Bande Annonce de L'HOMME AUX COLTS D'ORDécouvrez la bande Annonce de L'HOMME AUX COLTS D'OR sur FilmoTVhttp://
Edward Dmytryk
Anthony QuinnDeforest KelleyDolores MichaelsDorothy MaloneHenry FondaRichard ArlenRichard WidmarkTom DrakeVaughn TaylorWallace FordBartlett RobinsonDon BedoeWhit BissellDon Red BarryJoel AshleyRobert Adler

L'HOMME AUX COLTS D'OR

116 mn

Note de SensCritique :

7.1 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Edward Dmytryk.

Casting : Anthony Quinn, Deforest Kelley, Dolores Michaels, Dorothy Malone, Henry Fonda, Richard Arlen, Richard Widmark, Tom Drake, Vaughn Taylor, Wallace Ford, Bartlett Robinson, Don Bedoe, Whit Bissell, Don Red Barry, Joel Ashley. Robert Adler

Synopsis : En 1881, pour les sauver d’une bande de cowboys hors la loi, les habitants de Warlock, petite ville du Far-West engagent comme Marshall Clay Blaisedell, un tueur à gages surnommé l’homme aux colts d’or. Celui-ci arrive en ville avec son meilleur ami, Tom Morgan, dont la réputation est encore plus sulfureuse que la sienne.  

Scénario : Robert Alan Aurthur.
Musique : Leigh Harline.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Guerre / Western, PLUS D'ACTION, Film des années 1950, Armes à feu, Cowboys.

Inclus danspassillimite
voir ce film

Si «warlock» veut dire «sorcier» en anglais, le titre original de L’Homme aux colts d’or fait référence au nom d’une petite ville imaginaire de l’Arizona où pour faire revenir la loi, un groupe d’habitants engage un hors-la-loi. Adapté d’un roman de Oakley Hall par Robert Allan Aurthur, journaliste et scénariste auquel on doit notamment les scripts de L’Homme qui tua la peur de Martin Ritt et Grand Prix de John Frankenheimer, ce scénario touffu est habité par des personnages qui semblent tous hantés, par la peur, la vengeance, le remords, la haine. Si la question posée par le film est : «Peut-on rétablir la justice en bafouant la justice ?», la culpabilité est, comme souvent chez Dmytryk depuis le début des années cinquante, un thème très identifiable. 

Edward Dmytryk est né au Canada de parents ukrainiens en 1909, ceux-ci s’installent en Californie alors qu’il est âgé de sept ans. Son apprentissage du cinéma se fait sur le tas : dans son adolescence il devient d’abord garçon de course à la Paramount. Après de brillantes études scientifiques, il revient au cinéma, comme assistant-monteur entre 1929 et 1935, notamment sur Duck Soup de Leo McCarey, puis comme monteur, entre autres sur la première version de Elle et lui du même Leo McCarey. 

A partir des années 1940, il réalise des séries B, puis se fait connaître par des films engagés tels Les Enfants d’Hitler et Feux croisés ainsi qu’une magnifique adaptation de Raymond Chandler Adieu ma belle. Communiste pendant la deuxième guerre mondiale, homme de gauche investi, il fit partie de la liste des «Dix d’Hollywood», avec Alvah Bessie, Herbert Bibermann, Lester Cole, Ring Lardner Jr, John Howard Lawson, Albert Maltz, Samuel Ornitz, Adrian Scott et Dalton Trumbo, que la commission des activités non-américaines du Sénateur Mc Carthy jeta en prison pour refus de délation. Il fait aussi, hélas, partie de ceux qui donnèrent par la suite les noms de 26 camarades, ce qui fit de lui un paria. Lorsqu’on lit L’Homme aux colts d’or à l’aune de ces éléments, on peut y voir en filigrane à travers le personnage de Richard Widmark, une demande de pardon. Pourtant, dans ses mémoires, Dmytryk a affirmé ne jamais avoir regretté cette trahison.

