir également
Affiche du film LE SERPENT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA DISPARUE DE DEAUVILLE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE PROMENEUR DU CHAMP DE MARS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LUCIE AUBRAC

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés