Bande Annonce de LA CITE DES ENFANTS PERDUSDécouvrez la bande Annonce de LA CITE DES ENFANTS PERDUS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1270/fond/1270_w_500.jpg
Jean-Pierre Jeunet
Daniel EmilforkJudith VittetRon PerlmanDominique PinonJean Claude DreyfusRufusFrançois Hadji-LazaroJean-Louis TrintignantSerge Merlin

LA CITE DES ENFANTS PERDUS

108 mn

Note de SensCritique :

7.1 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jean-Pierre Jeunet, Marc Caro.

Casting : Daniel Emilfork, Judith Vittet, Ron Perlman, Dominique Pinon, Jean Claude Dreyfus, Rufus, François Hadji-Lazaro, Jean-Louis Trintignant. Serge Merlin

Synopsis : Un savant fou fait enlever des enfants qu'il soumet à une machine infernale pour s'approprier leurs rêves. Mais une fillette et un géant se mettent bientôt en travers de sa route...

Scénario : Jean-Pierre Jeunet, Marc Caro.
Musique : Angelo Badalamenti.
Pays : France
Tags : Fantastique / Horreur, Cinéma de genre Français , Films dystopiques, Drôles d'habitations, On fait des bêtises, Sofilm Summercamp Festival 2016, Dans le futur, Des savants fous, Sales mômes, Design, Les enfants prennent le pouvoir.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Film emblématique des années 90, mais aussi film maudit, La Cité des enfants perdus représente l’un des projets les plus ambitieux de son époque. Il s’agit du deuxième long métrage de Caro et Jeunet, deux anciens de la BD, de la pub et du clip qui ont rencontré un très joli succès quatre ans auparavant avec leur premier film : Delicatessen, récompensé par quatre César et plus d’1 million 400 000 entrées en salles. L’idée de ce film - un monde fantastique dans lequel un scientifique malveillant vole les rêves des enfants - Caro et Jeunet l’ont depuis 14 ans. Mais en le réalisant dans cette première moitié des années 90, les deux hommes profitent d’une incontestable avancée technique côté effets spéciaux, qui leur permet d’envisager un film visuellement extrêmement ambitieux. Fort du succès de Delicatessen, ils obtiennent un budget colossal pour l’époque : 90 millions de francs, essentiellement investis dans les nombreuses images de synthèse contenues dans le film.

Le pari est d’autant plus risqué que, comme le dit bien Caro, les deux hommes tournent avec les éléments réputés les plus compliqués au cinéma : les enfants, les animaux et les effets spéciaux. Ils bénéficient toutefois du soutien de leur productrice, Claudie Ossard, qui compte déjà plusieurs projets casse-cou à son actif : Charlotte Forever, de Serge Gainsbourg, 37°2 Le Matin de Jean-Jacques Beineix ou Arizona Dream d’Emir Kusturica.

La Cité des enfants perdus, présenté en compétition, fait l’ouverture du festival de Cannes en 1995. Un superbe coup de pub pour le film, qui sort en même temps en salles, réunissant 120 000 spectateurs en première semaine. Mais l’accueil mitigé des journalistes, et l’absence du film au palmarès – côté français, ce sont N’Oublie pas que tu vas mourir de Xavier Beauvois et La Haine de Matthieu Kassovitz qui raflent la mise – s’accompagnent d’une vraie chute des entrées. Le film réunira finalement 1 300 000 entrées en France… pas assez pour rentabiliser les sommes investies. La société de production de Claudie Ossard dépose le bilan, mais l’histoire rattrapera cette injustice: le public ne tarde pas à offrir à La Cité des enfants perdus un statut de film culte. Dont les effets se feront sentir à la sortie d’Amélie Poulain

Aujourd’hui encore, il est effarant de constater l’audace visuelle de La Cité des enfants perdus. A l’époque, le film rentre d’ailleurs dans l’histoire du cinéma, réunissant le plus grand nombre de trucages numériques jamais réalisés par une équipe 100% française : en tout, 40 000 images numérisées et 17 minutes de trucages pour 144 prises. Si Pitof supervise l’ensemble des effets visuels, c’est à Pierre Buffin et sa société Buf Compagnie que l’on doit les effets en images de synthèse, notamment les métamorphoses de Miette et Krank, les puces ou les bouteilles à rêves.

