L'HOMME DE KIEV

1969
130 mn
Parce que c'est le film qui fut interrompu lors de son passage à la télévision par la mort de Georges Pompidou
Disponible à la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés

Russie, 1911. Lorsque Yakov Bok, un juif pauvre mais cultivé, est abandonné par sa femme, il quitte son village et s’installe à Kiev, où il cache ses origines juives afin d’échapper aux pogroms. Pour le remercier d’un service rendu, un marchand ivrogne et antisémite lui offre un emploi. Yakov est promu comptable, mais son identité est découverte au même moment où un jeune...

Disponible à la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Politique / Histoire
Grande-Bretagne
Tous publics
VF
1 min avant
2 min après
Les + de filmo

Réalisé en 1968, L’homme de Kiev marque de la part de John Frankenheimer une volonté de traiter des sujets plus sérieux, après une série de thrillers d’action comme Un crime dans la tête, 7 jours en mai, Le train ou Grand prix. Cette fois, il s’appuie sur un roman prestigieux de Bernard Malamud, qui dénonce l’antisémitisme au temps des tsars.

Le personnage central, joué par Alan Bates, est un juif qui accepte de travailler pour une administration antisémite, jusqu’au jour où il est accusé d’un crime qu’il n’a pas commis. Une fois devenu prisonnier politique, il prend une dimension christique et clame son innocence en dépit des sévices qui lui sont infligés.

C’est ce qu’on appelle un film à grand sujet, et à cause de son ambition, il a été jugé trop sérieux et rapidement oublié dans les filmographies respectives  du réalisateur et de son interprète principal. Mais c’est précisément cette rareté qui  justifie de redécouvrir le film.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver REVIENS-MOI (Même situation d'un personnage faussement accusé d'un crime qu'il n'a pas commis.) ou encore LA GRANDE ILLUSION (Pour l'évocation de la vie carcérale vécue par des non criminels).

FilmoTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné