L'HOMME à LA TêTE FêLéE

À partir de 7.99 €
Comédie - 1966 - Etats-Unis - 105 MIN - VF - Tous publics
Depuis la parution confidentielle de son premier recueil de poèmes, Samson Shillitoe bloque sur sa grande œuvre. De temps à autre, il cède à la pression de sa femme Rhonda, dont le salaire de serveuse fait survivre le ménage, et il accepte un travail. Mais il est aussi piètre nettoyeur de moquette que lecteur de ses propres poèmes. Alcoolique et séducteur invétéré, il peut à l’occasion se montrer violent avec sa compagne. Jusqu’au jour où elle parvient à force de ruses à le conduire chez un psychanalyste, le docteur West, censé soigner l’ego meurtri du génie en panne.

Réalisé par

6.5 / 10
1MNavant
2MNaprès
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

Pour des millions de fans, Irvin Kershner restera à jamais le réalisateur du meilleur épisode de la saga Star Wars, à savoir L’Empire contre-attaque en 1980. à l'époque, il avait déjà réalisé une suite La Revanche d’un homme nommé cheval et il devait enchaîner avec une autre sequel Robocop 2. Irvin Kershner a par ailleurs signé Jamais plus jamais, un remake d’Opération tonnerre, produit en marge de la série officielle des James Bond, mais où Sean Connery reprenait son rôle de l’agent OO7.

Ce film a marqué les retrouvailles de Kershner et de Sean Connery qu’il avait dirigé en 1966 dans L’Homme à la tête fêlée, qui relève d’une toute autre veine de sa filmographie. Loin des blockbusters pétaradants, Kershner a été dans les années 60, avec d’autres cinéastes comme Mike Nichols, Larry Peerce et Frank Perry, parmi ceux qui ont apporté dans les studios hollywoodiens un souffle d’anticonformisme. Ancien étudiant en psychologie et en peinture, il a fait de la photo, de la sculpture et il a filmé des documentaires pour la télévision avant de tourner des fictions pour le cinéma, à partir de 1958. A l’époque, tous ses protagonistes sont des individus en marge de la société, jeunes délinquants, condamné à mort ou, comme dans cet Homme à la tête fêlée, poète buveur, séducteur et iconoclaste en butte aux psychiatres, avocats et autres institutions de l’Amérique bien pensante.

Il faut dire que le scénario est une adaptation par son auteur Elliott Baker du roman A fine Madness. Roman qui a connu un certain succès à sa publication en 1964 et que le New York Times Book Review a salué comme « un chef-d’œuvre de révolte par la farce » 

FILMOTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Sean Connery

Irvin Kershner

GOLDFINGER

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Pas si éloigné