LA BONNE ÉPOUSE

À partir de 4.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
C'est la drôle de révolte féministe dans les écoles ménagères!
Comédie - 2020 - France - 109 MIN - VF - HD - Tous publics
Tenir son foyer et se plier au devoir conjugal sans moufter : c’est ce qu’enseigne avec ardeur Paulette Van Der Beck dans son école ménagère. Ses certitudes vacillent quand elle se retrouve veuve et ruinée. Est-ce le retour de son premier amour ou le vent de liberté de Mai 68 ? Et si la bonne épouse devenait une femme libre ?
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Perrine Quennesson
Perrine Quennesson
CHRONIQUEUR

Just Jaeckin. Son nom ne parle peut-être pas toujours aux novices du cinéma et pourtant, au moins deux de ses films sont des incontournables du cinéma érotique. Histoire d’O, sorti en 1975 et, surtout, Emmanuelle, son premier long métrage, arrivé sur les écrans en 1974. Le film avec Sylvia Kristel, est resté 553 semaines en salles sur les Champs-Elysées et est devenu un véritable phénomène culturel. Un record! En 1984, quand sort Gwendoline, il paraît donc impossible de réussir le même exploit. Et pourtant le film joue sur une recette similaire : un prénom féminin comme titre, des femmes particulièrement dénudées et surtout Pierre Bachelet.

Le chanteur-compositeur a ainsi composé deux musiques pour le film. Deux mélodies qu’il a su bien réutilisé ensuite : l’une pour la chanson En l'an 2001 en 1985 et Flo chantée en duo avec Florence Arthaud en 1989. Une bonne manière recycler ! Pour Gwendoline, Just Jaeckin a aussi fait appel à deux pointures de la bande dessinée pour le design des costumes, soient les dessinateurs Claude Renard et François Schuiten. Par la suite, le dernier s’est d’ailleurs particulièrement tourné vers le cinéma en s’occupant de la conception visuelle de films comme A la croisée des mondes : la boussole d’or de Chris Weitz et Mr Nobody de Jaco Van Dormael.

Pour le casting principal, Just Jaeckin a fait appel à deux comédiens principaux depuis un peu disparus des écrans : Tawny Kitaen et Brent Huff. C’est plutôt du côté des seconds rôles qu’ils faut se tourner pour retrouver quelques visages très bien identifiés. En effet, l’assistante de l’héroïne est joué par nulle autre que Zabou Breitman qui joue ici l’un de ses premiers rôles tandis que D’Arcy, le physicien et organisateur des jeux vengeur est incarné par Jean Rougerie, croisé notamment dans Buffet froid et Pinot simple flic. Mais c’est surtout Bernadette Lafont qui marque les esprits en reine cruelle et incroyablement looké. Rien que pour ça, Gwendoline est un immanquable.

Réalisé par

5.7 / 10

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Juliette Binoche

Comme dans La bonne épouse, nous sommes en 1968 et un vent de liberté et d'égalité souffle sur les femmes

Martin Provost

Parce qu'il s'agit de deux femmes qui découvrent avec humour leur autonomie

MAUVAIS SANG DE LEOS CARAX

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS