L'ORPHELINE AVEC EN PLUS UN BRAS EN MOINS

Disponible dans le Pass Illimité
Parce qu'il n'y a pas que le titre du film qui soit singulier, le contenu l'est aussi...
Drame - 2012 - France - 97 MIN - VF - Tous publics
Une jeune manchotte pensionnaire d'un orphelinat tenu par des religieuses décide de voir le monde. Elle trouve refuge chez un juge, notable local, qui n'est pas insensible à son étrange séduction. Mais c'est d'un magicien un peu filou qu'elle tombe amoureuse. Ce dernier travaille dans un cabaret tenu par un personnage des plus louches, érotomane notoire. Dès lors le juge fait tout ce qu'il peut pour arrêter le magicien et son mentor, quitte à endreindre lui-même les règles de la loi...

Réalisé par

5.4 / 10
1MNavant
2MNaprès
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR

L’Orpheline avec en plus un bras en moins. Le titre est un chef-d’œuvre. Et l’on ne se trompe guère si on pense que le film lui-même a été visité par l’ange du bizarre. Il est vrai que cette histoire d’une jeune femme manchote qui s’échappe d’un orphelinat tenu par des religieuses pour trouver refuge chez un juge voyeur, tout en étant amoureuse d’un prestidigitateur sous la coupe d’un trafiquant érotomane n’est pas de celles que l’on raconte le plus souvent…

Il est évident que Jacques Richard, le réalisateur de cette fantaisie, est de ceux que rien n’effraie et qui n’aiment rien tant que sortir des sentiers battus. Adepte des intrigues feuilletonesques, amoureux du second degré, il s’est manifestement plu à donner vie à des personnages qui sont autant de clichés ambulants.  Jonglant avec le mauvais goût, flirtant avec l’érotisme, notre homme assume sa position de marginal.

De fait son film est inclassable. C’est une curiosité baroque à l’humour noir délirant, une satire bulldozer des perversions en tous genres, servie par une brochette de comédiens qui s’en donnent à cœur joie. Impossible de ne pas penser à Jean-Pierre Mocky pour la provocation, à Raul Ruiz pour la fantaisie surréaliste, voire à Luis Buñuel qui lui aussi vouait une grande affection aux infirmes.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Pour la fascination fétichiste suscitée par les membres d'une femme

Jacques Richard

C'est le même plaisir à casser les barrières entre réel et fantasme dans un univers pittoresque...

LE GRAND JEU

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité