LA CHINOISE

Bientôt disponible
Pour retrouver un film que Michel Hazanavicius évoquera dans Le Redoutable
Politique / Histoire - 1967 - France - 92 MIN - Tous publics
A la fin des années 60, dans un appartement parisien redécoré à leur façon, cinq jeunes gens fondent un groupe marxiste-léniniste. Un beau jour, Véronique, lassée de refaire sans cesse le monde dans d'interminables discussions, propose à ses camarades de passer à l'action en préparant un assassinat...

Réalisé par

6.4 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Isabelle Danel
Isabelle Danel
CHRONIQUEUR

Ecrit et réalisé en 1966-67, La Chinoise est souvent considéré comme un film visionnaire de Jean-Luc Godard sur les événements qui ne vont pas tarder à arriver en mai 1968. Il en va de ce quatorzième film comme du précédent : Godard est un fervent lecteur de journaux, et, comme la prostitution dans Deux ou trois choses que je sais d’elle, la politisation de la jeunesse fait partie des préoccupations dans l’air du temps. Il faut aussi replacer ce film dans le contexte personnel de Jean-Luc Godard. Il est tombé amoureux d’Anne Wiazemsky, petite fille de François Mauriac, rencontrée sur le tournage du film de Robert Bresson, Au hasard Balthazar; la jeune femme de 17 ans ayant réussi son baccalauréat s’inscrit en philosophie à l’université de Nanterre et commence à fréquenter Jean-Luc Godard.

A travers elle, le metteur en scène d’A bout de souffle et de Pierrot le fou, alors âgé de 35 ans redécouvre le milieu estudiantin, rencontre des marxistes-léninistes et il demande à Anne Wiazemsky d’enquêter pour lui en vue d’un film. Il propose même à Jean Vilar d’être prêt pour que celui-ci soit projeté au Festival d’Avignon 67. C’est ainsi que naît La Chinoise, tourné en partie dans le propre appartement de Godard et Wiazemsky et essentiellement dans celui du comédien et metteur en scène de théâtre, Antoine Bourseiller.

Comme il est dit au début, c’est «un film en train de se faire», on y voit à l’œuvre le chef-opérateur Raoul Coutard , on y entend la voix off de Jean-Luc Godard menant les interviews face caméra. Ce ciné-tract émaillé de graffitis et autres aphorismes est bourré de citations littéraires, cinématographiques et politiques. Il déploie des couleurs primaires magnifiques (rouge, bleu, jaune), offre quelques saynètes frappantes et brillantes : Guillaume/Jean-Pierre Léaud s’entourant le visage de bandelettes ; Yvonne/Juliet Berto armée d’une mitraillette en plastique derrière une barricade de petits livres rouges récemment repeints et dégoulinants ; Véronique/Anne Wiazemsky et Francis Jeanson, son prof de philo dans la vie, échangeant dans un train tandis que défile le paysage. Abscons et libre, intelligent et potache, assommant et drôle, le film a été mal reçu à sa sortie et reste un étrange objet, où il est, finalement, peut-être moins question de révolution que de cinéma.

Contexte

Juliet Berto

Film français avec Louis De Funès sorti la même année que La Chinoise de Godard, mais d'un autre genre !

Jean-Luc Godard

Regard sur une certaine jeunesse politisée des années 1960, comme dans La Chinoise.

NEIGE DE JULIET BERTO ET JEAN-HENRI ROGER (1981)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité