L'EXPÉRIENCE INTERDITE

Bientôt disponible
Fantastique / Horreur - 1991 - Etats-Unis d'Amérique - interdit aux moins de 12 ans

Parce que connaître ce qui se passe quand on meurt et savoir s’il y a quelque chose après, l’obsède, Nelson Wright entraîne quatre de ses amis, étudiants en médecine comme lui, dans une expérience sur le vif. Il s’agit de provoquer son arrêt cardiaque et de rester cliniquement mort pendant quelques minutes. A son réveil, s’il se réveille, bien sûr, mais il a peu de doutes, il aura tout vu, pourra tout dire.

Réalisé par

6.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Colette Milon
Colette Milon
CHRONIQUEUR

Joel Schumacher s’est fait connaître en 1985 avec une comédie, St Elmo’s fire. Il y dirigeait une kyrielle de comédiens d’une vingtaine d’années : Demi Moore, Rob Lowe, Emilio Estevez. Mais c’est avec  L’Expérience interdite (Flatliners, en VO), qu’il réalise en 1990, qu’il atteint la notoriété qui ne le quittera plus.

Pour ce thriller frappé au coin du fantastique, il pioche, là encore, dans le vivier des acteurs jeunes. Pas des inconnus pour autant. La plupart ont, déjà, de la bouteille. Kiefer Sutherland, qu’il a d’ailleurs dirigé  trois ans plus tôt (dans Génération perdue, en 1987), compte une bonne dizaine de films à son actif, tout comme Kevin Bacon. Quant à Julia Roberts, 23 ans à l’époque, elle avait tourné, la même année, Pretty woman.

Tout ce beau linge talentueux, Joel Schumacher l’embarque vers la mort. Pas une mort définitive cependant _ pardon pour l’oxymore. C’est dans la « ligne plate » que suggère le titre original, soit quelques minutes de mort clinique, que chacun des personnages va plonger. Etudiants en médecine obsédés par la mort et la lancinante question : Y a-t-il un après ? Et, si oui, c’est comment ?, ils se lancent, en effet, dans « l’expérience interdite » que désigne le titre français : l’expérience de la mort. Ce qu’ils n’imaginent pas, c’est que c’est leur vie qui va, alors, basculer dans l’enfer. Kiefer Sutherland, radieux, s’exclame au début du film : « C’est un beau jour pour mourir ». Il va, très vite, déchanter !

Contexte

Joel Schumacher

LA GUERRE SELON CHARLIE WILSON

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité