Bande Annonce de LA DAME DE PIQUEDécouvrez la bande Annonce de LA DAME DE PIQUE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/13666/fond/13666_w_500.jpg
Pavel Lounguine
Aleksei KolganDimitri KulishkovKseniya RappoportNatalya KolyakanovaYvan YankovskiIgor MirkurbanovMariya KurdenevichVladimir Simonov

LA DAME DE PIQUE

115 mn
voir la bande annonce

Réalisateur : Pavel Lounguine.

Casting : Aleksei Kolgan, Dimitri Kulishkov, Kseniya Rappoport, Natalya Kolyakanova, Yvan Yankovski, Igor Mirkurbanov, Mariya Kurdenevich. Vladimir Simonov

Synopsis : Andrey, un jeune chanteur d’opéra, rêve de gloire lorsque la fameuse diva Sofia revient d’Europe pour s’installer à Moscou. Elle prévoit de monter La reine de pique, avec elle-même dans le rôle de la comtesse. Andrey espère secrètement obtenir le rôle d’Hermann, mais il doit d’abord se faire remarquer. En suivant secrètement Sofia, il découvre qu’elle joue dans un casino clandestin. A son tour, il succombe au démon du jeu et prend des risques de plus en plus élevés, au point de ressembler à son personnage de fiction. La réalisatrice est ravie…

Scénario : Aleksandr Lounguine, Pavel Lounguine, Stephen Walsh, Valery Pecheykin.
Musique : Angelo Giovagnoli, Lina Cardillo.
Pays : Russie
Tags : Carte Postale de Russie, Drame, Adapté d'un roman, Mensonge et manipulation, Jeux de hasard, Chanteurs.

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Pavel Lounguine s’est fait connaître à Cannes où il a obtenu un prix de la mise en scène en 1990 avec Taxi blues. Dans la foulée, il s’impose comme un cinéaste russe majeur sans jamais cesser de tourner. Avec La dame de pique, il adapte une nouvelle de Pouchkine qui est devenue un classique de la littérature russe, et dont Tchaïkovski a tiré un opéra. Lounguine s’est inspiré de l’un et de l’autre pour transposer l’histoire au présent, en mettant en parallèle l’histoire du chanteur qui s’identifie à son personnage.

Andrey est un jeune chanteur qui rêve d’obtenir le rôle masculin principal de l’opéra qu’est en train de monter la grande soprano Sophia Mayer. Mais pour y arriver, il doit attirer l’attention de la cantatrice et finit par tomber dans le piège des jeux d’argent dont il devient l’esclave, comme son personnage Hermann.

En jouant habilement sur les liens entre réalité et fiction, le cinéaste traite aussi du libre arbitre et montre à quel point il est facile de manipuler un jeune ambitieux obsédé par l’argent, un thème d’une actualité brûlante.

A propos de La dame de pique, Lounguine déclarait solennellement vouloir réhabiliter les classiques : « Ils sont vivants et proches de nous, dit-il. Ils ne sont pas réservés aux universitaires : ils sont captivants, ils peuvent vous émouvoir aux larmes ». La nouvelle a beau avoir été écrite au début du XIXe siècle, il n’y avait pas grand chose à changer chez Hermann pour en faire un personnage typique de la Russie contemporaine : il ne croit en rien, ni en la science, ni en la justice, ni même en sa carrière. Seul l’argent l’intéresse comme moyen de faire fortune.

Le travail nécessaire pour accorder le texte de Pouchkine et l’opéra de Tchaïkovski a donné lieu à plusieurs situations surréalistes. Cette façon de mêler la réalité et la fiction au point d’en brouiller les frontières avait déjà été magistralement exploitée par Michael Powell dans Les chaussons rouges. Lounguine y a ajouté une sensibilité typiquement russe avec ce personnage dont le destin tragique en rappelle d’autres comme Raskolnikov, l’étudiant de Crime et châtiment. Le cinéaste a aussi apporté une touche d’érotisme, en rendant explicite ce qui dans l’opéra n’était que symbolique, lorsque Hermann demande à la comtesse le secret des cartes.

Dans le rôle de Sophia, l’actrice Kseniya Rappoport a eu l’occasion de sortir de sa zone de confort. Elle avait l’habitude jusque-là d’interpréter des personnages positifs et pleins de bonté. Cette fois, la cantatrice qu’elle incarne est beaucoup plus sombre et complexe. Il fallait une interprète exceptionnelle pour exprimer une gamme d’émotions aussi vaste. La dame de pique fait partie des multiples adaptations cinématographiquess de la nouvelle de Pouchkine. Fedor Ozep en avait réalisé une version en 1937 avec Pierre Blanchar et Marguerite Moreno, et en 1965 Léonard Keigel l’avait adapté en France sur un scénario de Julien Green avec Dita Parlo et Michel Subor dans les rôles principaux, et Philippe Lemaire dans le rôle du duc d’Orléans.  

 
le contexte
A voir également
Affiche du film TSAR
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE DOCTEUR JIVAGO

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE RETOUR DU HÉROS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film UNE FEMME DOUCE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film LE RETOUR DU HÉROS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film PHANTOM THREAD

à partir de

4.99
 
Affiche du film MOI, TONYA

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L APPARITION

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film REBEL IN THE RYE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film RUDDERLESS

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés