LA CONFUSION DES GENRES

2000
92 mn
À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés

2000
92 mn
Alain, bientôt quadragénaire, travaille comme avocat dans le cabinet que dirige Laurence, son amie «officielle». Celle-ci ne demande qu'à devenir son épouse mais Alain a peur de s'engager. Depuis toujours, il hésite entre les hommes et les femmes et multiplie les rencontres sans jamais se lier...
À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Comédie
France
Tous publics
VF - HD

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

A quarante ans, la vie n'est jamais simple. A l'âge où on devrait pouvoir commencer à se stabiliser, voilà qu'on questionne ce qu'on est, ce qu'on veut. Surtout amoureusement. Sur ce point Alain, un avocat établi ne sait plus trop où il en est, partagé entre la femme qu'il n'aime plus, ses amants de passage, le client sur lequel il fantasme et la fiancée de celui-ci qui lui fait du gringue. 

Avec La confusion des genres, Ilan Duran Cohen s'attaquait à un portrait de génération entre deux autres, celle des baby-boomers, ayant vécu la liberté des trente glorieuses et celle des millenials, née avec l'an 2000. Et plus encore à son envie de ne pas être enfermées dans des cases ou un modèle social. 

Duran Cohen n'en fait pas pour autant un drame, mais une chronique de mœurs modernes, ralliant à sa cause les marivaudages à la Eric Rohmer – auquel est emprunté Pascal Greggory- et le sens de l'observation des jeunes pousses du cinéma français d'alors, d'Arnaud Despleschin à Eric Rochant, pour un ton aussi décomplexé que mélancolique, en parfaite phase avec son époque.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver CONTE DE PRINTEMPS (Une autre lecture de l'indécision sentimentale, par Eric Rohmer, influence manifeste de La confusion des genres) ou encore UN MONDE SANS PITIÉ (Dix ans après le premier long-métrage d'Eric Rochant, La confusion des genres refait un point générationnel avec le même sens du naturalisme).

FilmoTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Autour du film