Inutile de dire que cette réussite attire l’attention des Américains, qui feront travailler Buf sur deux films signés David Fincher : Fight Club et Panic Room. C’est aussi à cette compagnie française que l’on doit le fameux effet bullet-time développé dans Matrix d’après le clip des Rolling Stones réalisé par Michel Gondry.

Artistiquement, l’ambition de Caro et Jeunet est tout aussi impressionnante : ils confient la musique de leur film à Angelo Badalamenti, compositeur attitré de David Linch, à qui ils recommandent justement de s’inspirer de l’un des thèmes qu’il a composés pour Blue Velvet. Côté costumes, c’est le couturier Jean-Paul Gaultier qui est sollicité : il vient de signer l’ensemble des tenues  portées par Madonna au cours de sa tournée Blond Ambition Tour, ainsi que l’extravagante panoplie de Victoria Abril dans le Kika de Pedro Almodovar. Deux ans plus tard, Jean-Paul Gaultier reviendra à un univers futuriste pour Le Cinquième élément de Luc Besson. Enfin, la superbe photo du film est à nouveau signée Darius Khondji, appelé à devenir l’un des chefs opérateurs les plus prestigieux du cinéma mondial : Se7ven de David Fincher, Alien Résurrection de Jean-PIerre Jeunet, La Plage de Danny Boyle ou My Blueberry Nights pour Wong Kar-Wai figurent ainsi parmi ses collaborations les plus réputées.

La Cité des enfants perdus marque toutefois la dernière collaboration cinématographique de Caro et Jeunet, qui partent vers des carrières solo très contrastées. Il faudra attendre 2007 pour revoir un long métrage signé Carot – le film de science-fiction Dante 01 - ce dernier s’étant consacré entre temps à la direction artistique de films signés JAN KOUNEN ou PITOF. JEAN-PIERRE JEUNET de son côté part aux Etats-Unis réaliser Alien Résurrectionavant de faire un retour triomphal en France, salué par l’énorme succès critique et populaire du Fabuleux Destin d'Amélie Poulain : 32 millions de fans dans le monde, dont 9 300 000 en France. Dans ce film, comme dans Un Long Dimanche de fiançaille, réalisé en 2004, on retrouve une partie des acteurs fétiches de l’ancien duo, notamment Dominique Pinon, Jean-Claude Dreyfus, Rufus et Ticky Holgado.

La science des rêves.

Coproduction entre la France, l'Allemagne et l'Espagne, La cité des enfants perdus est le second long-métrage du duo Marc Caro / Jean-Pierre Jeunet, mais aussi le dernier à ce jour, Jeunet répondant par la suite aux sirènes hollywoodiennes pour les besoins de Alien Resurrection. ...

Lire la suite
8
Gand-Alf

Un univers incroyable, des tronches comme on aimerait en voir plus souvent. Carot et Jeunet au sommet de leur art, ces deux là ont réussis à faire un film atypique et somptueux qui n'a pas encore prit une ride. ...

Lire la suite
9
kentin

La Cathédrale du duo perdu

Le deuxième long-métrage du regretté tandem Jean-Pierre Jeunet / Marc Caro (après Delicatessen) est le lieu d'une très grande richesse plastique, au service d'un mélange d'atmosphères de contes pour enfants terrifiants, de monde post-apocalyptique, de film de freaks en tous ...

Lire la suite
9
youli
A voir également
Affiche du film DRIVE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film STALINGRAD

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DELICATESSEN

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES YEUX SANS VISAGE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés