Bande Annonce de LA CHINOISEDécouvrez la bande Annonce de LA CHINOISE sur FilmoTVhttp://
Jean-Luc Godard
Anne WiazemskyJean-Pierre LéaudJuliet BertoLex de BruijnMichel SemeniakoBlandine JeansonEliane GiovagnoliOmar Diop

LA CHINOISE

92 mn

Note de SensCritique :

6.5 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jean-Luc Godard.

Casting : Anne Wiazemsky, Jean-Pierre Léaud, Juliet Berto, Lex de Bruijn, Michel Semeniako, Blandine Jeanson, Eliane Giovagnoli. Omar Diop

Synopsis : A la fin des années 60, dans un appartement parisien redécoré à leur façon, cinq jeunes gens fondent un groupe marxiste-léniniste. Un beau jour, Véronique, lassée de refaire sans cesse le monde dans d'interminables discussions, propose à ses camarades de passer à l'action en préparant un assassinat...

Scénario : Jean-Luc Godard.
Musique : Karlheinz Stockhausen.
Pays : France
Tags : Politique / Histoire, Assassinats politiques, Autour de Mai 68, Communisme, socialisme, Plus d'émotion, Politique, Amitié, Comédie.

Inclus danspassillimite
voir ce film

Ecrit et réalisé en 1966-67, La Chinoise est souvent considéré comme un film visionnaire de Jean-Luc Godard sur les événements qui ne vont pas tarder à arriver en mai 1968. Il en va de ce quatorzième film comme du précédent : Godard est un fervent lecteur de journaux, et, comme la prostitution dans Deux ou trois choses que je sais d’elle, la politisation de la jeunesse fait partie des préoccupations dans l’air du temps. Il faut aussi replacer ce film dans le contexte personnel de Jean-Luc Godard. Il est tombé amoureux d’Anne Wiazemsky, petite fille de François Mauriac, rencontrée sur le tournage du film de Robert Bresson, Au hasard Balthazar; la jeune femme de 17 ans ayant réussi son baccalauréat s’inscrit en philosophie à l’université de Nanterre et commence à fréquenter Jean-Luc Godard.

A travers elle, le metteur en scène d’A bout de souffle et de Pierrot le fou, alors âgé de 35 ans redécouvre le milieu estudiantin, rencontre des marxistes-léninistes et il demande à Anne Wiazemsky d’enquêter pour lui en vue d’un film. Il propose même à Jean Vilar d’être prêt pour que celui-ci soit projeté au Festival d’Avignon 67. C’est ainsi que naît La Chinoise, tourné en partie dans le propre appartement de Godard et Wiazemsky et essentiellement dans celui du comédien et metteur en scène de théâtre, Antoine Bourseiller.

Comme il est dit au début, c’est «un film en train de se faire», on y voit à l’œuvre le chef-opérateur Raoul Coutard , on y entend la voix off de Jean-Luc Godard menant les interviews face caméra. Ce ciné-tract émaillé de graffitis et autres aphorismes est bourré de citations littéraires, cinématographiques et politiques. Il déploie des couleurs primaires magnifiques (rouge, bleu, jaune), offre quelques saynètes frappantes et brillantes : Guillaume/Jean-Pierre Léaud s’entourant le visage de bandelettes ; Yvonne/Juliet Berto armée d’une mitraillette en plastique derrière une barricade de petits livres rouges récemment repeints et dégoulinants ; Véronique/Anne Wiazemsky et Francis Jeanson, son prof de philo dans la vie, échangeant dans un train tandis que défile le paysage. Abscons et libre, intelligent et potache, assommant et drôle, le film a été mal reçu à sa sortie et reste un étrange objet, où il est, finalement, peut-être moins question de révolution que de cinéma.

«Le Vietnam brûle et moi je hurle Mao, Mao ! Johnson rigole et moi je vole, Mao, Mao !» La chanson Mao Mao de Gérard Hugé et Gérard Guégan, interprétée par Claude Channes est indéfectiblement liée au film de Jean-Luc Godard, La Chinoise. La légende veut que le chanteur ait guetté le metteur en scène pour lui remettre une maquette de plusieurs titres contestataires et que Godard le rappela quelque temps plus tard en ayant choisi Mao Mao.

Ce n’est pas la première fois que Godard utilise des chansons dans ses films : dans Vivre sa vie (1962), Anna Karina écoute, provenant du juke-box d’un café, Ma môme de Jean Ferrat ; dans Bande à part (1964) elle dit puis chante dans le métro, aux côtés de Claude Brasseur, le poème d’Aragon, J’entends, j’entends, mis en musique par Jean Ferrat ; dans Pierrot le fou (1965) elle entonne seule Jamais je ne t’ai dit que je t’aimerai toujours, d’Antoine Duhamel et Serge Rezvani, ainsi qu’en duo avec Jean-Paul Belmondo, Ma ligne de chance des mêmes auteurs. C’est par la voix de Sylvie Vartan que Quand le film est triste accompagne les images de publicités féminines et les pensées de Macha Méril dans Une femme mariée (1964) et dans Masculin Féminin (1966), on entend plusieurs chansons de Jean-Jacques Debout, dont Tu m’as trop menti et D’abord, dis-moi ton nom, interprétées par Chantal Goya.

Par la suite, Godard reviendra à la musique classique, Beethoven, Ponchielli, Mozart, ou aux musiques de films vénérés comme L’Atalante. Mais on voit à l’écran et on entend les Rita Misuko dans Soigne ta droite, et notamment leur  chanson C’est comme ça ; dans Passion, Leo Ferré chante Frères humains, dans Prénom Carmen la voix éraillée de Tom Waits entonne Ruby’s Arms, dans France/tour/détour/deux enfants, c’est Terre de France par Julien Clerc, dans Tout va bien, Il y a du soleil sur la France par Stone et Charden, et un tube de Dalida, Allo… tu m’entends ? est repris par Jean-Pierre Léaud, d’une cabine téléphonique jaune, dans Week end

"C'est le petit livre rouge, qui fait que tout enfin bouge". De jeunes aspirants révolutionnaires s'enferment dans une collocation aux couleurs de leurs idées et de leurs contestations. Le seul livre autorisé est celui de Mao Zedong. Cet appartement s'est transformé en une ...

Lire la suite
7
JimAriz

Le cour de politique du professeur Godard

J'avais laissé la filmo du vioc de coté y'a quelques temps après m’être enchaîné plusieurs de ses œuvres, et voilà qui y'a quelques heures j'me tâte à savoir quel film je vais me lancer, décidé à replonger un peu dans la folie du prétentieux, je me suis jeté sur ...

Lire la suite
8
мс³

Marrant, je n'avais jamais vu la Chinoise. Eh bien, je le redoutais un peu, j'avais peur du film militant un peu à côté de la plaque aujourd'hui. Je ne sais pas pourquoi j'ai pu douter comme ça de Godard , pardon , en fait c'est évidemment vachement bien. Je n'imaginais pas ...

Lire la suite
7
FrankyFockers
 
le contexte
A voir également
Affiche du film CAMILLE REDOUBLE
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film CÉLINE ET JULIE VONT EN BATEAU
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film SYMPATHY FOR THE DEVIL (ONE + ONE)

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film TITANIC
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film LINE OF FIRE

à partir de

6.99
 
Affiche du film ABDEL ET LA COMTESSE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA PRISONNIÈRE (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film RAMPAGE - HORS DE CONTRÔLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film A BEAUTIFUL DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Enter the Void

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés