L'ELIXIR DE JOUISSANCE

Bientôt disponible
Parce que le film est - aussi - une comédie sur la crédulité en plus d'être bretonne.
Adulte - 1982 - France - 74 MIN - - 18 ans
Sur la côte bretonne, un escroc déguisé en mage vend une potion prétendument magique à un plaisancier et à un simplet soucieux de séduire les femmes.
Pas encore disponible
Pas encore disponible
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Christophe Bier
Christophe Bier
CHRONIQUEUR

L’Elixir de jouissance appartient à une époque ancienne du cinéma porno français. En 1982, des réalisateurs tournaient encore en pellicule 35 mm. Certains n’avaient pas abandonné les prétentions scénaristiques et les dialogues et faisaient l’effort de chercher des décors inédits. Ici, un petit port de Bretagne. Tassad, un mage de pacotille, gruge un vacancier anglais en lui vendant des potions censées le transformer en don juan irrésistible. Jo et Minouche, les accortes assistantes de l’escroc, passent à l’action pour crédibiliser les vertus supposées du produit.

L’homme à tout faire d’une veuve, désireux de séduire sa patronne, boit aussi le philtre, qui le transforme en prince charmant. A moins qu’il ne fasse des rêves érotiques. Les cartes du mage prédisent au pigeon plaisancier le grand amour dans les bras d’une veuve. Il n’y a plus qu’à le conduire jusqu’à elle à l’aide d’un pendule.

Les comédiennes sont peu connues mais parmi les plus belles des années 1980. Le mage est l'exceptionnel Jean-Pierre Armand, l’un des étalons les plus actifs du genre depuis 1975. L’argument malin justifie les séquences pornos. Grâce au philtre, placébo ou vrai produit miracle, le vacancier et l’homme de peine peuvent se livrer à toutes sortes d’ébats avec la vigueur requise. Le porno a toujours fonctionné sur ce postulat ontologique : les personnages masculins sont des tombeurs performants. Cette fois, le scénario trouve une explication.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver METS-LA MOI BIEN (Déjà en 1978, Henri Sala choisissait la Bretagne pour un porno.) ou encore LES JOUISSEUSES (De Lucien Hustaix, 1975. Un des pornos français les plus célèbres, exploitant déjà le prétexte des pilules viriles.).

Réalisé par