Si Warlock / L’Homme aux colts d’or d’Edward Dmytryk n’est pas un film parfait, c’est un grand western qui fait date dans l’histoire du genre. Pas seulement parce que les Indiens n’y sont présents que dans le récit que fait Richard Widmark alias Johnny Gannon, du massacre de 37 Mexicains par la bande de hors-la-loi dont il faisait partie : car les Apaches sont les faux coupables que les malfrats se sont arrangés pour faire désigner à leur place. Pas seulement parce que dans l’amitié entre Anthony Quinn/Tom Morgan et Henry Fonda/Clay Blaisedell, on peut voir une forme de relation homosexuelle, le premier étant présenté comme celui qui aménage leur intérieur et choisit les rideaux. Pas seulement parce que les personnages de femmes, notamment celui de Lilly Dollar interprété par Dorothy Malone, sont beaucoup plus profonds et moins monochromes que d’habitude. Mais aussi parce que, dans cet étonnant scénario, adapté d’un étonnant roman, il y a un jeu constant sur le bien et le mal, dont la frontière est sans cesse repoussée, transgressée, traversée. 

C’est Blaisedell, tueur à gage qui devient marshall, frôle la rédemption en tombant amoureux de la jeune Jessie, ce qui lui donne l’envie de se marier et de s’installer, et qui, à la mort de son meilleur ami, redevient nomade (mais sans doute pas hors la loi, puisqu’il a jeté dans le sable ses fameux colts d’or). C’est Johnny Gannon, bandit qui change de camp, non pas parce qu’il devient sheriff-adjoint, mais parce qu’il veut désormais appliquer la loi et qu’il croit plus aux discussions qu’aux échanges de coups de feu, ce qui lui vaudra une blessure toute symbolique à la main droite, celle qui tient le colt et la perte cruelle de son petit frère. Même chez les membres de la bande du sanguinaire McQuown, certains hommes, amis de  Gannon, traversent la ligne vers plus d’humanité. 

Au même titre que L’Homme qui tua Liberty Valance, chef d’œuvre de John Ford, et bien qu’antérieur à la période reconnue par les historiens comme celle du western crépusculaire, plus réflexif et moins manichéen, L’Homme aux colts d’or, fait partie de ces films qui bousculent et réinventent le genre.

L'HOMME AUX COLTS D'OR de Edward Dmytryk

Un des fleurons du "surwestern" (western à haute intensité psychologique). Ici il est question de changer de vie pour survivre. Clay Blaisedell (Henry Fonda) veut cesser de faire le justicier itinérant, Johnny Gannon (Richard Widmark) quitte la bande de McQuown pour devenir ...

Lire la suite
7
littlebigxav

Duel entre la loi et l'ordre

On reconnait bien là le goût des traducteurs pour les titres ronflants de westerns, pour affubler l'un des derniers grands westerns de l'âge d'or, qui s'intitule plus modestement Warlock, et cela même si ce titre français sonne mieux à l'oreille, mais ces colts aux crosses ...

Lire la suite
9
Ugly

Sous la poussière, la brillance !

On notera quand même, en guise de préambule, que pour une fois le titre français (aux faux accents jamesbondiens) est beaucoup plus sympa que le titre original terriblement impersonnel. Cela étant dit, à le voir de loin, "Warlock" n'a rien du western aguichant et ultra sexy ...

Lire la suite
7
Kalopani
 
le contexte
A voir également
Affiche du film Morts suspectes

à partir de

7.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film L ETRANGLEUR DE BOSTON
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film NEVADA SMITH
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film SEPT HOMMES À ABATTRE
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film TOUT LE MONDE DEBOUT

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MAYHEM

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MME MILLS, UNE VOISINE SI PARFAITE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE DISASTER ARTIST

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TULIP FEVER

à partir de

6.99
 
Affiche du film LA CH TITE FAMILLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés