LA CRÉATION DU MONDE

Parce que cette adaptation de Jean Effel en dessin animé est à la fois française et tchécoslovaque
Jeunesse - 1958 - République tchèque - 65 MIN - VF - Tous publics
C'est la Genése, et Dieu fait face à un malheureux accident: un angelot est tombé du ciel. Par dépit, il est devenu le diable. Dieu se met néanmoins au travail, avec ses petits assistants ailés. Il démarre en créant le monde, puis continue avec la nature, les animaux, et enfin l'homme. A chaque étape, le diable intervient et met un peu de méchanceté dans les créations divines.

Réalisé par

6.7 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Pierre-Simon Gutman
Pierre-Simon Gutman
CHRONIQUEUR

Lorsque La Création du monde quitte les pages du livre illustré du français Jean Effel pour devenir un film animé, réalisé par un artiste tchécoslovaque, nous sommes à la fin des années 1950 et la guerre froide n’est pas un vain mot. Pourtant cette coproduction entre la France et la Tchécoslovaquie existe, tel un témoignage de paix et d’amitié pas si courant en ces années.

Peut-être est-ce dû au projet qui, en reprenant les dessins de Effel, veut s’élever du quotidien et des enjeux de ce temps ? Hofman tente de revenir à zéro, pour conter l’histoire d’un Dieu bienfaisant et omniprésent cousant, très littéralement, le monde et le premier homme, à peine troublé par un diable, plus farceur insistant que créature démoniaque.

Effel et Hofman ne dérogent jamais à leur principe de base, qui consiste à regarder la Genèse avec les yeux et à la hauteur d’un enfant. D’où cette naïveté assumée dans les traits et les situations, sans arrêt contrebalancée par les astuces d’un Dieu qui se met en scène avec un art consommé du spectacle. Ce merveilleux intemporel mettra néanmoins trente ans avant d’être redécouvert, par le festival de Cannes, dans son autre pays d’origine, rappelant donc la dureté de cette époque, que le film tente justement de dépasser.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

François Périer

Parce que ce film d'animation de 1974 est l'un des seuls à tenter d'évoquer la version biblique des premiers temps du monde, et pas seulement le destin de Jésus.

Eduard Hofman

Parce que ce film d'animation de Paul Grimault tente également de retrouver, à travers un dessin épuré, la magie première des récits enfantins.

LA CIGALE ET LA FOURMI

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS