L'ASSASSIN HABITE AU 21

Bientôt disponible
Parce que le film se passe au 21 avenue Junot à Paris, une adresse qui en vrai n'existe pas
Policier / Suspense - France - 84 MIN - Tous publics
L'inspecteur Wenceslas Vorobeïtchik, bien qu'il ait toujours l'extravagante Mila-Malou dans les pattes, tente de mener une enquète épineuse. Un mystérieux assassin qui signe ses forfaits d'une carte de visite au nom de "Monsieur Durand" sème les cadavres au quatre coins du 18e arrondissement. Bientôt un faisceau d'indices amène notre limier à se rapprocher d'une pension de famille sise au 21 avenue de Junot. Le flic s'y installe sous l'identité d'un pasteur, et Mila-Malou figure bientôt parmi les pensionnaires. Un suspect est bientôt arrêté, mais un nouveau meurtre est commis alors qu'il est sous les verrous...
7.7 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

L’assassin habite au 21, film d’Henri-Georges Clouzot sorti en 1942, est un chef d’œuvre. Tout simplement. Ce thriller narquois relate l’enquête d’un flic parisien traquant ce qu’on ne nommait pas encore un serial-killer.

Le 21 de l’avenue Junot, Paris 18ème, est une pension de famille et c’est là peut-être que réside l’assassin. C’est donc un film de pension comme les aimait le cinéma français dans les années 30. Pierre Fresnay est le limier, confronté à la piquante Suzy Delair compagne officielle du réalisateur et à une brochette de natures grandioses : messieurs Jean Tissier, Pierre Larquey et Noel Roquevert. Chapeau bas.

Le contexte

C'est un peu l'épisode précédent. Clouzot avait écrit cette autre adaption des aventures de monsieur Wens écrit par Steeman et c'était déjà le couple Delair/Fresnay qui animait la danse. Un grand succès de l'époque mais un film plus léger, plus british.

Henri-Georges Clouzot

Un autre film Continental de bonne facture sur un thème fédérateur: la sécurité. Il s'agit d'identifier la brebis galeuse dans la communauté des braves gens. Originalité du sujet: l'action se déroule à la montagne l'hiver au moment des fêtes de Noël, traditionnellement période de joie et d'espoir.

LA GRANDE ILLUSION DE JEAN RENOIR (1937)