Bande Annonce de L'ÉPOUVANTAILDécouvrez la bande Annonce de L'ÉPOUVANTAIL sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1747/fond/1747_w_500.jpg
Jerry Schatzberg
Al PacinoGene HackmanAnn WedgeworthDorothy TristanEileen BrennanRichard LynchRichard Hackmann

L'ÉPOUVANTAIL

108 mn

Note de SensCritique :

7.6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jerry Schatzberg.

Casting : Al Pacino, Gene Hackman, Ann Wedgeworth, Dorothy Tristan, Eileen Brennan, Richard Lynch. Richard Hackmann

Synopsis : Deux hommes se rencontrent sur la route de Pittsburgh. Le plus jeune est marin et va retrouver son enfant né pendant son absence. L'autre a l'intention de se fixer et de créer un business de lavage de voitures. Leur pérégrination ne sera pas un voyage d'agrément. Mais même si leur route ne mène nulle part, au moins ils y auront trouvé l'amitié.

Scénario : Garry Michaël White.
Musique : Fred Myrow.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Aventure / Action, Drame, Bromance, Festival de Cannes, Road movies, Pauvres de nous, Ils voient du pays, L'Amérique du milieu, Losers magnifiques.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Scarecrow est un film américain de 1973, signé Jerry Schatzberg. Il est connu en France sous le titre L’épouvantail, et s’inscrit dans un courant vieux comme Hollywood dont la dénomination générale est le « road movie ».

Il est vrai que les poètes de la beat generation et les mouvements hippies redonnèrent aux vagabonds, éternels antihéros de la littérature et du cinéma américain, la noblesse du voyageur, dans un pays grand comme un continent. Surfant sur la thématique de La route de Kerouac, descendant affectueux du céleste clochard Charlot, les deux personnages de L’épouvantail sont pourtant des enfants des années 60. Autant dire que, même s’ils sont sur la route, ils sont perdus. L’un est une grande gueule il est joué par l’immense Gene Hackman, l’autre est un homme enfant, il est incarné par le grandiose Al Pacino.

A l’époque Hackman qui est devenu acteur sur le tard, a déjà 43 ans, quand à Pacino c’est un galopin de 33 ans. L’un et l’autre sont déjà des valeurs sûres d’Hollywood.

Palme d’or à Cannes en 1973, L’épouvantail est pourtant resté un film relativement méconnu si on le compare à des œuvres contemporaines dont l’inspiration était proche. On pense notamment à deux films de 1969 : Midnight cowboy de John Shlesinger avec Dustin Hoffman et Jon Voigt ou encore au cultissime Easy rider de Dennis Hopper avec Hopper et Peter Fonda.

Il est vrai aussi que Jerry Shatzberg a toujours été un cinéaste fragile, erratique et pour tout dire marginal. Au départ, célèbre photographe pour des magazines américains, Vogue entre autre, il s’est taillé au début des années 70 une réputation d’artiste à l’esthétique nouvelle vague ou free cinéma avec  Portrait d'une enfant déchue puis Panique à Needle Park, cauchemar sur les junkies new yorkais. Al Pacino héroïnomane s’y consumait devant une caméra quasi documentaire et la défonce, fait rare à l’époque, y était présentée comme une aliénation. Avec L’épouvantail Schatzberg offre un nouveau miroir mal aimable à l’Amérique consensuelle. Ses antihéros sont ce qu’on appelle là-bas des hoboes, errant de ville en ville, sans domicile fixe. « Ils font rire les corbeaux » comme le dit joliment une réplique du film. A l’époque Pacino, qui vient de l’Actor’s Studio où il a appris avec Lee Strasberg, sort du Parrain de Coppola et s’apprête à devenir une star. Hackman lui, a déjà bien bourlingué et s’est imposé en 1967 dans Bonnie and Clyde de Arthur Penn où il jouait le frère de Warren Beatty et surtout dans The French connection de William Friedkin pour lequel il fut récompensé d’un oscar. Les deux acteurs investissent beaucoup dans le projet de Shatzberg et, partisans de la "Méthode" de l’Actor’s studio partent en stop sur les routes de Californie pour travailler la crédibilité de leurs personnages.

Hélas pour eux le film sera un terrible échec aux Etats-Unis qui plongera  Hackman dans une vraie déprime. Du coup il jurera de ne plus tourner que des films de studio. Shatzberg tournera encore une dizaine de films en 25 ans dont le remarquable Street smart avec Christopher Reeve et Morgan Freeman. Le plus vagabond des trois n’était pas ceux qu’on pensait.

Les corbeaux se marrent

Très beau road movie d'amitié entre deux jeunes géants du cinéma que tout oppose pour mieux les réunir, sorte de variation optimiste de l'errance intime d'un Macadam Cowboy pris côté asphalte. Al Pacino est Lionel dit Lion, un rôle de cigale unique dans sa carrière, un ...

Lire la suite
8
drélium

Max et Lion, deux vagabonds, se rencontrent au bord d'une route. L'un, colérique, monomaniaque et tout juste sorti de prison, veut ouvrir une entreprise de lavage de voiture à Pittsburgh. L'autre, qui se sert de l'humour comme moyen de survie, a décidé de revoir sa famille, ...

Lire la suite
8
Kalian

“For every car there is dirt.”

Dès le premier plan fixe, où Gene Hackman passe à grand peine une barrière de fils barbelés pour rejoindre la route et devenir le concurrent en autostop d’Al Pacino, l’univers est placé. Prologue programmatique, il annonce une route infinie sous une lumière à la fois ...

Lire la suite
8
Sergent Pepper
A voir également
Affiche du film OCEAN S 13

à partir de

1.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L ASSOCIÉ DU DIABLE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TAI CHI HERO

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DRIVE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés