LA CROISÉE DES DESTINS

Bientôt disponible
Parce que les extérieurs du film- se déroulant en Inde - ont été filmés au Pakistan
Drame - 1956 - Royaume-Uni|Etats-Unis - 105 MIN - Tous publics
Inde, 1947. Victoria Jones, une métisse, s'est engagée dans l'armée britannique. Après la Seconde Guerre mondiale, elle revient dans sa famille, à Bhowani Junction. Elle y retrouve son ami d'enfance, Patrick Taylor, un Anglo-Indien comme elle. Mais la ville, en proie aux émeutes et aux grèves, vit des heures sombres...
6.8 / 10
6.8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Jacques Lévy
Jacques Lévy
CHRONIQUEUR

Depuis que le producteur David O. Selznick l’avait été congédié du tournage d’Autant en emporte le vent, sous prétexte qu’il ne saurait pas diriger les séquences à grand spectacle, George Cukor attendait l’occasion de prouver qu’il pouvait mettre en scène une superproduction. Ce sera chose faite avec La Croisée des destins, situé dans l’Inde de 1947.

Manifestations de rues, attentats, mouvements de foules… le réalisateur montre qu’il est parfaitement à l’aise pour reconstituer la période mouvementée de l’accession du pays à l’Indépendance. Entre parenthèses, comme le gouvernement indien n’était pas chaud pour accueillir le tournage et souhaitait avoir un droit de regard sur le scénario, c’est au Pakistan qu’ont été filmés les extérieurs de cette production.

Avec ses inévitables méchants communistes le scénario de cette fresque en CinémaScope et en couleurs est marqué par la guerre froide. Son personnage principal est une jeune Anglo-Indienne déchirée par des problèmes d’identité et tiraillée entre trois hommes de cultures différentes. Ava Gardner incarne cette héroïne aussi séduisante en uniforme de l’armée anglaise qu’en sari. Pour amadouer une censure ultra-puritaine, la star porte d’ailleurs des tenues et des décolletés fort sages mais, comme le faisait remarquer Cukor, son sex-appeal s’exprimait sans effort. Pas besoin du moindre dialogue, pour faire comprendre ses pensées les plus libres, le public les aurait saisies juste par son regard !

 
Dans le même genre vous pouvez trouver LE DERNIER VICE-ROI DES INDES (Un récit qui évoque le départ des Britanniques de l'Inde en 1947) ou encore GANDHI (Une superproduction retraçant notamment la période de l'accession à l'indépendance de l'Inde).

Réalisé par