LA BÊTE HUMAINE

À partir de 2.99 €
Jean Renoir adapte Zola en 1938. Jean Renoir dirige une nouvelle fois Jean Gabin en cheminot. Jean Renoir signe un classique inaltérable.
Drame - 1938 - France - 96 MIN - VF - Tous publics

Descendant d’une imposante lignée d’ivrognes qui lui ont « pourri le sang », Jacques Lantier, mécanicien sur la ligne ferroviaire Paris-Le Havre, est régulièrement victime d’accès de violence, meurtrière et incontrôlée. Ses relations amoureuses avec Flore, la fille de sa marraine, en sont passablement perturbées. Certain que Roubaud, le sous-chef de gare du Havre, a tué l’ancien amant de sa femme, la belle et perverse Séverine, Lantier garde le silence face aux policiers tout en se rapprochant de la jeune femme...

Réalisé par

7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Les années 1930 ont été particulièrement fastes pour le cinéma français, ainsi que pour Jean Renoir qui, pendant cette riche décennie, tourna ses plus grands chefs d’œuvre : la Chienne, Boudu sauvé des eaux, Partie de campagne, le Crime de Monsieur Lange, la Grande Illusion, la Règle du jeu et la Bête humaine, adaptation du 17e volume des Rougon-Macquart, qu’Emile Zola fit paraître en 1890, quatre ans avant la naissance du cinéaste. Véritable fresque romanesque et familiale, les Rougon-Macquart dresse, sur cinq générations, le portrait de la société française sous le Second Empire, période abandonnée par Jean Renoir qui tourne un film plus contemporain, dans la France de l’avant Seconde Guerre mondiale.

La Bête humaine met en scène Jacques Lantier (Jean Gabin), le fils de Gervaise Macquart et d’Auguste Lantier, dont Zola nous a déjà raconté l’histoire dans le 7e volume de la saga : l’Assommoir. C’est dire si l’alcoolisme et les tares qui s’y rapportent joueront un rôle primordial dans cette histoire où Lantier, mécanicien sur « la Lison » – la locomotive à vapeur du Paris-Le Havre – tombe amoureux de la belle Séverine Roubaud (Simone Simon), la femme du sous-chef de gare (Fernand Ledoux).

Jalousie, règlement de compte et hérédité chargée sont au rendez-vous et, bien sûr, dans le rôle du vagabond-braconnier accusé à tort, vous reconnaîtrez Jean Renoir, en personne.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Jean Renoir

REMORQUES (1941)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité